Trois questions pour comprendre l'évolution des nouveaux étalons français

Élevage / 10.01.2021

Trois questions pour comprendre l'évolution des nouveaux étalons français

Au 10 janvier, nous avons référencé 34 étalons qui vont faire pour la première fois la monte en France en 2021. La qualité des nouvelles recrues française progresse-t-elle ? Sont-ils plus nombreux que d’habitude ? Combien vont avoir leur chance au haras ?

Par Adrien Cugnasse

Si le marché des ventes aux enchères a connu une baisse à deux chiffres un peu partout en Europe, celui des nouveaux étalons ne semble pas connaître la crise dans notre pays. Au 10 janvier 2021, on sait donc déjà que 34 nouveaux étalons vont officier en France, dont 26 n’ont jamais sailli dans l’hémisphère Nord. C’est beaucoup. Le record remonte à 2009 avec 40 nouveaux. Depuis 2002, l’année la moins chargée fut 2015 avec le lancement de "seulement" 19 sires.

Évolution du nombre de nouveaux étalons, dont débutants, en France

Saison Débutants Nombre total de nouveaux étalons (% de débutants)
2021 (au 10/01) 26 34 (76 %)
2020 30 37 (81 %)
2019 27 36 (75 %)
2018 26 31 (84 %)
2017 20 25 (80 %)
2016 16 26 (62 %)
2009 29 40 (72,5 %)

La qualité est-elle en progression ? C’est une question à laquelle il n’est pas si facile de répondre. Mais sur le long terme, on voit qu’effectivement le nombre de gagnants de Gr1 qui débutent dans notre pays – sans avoir débuté à l’étranger donc – est plus élevé qu’il y a une décennie. Cela fait quatre saisons de suite qu’au moins cinq lauréats de Gr1 en plat effectuent leur première saillie en France. Cela atteste d’une certaine attractivité de notre pays et de la capacité d’une partie des acteurs français à investir.

Évolution du nombre de nouveaux gagnants de Gr1 au haras en France

Saison de monte Débutants ayant gagné au niveau Gr1 en plat
2021 6
2020 6
2019 5
2018 6
2017 2
2016 2
2009 0

                                                                                 

Le profil des nouveaux étalons français évolue-t-il ? Au moment où l’on parle beaucoup de vitesse et de précocité, il est assez surprenant de constater que finalement, peu de purs précoces arrivent chaque année en France. En effet, en 2021, seulement trois nouveaux sires ont décroché leur meilleur Racing Post rating à 2ans. À l’autre bout du spectre, les sires ayant gagné sur les obstacles restent toujours peu nombreux. Ce qui change, c’est certainement leur valeur et le tarif auquel ils débutent ! Le changement le plus notable concerne certainement la tenue. En 2009, 24 nouveaux étalons avaient réalisé leur meilleure performance sur 2.000m ou plus. Ce chiffre est progressivement en baisse et ils ne sont que sept en 2021, après avoir été 16 en 2020.

À quel âge les nouveaux étalons ont-ils obtenu leur meilleur rating ?

Saison Meilleur R.P.R. à 2ans (%) Meilleur R.P.R. à 3ans & plus Gagnant en obstacle
2021 3 (9 %) 28 3
2020 4 (11 %) 31 2
2019 6 (20 %) 24 6
2018 6 (19%) 20 3
2017 3 (12%) 21 0
2016 4 (15%) 18 3
2009 3 (7,5%) 36 1

RPR : Racing Post rating

Combien vont avoir leur chance ? C’est encore une question peu évidente. Dans les saisons chargées en nouveaux étalons, le nombre de juments à saillir n’étant pas illimité, il y a forcément des perdants. Pour déterminer le nombre de juments nécessaires à la réussite d’un jeune étalon, nous avons étudié le palmarès des étalons en France de 2012 à 2017. Notre petite étude n’a pas valeur de règle. Mais elle permet de se faire une idée. Elle se concentre sur les reproducteurs qui ont fait partie du top 15 des pères de gagnants en plat dans l’Hexagone – où les français sont minoritaires – après avoir débuté leur carrière de reproducteurs dans notre pays. Sur la période étudiée, 17 étalons répondent à ce critère. On remarque également que 16 de ces 17 étalons ont débuté avec 40 saillies ou plus. Dès lors, selon notre échantillon, si un jeune sire ne parvient pas à franchir ce nombre de saillies, la suite de sa carrière semble très difficile. Sur ces 17 sires, la moyenne en première saison est de 89 saillies et la moyenne sur les trois premières saisons est de 85 juments. Pour avoir une chance raisonnable de réussir, il vaut donc mieux commencer avec 85 mères… La seule exception de notre étude est Kendargent (Kendor). Il n’a sailli que 28 juments lors de ses débuts et a pourtant réussi à percer. Si l’on jette un œil au bilan de la saison de reproduction 2020, seulement six nouveaux ont sailli 85 juments ou plus, dont cinq pour l’obstacle… et uniquement un cheval de plat. Et seulement 12 ont atteint les 40 juments. On peut donc penser que pour les 25 autres, il sera très difficile de percer et de résister à l’usure du temps.