Doit mieux faire

Courses / 26.01.2021

Doit mieux faire

On s’y attendait mais cela fait quand même mal. Le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe dégringole en 2020 à la onzième place du classement établi par la Fédération internationale des autorités hippiques, en association avec Longines, révélé mardi lors d’une cérémonie virtuelle animée par Francesca Cumani.

Calendrier perturbé au premier semestre, déplacements des chevaux compliqués, sans compter l’affaire Gain : notre porte-drapeau a payé comptant cette année pas comme les autres. Le grand gagnant de 2020 se nomme Ghaiyyath, élu meilleur cheval de l’année avec son rating de 130. Le monstre de Godolphin, désormais étalon, a boosté les courses où il s’est produit – même celle où il a été battu, les Irish Champion Stakes. Les Juddmonte International Stakes, qu’il a survolés, remportent le titre, devant le Gr1 de Leopardstown et la Japan Cup, disputée dans un pays où les courses n’ont pas été interrompues par la pandémie.

Ghaiyyath devance deux 3ans : l’américain Authentic et l’anglais Palace Pier, lauréat d’un Jacques Le Marois de haute volée, et couronné meilleur mile au monde, ex-aequo avec le Yasuda Kinen. Le meilleur français est un autre fils de Kingman, Persian King, remarquable dans l’Arc après avoir pulvérisé l’opposition dans le Prix du Moulin de Longchamp.

LONGINES WORD’S BEST HORSE RACE

L’Arc seulement 11e : un accident de parcours

Meilleure course au monde en 2015, 2017, 2018 et 2019, le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe doit se contenter en 2020 d’une anonyme 11e place, avec un rating de 122,25, à égalité avec la Coronation Cup. Le rating d’une course est calculé en prenant la moyenne du rating des quatre premiers de la course. Le quatuor de l’Arc 2020 a été formé de Sottsass, 123 de rating, In Swoop (122), Persian King (125 et meilleur français de l’année) et Gold Trip (119). Ce classement décevant pour notre course phare trouve des explications dans le contexte particulier de 2020. L’Arc, plus que toute autre course au monde, se définit par sa dimension internationale. Une dimension largement mise à mal en cette année si particulière. Les mouvements des chevaux ont été perturbés, ce qui a généré moins de confrontations entre les ténors au premier semestre, d’où des ratings beaucoup plus prudents, auxquels s’est ajoutée, la veille de la course, l’affaire Gain, qui a contraint Aidan O’Brien à déclarer non-partants ses quatre prétendants. Pire encore, les deux chevaux qui auraient pu faire grimper le rating de l’Arc n’ont pas montré leur vrai visage à ParisLongchamp. Stradivarius (Sea the Stars), crédité d’un 125 dans la Gold Cup, ne s’est pas adapté à une course "à la française", alors que la grande Enable (Nathaniel) – qui doit se contenter en 2020 d’un petit 122 pour sa victoire dans les King George, alors qu’elle était créditée d’un 128 en 2019 – a été incapable d’accélérer comme elle en a l’habitude. Enfin, Ghaiyyath (Dubawi), le cheval de l’année 2020, a évité l’Arc pour préparer la Breeders’ Cup… qu’il n’a finalement pas courue, étant retiré au haras à la mi-octobre.

Alors oui, cette onzième place est décevante, mais nous pouvons espérer qu’il ne s’agisse que d’un accident de parcours. L’Arc fait toujours autant rêver : il doit rebondir en 2021.

Les dix meilleures courses au monde en 2020

# Course Pays Distance Rating
1 Juddmonte International Stakes GB 2.080m 125,25
2 Irish Champion Stakes IRE 2.000m 124,75
3 Japan Cup en association avec Longines JP 2.400m 124,5
4 Longines Breeders’ Cup Turf USA 2.400m 123,75
4 Tenno Sho (Autumn) JP 2.000m 123,75
6 Coral Eclipse GB 2.000m 123,5
7 Yasuda Kinen JP 1.600m 123,25
7 Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois FR 1.600m 123,25
9 Qipco Champion Stakes GB 2.000m 123
10 Arima Kinen JP 2.500m 122,75

Pour consulter la liste des 100 meilleures courses au monde, cliquez ici.

Merci Ghaiyyath ! Pour la première fois depuis que ces awards ont été créés, ce sont les Juddmonte International Stakes qui occupent la première place du classement, avec un rating de 125,25. La course d'York devance les Irish Champion Stakes et leur 124,75 de rating, et la Japan Cup, créditée de 124,50. Ghaiyyath (Dubawi), meilleur cheval du monde avec son 130 de rating, a donné un drôle de coup de boost au Gr1 qui n’avait réuni que cinq partants, entraînés en Grande-Bretagne ou en Irlande. On peut vraiment parler de booster dans ce cas car les chevaux qui ont suivi Ghaiyyath n’affichent pas non plus des ratings "canons" : Magical (Galileo), Lord North (Dubawi) et Kameko (Kitten’s Joy), respectivement crédités de ratings de 122 (soit 126 avec le bonus pour les femelles), 123 et 122. Un Ghaiyyath au top de sa forme, qui a littéralement détruit l’opposition, a quasiment offert à lui seul le titre aux Juddmonte International Stakes. Il est aussi largement responsable de la deuxième place des Irish Champion Stakes, dans lequel il a été battu par Magical. Mais là encore, il faut raisonner sur la moyenne des quatre premiers. La deuxième place de Ghaiyyath et ses 130 de rating compte autant que la victoire de Magical et ses 122 (donc 126 pour le calcul), la troisième d’Armory (Galileo) et son 120 et la quatrième de Sottsass, crédité de 123 dans l’Arc.

Le Japon, grand gagnant de 2020. La Japan Cup occupe la troisième place avec une moyenne de 124,50. Les meilleurs japonais, restés au pays en 2020, ont fait un carton dans la grande course de Tokyo, marquée par les adieux de la vedette Almond Eye (Lord Kanaloa). La grande jument a réussi à se défaire des jeunes Contrail (Deep Impact) et Daring Tact (Epiphaneia) alors que Curren Bouquetd’or (Deep Impact), 4ans, monte sur la quatrième place. Une arrivée particulièrement serrée : 1 longueur trois quarts, encolure, nez, encolure. Les deux premiers se partagent un 124 de rating, alors que les deux 3ans sont en 119. Almond Eye, que l’on retrouve aussi à la première place du Tenno Sho et à la deuxième du Yasuda Kinen, a bien travaillé pour son pays. Le Japon compte en effet quatre courses parmi les dix les mieux classées… Alors même que les trois vedettes locales Almond Eye, Contrail, et Daring Tact, n’ont pas franchi les frontières du pays.

Le Jacques Le Marois, meilleur mile mondial. La France peut tout de même s’enorgueillir de la septième place du Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois, sacré meilleur mile au monde, à égalité avec le Yasuda Kinen. Les deux courses sont créditées d’un 123,25. À Deauville, Palace Pier (Kingman), meilleur miler européen avec son 125 de rating, a devancé la pouliche Alpine Star (Sea the Moon), Circus Maximus (Galileo) et Persian King, qui fournissait là la moins bonne performance de sa saison. La pouliche a reçu 119 (soit 123 pour notre calcul) pour son succès dans les Coronation Stakes, l’aîné est en 120 grâce à sa deuxième place dans les Qatar Sussex Stakes. Ce sont donc les deux fils de Kingman qui font l’écart. Au niveau des ratings, la course japonaise est beaucoup moins "homogène" et doit son titre principalement à la deuxième place d’Almond Eye. La lauréate, Gran Alegria (Deep Impact), affiche un 121, alors que les deux autres n’ont pas passé la barre des 120.

Et les 3ans ? Les États-Unis dominent largement dans le créneau des courses réservées aux 3ans. Le Kentucky Derby arrive en tête avec 121,25, suivi par les Preakness Stakes et leur 121, et notre Juddmonte Grand Prix de Paris et ses 120,50. Les deux étapes de la Triple couronne ont un point commun qui se nomme Authentic (Mischief). Avec son 126 de rating, il est tout simplement le meilleur 3ans au monde. Authentic a gagné à Churchill Downs, devant Tiz the Law (Constitution), Mr. Big News (Giant’s Causeway) et Honor A.P. (Honor Code), et a terminé deuxième à Pimlico, devancé par la femelle Swiss Skydiver (Daredevil). Ces deux courses partagent aussi la particularité de s’être disputées au second semestre, Covid oblige, alors que les classiques européens ont gardé leur positionnement au premier semestre. Cela a évidemment joué dans l’établissement des ratings, avec des 3ans européens qui se sont retrouvés avec peu d’expérience sur les gros morceaux du printemps. À contrario, le Juddmonte Grand Prix de Paris – qui ne figurait même pas au classement l’an dernier – a parfaitement profité de son positionnement lors de la journée des Qatar Arc Trials. Mogul (Galileo), son lauréat, a confirmé ensuite à Hongkong, alors qu’In Swoop et Gold Trip se sont hissés aux deuxième et quatrième places. De quoi regretter encore une fois qu’il ne garde pas cette place dans le calendrier en 2021.