À la Une : dans les arcanes du programme 2021

Institution / Ventes / 18.01.2021

À la Une : dans les arcanes du programme 2021

On a beaucoup parlé programme dans le dernier épisode de JDG Radio, à écouter ici. Comment décide-t-on du calendrier des courses ? Comment bâtit-on un programme cohérent ? Pierre Laperdrix, responsable du département calendrier & programme à France Galop, nous explique son métier… tout en analysant les grandes nouveautés pour 2021, qui concernent essentiellement les 2ans. 

Changements de programme(s)

Quels sont les changements importants concernant le programme pour 2021 ? À quels objectifs répondent-ils ? Pierre Laperdrix, responsable du département calendrier et programme à France Galop, nous dit tout.

Plusieurs routes vers le Morny

Le Conseil d’administration de France Galop a validé la semaine passée des évolutions du programme pour les 2ans. En 2021, la filière menant au Darley Prix Morny (Gr1) s'ajuste. Une course dans laquelle les 2ans français ont traditionnellement du mal à se faire entendre face aux bolides anglo-irlandais, voire américains.

Pierre Laperdrix explique : « Quand on lit, l’été par exemple, quelle est la course qui fait rêver les éleveurs, on voit souvent apparaître le nom du Prix Morny. Jusque-là, pour préparer le Morny en France, nous avions une filière stricte : Flèche, Bois et Papin, avec un petit chemin de traverse puisqu’il était possible d’arriver via le Prix de Cabourg. Nous nous sommes demandé comment donner envie aux gens qui, visiblement, rêvent du Morny, de prendre des chemins un peu différents pour aller sur cette course. L’idée de base n’est pas de copier les Anglais mais de donner l’envie de s’activer peut-être un peu plus tôt, en conférant une meilleure attractivité à certaines courses en les plaçant le jour du Diane et du Jockey Club, par exemple. Ce sont des petites briques qui vont peut-être donner un bon résultat. Le Prix La Flèche s’est parfois retrouvé perdu en semaine par exemple. »

Donner envie. Pierre Laperdrix détaille : « Il y a le cas du Prix des Rêves d’Or, qui était une Listed de juillet et se retrouve en mai. Philippe Bouchara, président de l’hippodrome de Vichy, souhaitait ramener son Prix des Jouvenceaux et des Jouvencelles (L) durant le festival du Galop. C’est souvent une belle course. Dans le cadre du redéploiement des réunions de Maisons-Laffitte, Vichy a obtenu un mini-meeting de deux jours au mois de mai et nous nous sommes dit que nous pouvions placer de ce fait le Prix des Rêves d’Or à ce moment de l’année. Il fallait alors un peu décaler le Prix La Flèche et l’idée du président Édouard de Rothschild était de dire : le Prix La Flèche, pour donner envie, doit être placé sur une belle journée, donc mettons-le le jour du Prix du Jockey Club. Et, dans le même esprit, le Prix du Bois passe le jour du Diane. » Concernant le Prix Yacowlef, il était à l’automne dans un programme riche de six épreuves black types pour 2ans de vitesse : « L’idée était qu’il retrouve sa place historique, à Deauville en juillet, ce qui peut permettre à un poulain de le courir, puis d’aller sur le Cabourg ensuite et pourquoi pas le Morny. »

L’aspect technique. Pour rappel, voici les évolutions autour de la filière Morny :

- Le Prix des Rêves d’Or (L) quitte le mois de juillet pour se positionner le vendredi 21 mai 2021, à Vichy. Il sera la première Listed pour 2ans au programme. Il est remplacé dans le programme du Festival du galop par le Prix des Jouvenceaux et des Jouvencelles (L) qui se disputait jusqu’alors début août.

- Le Prix Yacowlef (L) quitte le mois de novembre et retrouve Deauville. Il sera couru le dimanche 11 juillet 2021 sur 1.000m (LD), mais sans retrouver son ancienne condition qui limitait la participation à cette Listed aux chevaux inédits uniquement. Dans cette position, le Prix Yacowlef est trois semaines avant le Darley Prix de Cabourg (Gr3).

- Le Prix de la Vallée d’Auge (L) sera couru une semaine plus tôt qu’habituellement, le samedi 7 août 2021.

- Les deux premières épreuves black types pour 2ans du programme parisien évoluent également. Afin de leur donner plus d’attrait, les Prix la Flèche (L) et du Bois (Gr3) seront respectivement courus sur les réunions du Prix du Jockey Club (6 juin 2021) et du Prix de Diane (20 juin 2021). Le Prix du Bois voit sa distance évoluer : il sera désormais proposé sur 1.200m.

APLAT

Le Grand Prix de Paris retrouve sa place le 14 juillet

Édouard de Rothschild nous a révélé en exclusivité, deux jours avant la réunion de l’European Pattern Comittee, que le Juddmonte Grand Prix de Paris retrouverait sa place du 14 juillet. En 2020, Covid oblige, il s’était disputé lors des Qatar Arc Trials, remplaçant ainsi le Qatar Prix Niel (Gr2). Un déplacement qui a souri à la course, puisque son gagnant, Mogul (Galileo), a ensuite gagné le Hong Kong Vase, alors que ses dauphins, In Swoop (Adlerflug) et Gold Trip (Outstrip), ont respectivement pris les deuxième et quatrième places de l’Arc. France Galop avait logiquement très envie de pérenniser ce changement de date.

Mais un Gr1 ne se bouge pas si facilement, et le Pattern souhaite protéger le St Leger, qui se dispute traditionnellement lors de la première quinzaine de septembre. Le Niel restera donc une préparatoire pour les 3ans en vue de l’Arc (et non un objectif en soi).

FIN APLAT

Des maidens nouvelle génération

En 2021, il y a du nouveau du côté des maidens pour 2ans sur le programme français. France Galop a décidé d’innover pour permettre à des chevaux de différents profils d’avoir l’opportunité de s’illustrer dans cette catégorie. Pierre Laperdrix nous explique la philosophie derrière leurs créations : « Ces maidens font partie du plan de redynamisation des effectifs de jeunes chevaux. L’idée est de donner un peu l’espoir aux gens qui investissent – sans avoir des moyens démesurés, que ce soit sur le prix de saillie ou d’achat du poulain – de gagner un maiden. Le but est de donner envie d’investir, de rester dans le circuit et de continuer d’investir parce qu’on apportera la preuve que les maidens ne sont pas réservés qu’aux grandes maisons ou aux grandes écuries de Chantilly. Il existera des maidens plus accessibles. La réflexion est partie des faits et les faits montraient une baisse des effectifs de 2ans très inquiétante. En proposant ces nouvelles courses, nous allons créer de l’animation et de l’envie : si l’on regarde les résultats des ventes d’octobre à Deauville, on voit des investisseurs qui s’étaient un peu désintéressés de ses ventes et qui sont revenus, car peut-être que ces annonces sont sorties au bon moment. »

France Galop a par ailleurs indiqué il y a quelques jours 1.122 chevaux de 2ans en janvier 2021, soit une croissance de 11,8 % par rapport à l’an passé. Est-ce un effet de ces maidens ? Pierre Laperdrix commente : « Il y a peut-être un peu de tout : la prime à 70 %, c’est une des briques. Le fait de ne plus payer les droits de piste pour les jeunes chevaux aussi, qui a peut-être incité à mettre les chevaux plus tôt à l’entraînement… »

L’aspect technique. Les deux nouveaux types de maidens ont été dévoilés par France Galop le 13 janvier dernier. Pour rappel, les voici :

- les maidens "filière" : pour 2ans issus d’étalons qui faisaient la monte à 12.000 € ou moins lors de leur conception. Le principe est simple ;

- les maidens avec des conditions restrictives : le principe est plus vague et France Galop ne l’avait pas franchement détaillé. Pierre Laperdrix nous a dit : « Il y a deux types de conditions : une qui s’applique jusque fin août et une à partir de début septembre. À Paris, pour les mois de juin, juillet et août, voici les conditions : pour 2ans, ayant couru en France et n’ayant jamais gagné ni reçu 3.000 € en places. Avec 3.000 € en places, sont donc exclus ceux qui ont terminé dans les trois premiers d’un maiden parisien, qui continueront donc dans les maidens "standards". »

Dans les faits, 25 réclamers seront remplacés par ces maidens, avec l’ajout de six nouvelles courses. En 2021, il y aura dix maidens dits filières, quinze aux conditions restrictives et six nouveaux handicaps pour 2ans (soit en tout 23 handicaps réservés à cette génération, contre 17 en 2019).

Le Saint-Alary un lundi ? Il y a des raisons !

Le Saint-Alary un lundi ? Mais ils sont devenus fous ! Ce n’est pourtant pas sans (bonnes) raisons que le Gr1 pour les pouliches de 3ans change de date. Pierre Laperdrix nous a dit : « Nous essayons de donner plus de chance de réussir au Prix Saint-Alary (Gr1). Traditionnellement, ces dernières années, il se trouvait le dimanche du Prix d’Ispahan (Gr1). Nous avons négocié avec les équipes du PMU pour qu’Hongkong prenne la journée du 24 mai en masse commune, celle du lundi de Pentecôte, où il y a des courses à ParisLongchamp. Mais pour que Hongkong prenne en masse commune – ce qui change beaucoup de choses –, il fallait un Groupe. Nous avons déplacé le Saint-Alary qui se retrouve le lundi 24 mai (au lieu du dimanche 30 mai), donc à un peu plus de trois semaines du Diane. Par ailleurs, le Saint-Alary avait ces dernières années le Prix Cléopâtre en concurrence directe. Nous proposons donc cette année d’avoir le Cléopâtre en vraie préparatoire le 1er mai et, de ce fait, le Prix Pénélope (Gr3) au mois d’avril et le Rose de Mai (L) début mars. Ainsi, le Saint-Alary deviendrait un vrai objectif en lui-même. Nous essayons de le mettre dans une position stratégique pour lui donner toutes les chances de marcher. Et cela n’empêche pas de courir le Prix de Diane après car il est un tremplin mieux positionné. »

En bref

- Fiat lux à Deauville ! France Galop espère, dès novembre 2021, disposer d’un éclairage de la piste à Deauville. Un vrai plus pour courir les réunions hivernales qui, jusque-là, devaient s’adapter au lever et coucher du soleil. Un vrai plus par conséquence pour les enjeux car les courses de plat de Deauville (et on fait régulièrement le plein de partants en hiver dans les épreuves sur P.S.F.) pourront se trouver à des créneaux horaires plus porteurs.

- En vue de la prochaine réunion de l’European Pattern Committee : les ratings 2020 des courses black types ne seront pas pris en compte, le calendrier ayant été bouleversé, et avec des difficultés, voire des impossibilités, pour les chevaux de voyager d’un pays à l’autre.

- Le Prix du Jockey Club et le Prix de Diane, disputés le même jour en 2020 suite au calendrier bouleversé par le Covid, retrouveront chacun leurs dates habituelles en 2021.