Latrobe, le meilleur de Camelot pour les éleveurs d’obstacle français

Élevage / 14.01.2021

Latrobe, le meilleur de Camelot pour les éleveurs d’obstacle français

LES NOUVEAUX ÉTALONS

Latrobe, le meilleur de Camelot pour les éleveurs d’obstacle français

Quatre des six derniers lauréats du Grand Steeple-Chase de Paris sont issus d’un étalon d’obstacle d’Étreham. Cette grande maison s’associe avec le haras de la Tuilerie pour la carrière d’étalon de Latrobe. Ce fils de Camelot, noir avec de la taille – 1m66 – coche toutes les cases pour devenir un bon reproducteur sur les obstacles…

Par Adrien Cugnasse

Nicolas de Chambure, directeur du haras d’Étreham, a commenté : « Nous sommes très heureux d’avoir pu faire l’acquisition de Latrobe pour sa carrière d’étalon. Nous cherchions activement un très bon cheval de plat suite à l’arrivée dans le parc étalon français de nombreux profils ayant performé à Auteuil comme Goliath du Berlais (Saint des Saints). Il est important de pouvoir proposer aux éleveurs des étalons variés et des profils qui peuvent se compléter. La réussite de Poliglote (Sadler’s Wells) par exemple, a montré l’importance des chevaux de Derby qui apportent un peu plus de vitesse et d’influx à la jumenterie d’obstacle française. Latrobe répond pour nous parfaitement à cet objectif. C’est un magnifique fils de Camelot (Montjeu), il a couru à 2ans avant de gagner le Derby Irlandais. Il a montré beaucoup de courage et un très bon tempérament en voyageant et en performant à l’étranger. Nous invitons les éleveurs à venir le voir au haras de la Tuilerie. » Des breeding rights sont actuellement disponibles. Une nouvelle fois, le haras d’Étreham récompensera l’éleveur du vainqueur de la Crystal Cup. Le directeur commercial, Franck Champion, nous a expliqué : « Le sang américain – dont la famille de Latrobe – a toujours apporté de la puissance et de la taille. On se souvient par exemple de Turgeon (Caro) dont la mère était issue d’un papier américain, comme celle de Latrobe. Il a beaucoup de points de force. C’est un cheval très élégant, avec une belle tête tout en ayant plus de puissance que son père. Je pense qu’il est important de ramener classe de plat et puissance. »

Montjeu sur les obstacles. On le sait, la présence de Montjeu (Sadler’s Wells) dans un pedigree est toujours très intéressante dans un pedigree d’obstacle. Ce gagnant du Derby d’Irlande – comme son petit-fils Latrobe – a donné Won in the Dark (Juvenile Hurdle & Champion 4yo Hurdle, Grs1), le champion Hurricane Fly (vingt-deux victoires au niveau Gr1), mais aussi Ivanovich Gorbatov (Triumph Hurdle, Gr1). À leur tour, ses fils ont produit des sauteurs avec succès. Et statistique assez incroyable, ils sont dix dans ce cas. On peut citer Authorized, Montmartre, Walk in the Park, Fame and Glory, Jukebox Jury, Scorpion et… Camelot !

De Montjeu à Camelot. Exactement comme son père, Camelot a donné vingt et un black types et trois gagnants de Gr1 en plat, alors que ses premiers produits terminaient leur saison de 3ans : Athena (Belmont Oaks), Latrobe (Irish Derby) et Wonderment (Critérium de Saint-Cloud). Sur les obstacles, Montjeu a dû attendre sa troisième génération de produits pour donner un gagnant de Gr1. Or Camelot, dès sa première production, a déjà atteint ce niveau : lors du Tattersalls Ireland Spring Juvenile Hurdle (Gr1), Sir Erec (Camelot) et Gardens of Babylone (Camelot) ont décroché les deux premières places ! Le fait que Camelot – comme Montjeu et Sadler’s Wells avant lui – donne rapidement des chevaux de niveau Gr1 sur les obstacles est un vrai signe : la chasse aux fils de Camelot pour produire des sauteurs est donc officiellement ouverte ! Outre-Manche, il a déjà donné dix-huit gagnants sur les obstacles. Le dernier cheval à avoir (presque) réussi à remporter la Triple couronne a reçu des mères en provenance de certains des meilleurs éleveurs d’obstacle français, comme Thierry Cyprès, Guy Chérel, Nicolas de Lageneste, Patrick Boiteau (liste non exhaustive)…

Une famille super vivante. Latrobe est l’unique lauréat de Groupe 1 par Camelot au haras en Europe. Il est issu d’une mère par le très recherché Shamardal et cette dernière, Question Times, a produit trois gagnants black types. Sa propre sœur Pink Dogwood (Camelot) s’est classée deuxième des Oaks d’Epsom mais également troisième des Oaks d’Irlande et des Pretty Polly Stakes (Grs1). Latrobe a la même deuxième mère que l’impressionnante Newspaperofrecord (Lope de Vega), lauréate des Just a Game Stakes et de la Breeders' Cup Juvenile Fillies Turf (Gr1).

Son parcours. Proche deuxième pour son unique sortie à 2ans, l’ancien pensionnaire de Joseph O’Brien a bénéficié des engagements classiques. Son entraîneur nous confiait alors : « Il a su être dur pour aller prendre la deuxième place. C’était probablement un bon maiden. C’est un de ceux que j’attends vraiment de revoir l’année prochaine. Il peut suivre la route vers le Derby. C’est un cheval assez imposant qui va continuer à prendre de la maturité durant son année de 3ans (…) C’était un poulain bien fait, très grand, puissant… C’était déjà un très bon yearling. » Victorieux ou deuxième par six fois sur huit sorties à 3ans, Latrobe a remporté le Derby Irlandais (Gr1), devant les deux représentants de Coolmore, Rostropovitch (Frankel) et le double lauréat de Gr1 et désormais étalon, Saxon Warrior (Deep Impact). Ce jour-là, Latrobe devance huit lauréats ou futurs lauréats de dix-sept courses de Groupes. À 3ans, il s’est ensuite classé deuxième du St Leger Irlandais (Gr1) et deuxième des Seppelt Mackinnon Stakes (Gr1) en Australie. Latrobe a aussi pris la deuxième place des Gallinule Stakes (Gr3). À 4ans, il monte sur le podium des Alleged Stakes (Gr3) pour sa rentrée, termine deuxième de l’International Curragh Cup (Gr2) et s’impose dans les Ballyroan Stakes (Gr3). Il conclut sa remarquable carrière de course avec un total d’allocations de plus d’un million d’euros.

https://www.etreham.com//upload/etalon_media/LATROBE.mp4

Deux courses de plat qui font les étalons… d’obstacle ! Avant Latrobe, le podium Derby d’Irlande a vu passer un certain nombre de futurs étalons qui ont ensuite brillé en tant que pères de sauteurs. C’est le cas de Fame and Glory, Sholokhov (Sadler’s Wells), Camelot, Dream Well (Sadler’s Wells), bien connu en France, King’s Theatre (Sadler’s Wells), cinq fois meilleur père de sauteurs anglo-irlandais, Old Vic (Sadler’s Wells), tête de liste des étalons d’obstacle anglais en 2007/2008, Kahyasi (ile de Bourbon).

Le podium Derby d’Irlande a de son côté vu passer Jukebox Jury, Yeats (Sadler’s Wells), Kayf Tara (Sadler’s Wells), onze fois champion des pères de sauteurs en Angleterre et même Turgeon (Caro), lequel a décroché le premier de ses deux titres de tête de liste des étalons français sur les obstacles en 2006.

LATROBE

Camelot & Question Times, par Shamardal

Derby d’Irlande (Gr1)

Ballyroan Stakes (Gr3)

Deuxième de l’Irish St Leger (Gr1)

Deuxième des Seppelt LKS Mackinnon Stakes (Gr1)

Stationné au haras de la Tuilerie

4.000 € H.T. (LF)

Sadler’s Wells

Montjeu

Floripedes

Camelot

Kingmambo

Tarfah

Fickle

LATROBE (M6)

Giant’s Causeway

Shamardal

Helsinki

Question Times

So Factual

Forever Times

Simply Times