Highlands d’Allier offre une Listed aux 1.000 adhérents de l’écurie TOP

Autres informations / 14.01.2021

Highlands d’Allier offre une Listed aux 1.000 adhérents de l’écurie TOP

LE PROPRIÉTAIRE DE LA SEMAINE

Highlands d’Allier offre une Listed aux 1.000 adhérents de l’écurie TOP

Dimanche, Highlands d’Allier (Cokoriko) a fait vibrer beaucoup de monde en remportant le Prix Christian de l’Hermite (L). Il a en effet apporté une première victoire aux 1.000 actionnaires de l’écurie TOP. Et ce, directement dans une Listed !

Par Christopher Galmiche

Gérante de l’écurie TOP, Sandie Doussot Billot a œuvré au bon fonctionnement des différentes écuries RMC pendant sept ans au côté de Pascal Adda. Une fois ces dernières clôturées, la jeune femme a cherché un nouveau moyen pour continuer l’aventure du propriétariat, autour des trois disciplines cette fois. Elle nous a raconté : « Suite à l’arrêt des écuries RMC, nous avons réfléchi à ce que nous voulions faire. Pascal Adda étant très pris, entre l’entraînement, les courses de poneys, le club des gentlemen-riders… il n’a plus souhaité s’occuper des écuries de groupe. Ce qui plaît dans ce concept, c’est le petit tarif d’entrée qui permet à beaucoup de participer et de se rendre compte de ce qu’est vraiment le milieu des courses. Le nom de l’écurie TOP était tout trouvé avec les initiales des trois disciplines – Trot, l’Obstacle et le Plat – dans laquelle l’entité est active. La discipline de l’obstacle, que l’on ne pouvait pas avoir du fait de la présence de la radio [RMC, ndlr] a été ajoutée cette fois-ci. Le tarif d’entrée est de 100 €, l’actionnaire rajoute ensuite 15 € pour chacune des disciplines qu’il souhaite suivre. Le site internet est mis à jour quotidiennement avec des actualités sur les chevaux, les partants, des vidéos, des photos... L’avis des entraîneurs et les retours des courses sont confiés à Guilain Bertrand, gentleman expérimenté. Toutes les informations sont remontées à nos actionnaires afin qu’ils comprennent et suivent la vie de leurs chevaux. Les entraîneurs jouent le jeu. Nous avons 1.000 personnes qui ont adhéré à l’écurie TOP. Certaines sont là depuis le début des premières écuries RMC»

Comment et pourquoi Highlands d’Allier ? Avant de faire vibrer les 1.000 actionnaires, leurs entraîneurs et même ceux qui ne sont pas dans la team Obstacle, Highlands d’Allier s’était classé quatrième à Clairefontaine en débutant sous les couleurs de Philippe et Camille Peltier. Les deux entraîneurs ont ensuite proposé le fils de Cokoriko aux actionnaires. Sandie Doussot Billot explique : « Nous avons proposé cinq entraîneurs par discipline et avons fait voter nos actionnaires. Camille et Philippe Peltier ont reçu le budget. Camille avait vu un cheval qui lui plaisait à réclamer cet été à Clairefontaine. J’étais également sur place, mais il ne m’avait pas séduite plus que cela. Nous n’avons pas mis de bulletin. Elle m’a appelée quelques jours plus tard, en me disant qu’ils avaient un cheval dans leur effectif qui avait débuté de belle manière à Clairefontaine. Ils nous ont proposé un prix et c’est comme cela que le deal a été fait. Nous avons acheté 70 % pour l’écurie TOP. Philippe et Camille ont gardé leur part. Après Vichy, le cheval a été moins bien. Philippe et Camille ont pris leur temps avec lui pour qu’il revienne au mieux et tout est rentré dans l’ordre. Il a été décidé d’aller à Cagnes. L’évolution du cheval a été rapide et il était en plein progrès. Il a vraiment changé entre l’avant-dernière et la dernière course. Ce n’était plus le même. Philippe l’avait vu bien évoluer mais de là à courir comme dimanche… »

Et dire qu’il a failli changer de programme ! Highlands d’Allier aurait très bien pu se retrouver à Pau et non à Cagnes, à quelques jours près. Avec un coup de pouce du destin, il est resté sur la Côte d’Azur, pour le plus grand bonheur de ses actionnaires : « Après son avant- dernière sortie, Camille pensait qu’il ferait mieux Pau. Elle était un peu déçue et m’a demandé mon avis pour courir le poulain en Béarn en étant sûre que le programme lui conviendrait là-bas. Il devait donc y partir après sa quatrième place à Cagnes, mais deux jours après, j’ai vu dans le journal que la rhinopneumonie sévissait à Pau. Entre temps, Philippe et Camille ont décidé de changer de plan et de le laisser à Cagnes. Il n’y avait pas d’autres courses à courir hormis le Prix Christian de l’Hermite dans lequel nous allions rencontrer les mêmes chevaux qu’auparavant. Nous avons tenté cette course en jouant la carte de la fraîcheur. Highlands d’Allier avait déjà bien travaillé pour son début de meeting et nous voulions nous faire plaisir. À deux jours près, il allait à Pau et n’aurait pas pu courir cette course… Ce sont des anecdotes amusantes. »

Les achats. C’est souvent dans les réclamers que l’écurie TOP se fournit. Mais d’une manière générale, un budget est donné aux entraîneurs. Si le cheval visé court à réclamer, tout est étudié en équipe pour voir si l’élément choisi convient. « C’est une vraie équipe ! D’ailleurs, après la victoire d’Highlands d’Allier, les autres entraîneurs de l’écurie étaient contents et nous ont envoyé des messages. C’est une vraie famille ! » Les entraîneurs de l’écurie TOP sont Gianluca Bietolini, Romain Derieux, Philippe et Camille Peltier et David Windrif. Ludovic Gadbin et Charley Mottier sont à la recherche de nouveaux représentants pour l’écurie TOP.

Un partenariat avec Au-Delà des Pistes. Sandie Doussot Billot a souhaité travailler en partenariat avec Au-Delà des Pistes, pour montrer qu’il y a un suivi après la carrière de courses des compétiteurs. Elle nous a expliqué : « La retraite des chevaux de courses est une préoccupation pour notre écurie. Nous reversons un montant à l’association à chaque fois que les chevaux sont à l’arrivée. J’avais convenu cela avant le début de l’écurie. J’avais envie de montrer aux actionnaires qu’on demande beaucoup de choses aux chevaux de courses, mais que l’on s’occupe d’eux ensuite. Et qu’ils peuvent faire plaisir et se faire plaisir dans diverses disciplines. »