Stallion Cap américaine : trois mastodontes portent plainte contre le Jockey Club !

International / 23.02.2021

Stallion Cap américaine : trois mastodontes portent plainte contre le Jockey Club !

C’est une bombe qui a explosé mardi au sein de l’étalonnage américain. Trois des haras les plus influents du Kentucky – Spendthrift Farm, Ashford Stud et Three Chimneys Farm – attaquent en justice le Jockey Club américain et la Kentucky Horse Racing Commission. Ils estiment que la règle des 140 juments maximales par étalon est anticonstitutionnelle.

De la réflexion…

Septembre 2019. Le Jockey Club américain annonce qu’il réfléchit à une limitation du nombre des saillies par étalon. Le communiqué de l’époque indique que le Jockey Club s’inquiète de la baisse de la diversité génétique chez le pur-sang. Il se dit être le garant du stud-book américain et du bien-être du pur-sang. En 2019, il précise que 43 étalons ont eu des books supérieurs à 140 juments. Ces 43 étalons ont sailli 7.415 juments… soit 27 % du nombre total des juments à la reproduction. À ce stade, rien n’était gravé dans le marbre, et plusieurs scenarios de mise en application de cette règle (baptisée la Stallion Cap) étaient évoqués.

… À l’application

Mai 2020. Les commissaires du Comité nord-américain du Jockey Club ont statué. La Stallion Cap s’appliquera aux étalons nés à partir de 2020 (donc les yearlings de cette année). Les sires nés en 2019 ou avant seront exemptés de cette règle des 140 juments au maximum. C’est beaucoup plus soft que le plan initial, qui était le suivant :

- les étalons entrant au haras en 2020 seraient exemptés de la Stallion Cap jusqu’en 2023,

- ceux entrés en 2019 en seraient exemptés jusqu’en 2022,

- ceux entrés en 2018 en seraient exemptés jusqu’en 2021,

- ceux entrés en 2017 ou avant seraient limités à 140 juments à partir de la saison 2021.

Spendthrift avait été le premier à s’élever contre cette mesure. C’est bien compréhensible, à la lecture du tableau ci-dessous…

Les étalons américains ayant le plus sailli en 2020

Étalon Haras Nb de juments saillies Tarif 2020
Uncle Mo Ashford Stud 257 125.000 $
Into Mischief Spendthrift Farm 248 175.000 $
Mendelssohn Ashford Stud  242 35.000 $
Vino Rosso Spendthrift Farm 238 30.000 $
Constitution WinStar Farm 231 40.000 $
Mitole Spendthrift Farm 230 25.000 $
Justify Ashford Stud 222 150.000 $
Audible WinStar Farm 219 25.000 $
Omaha Beach Spendthrift Farm 215 45.000 $
Munnings Ashford Stud 207 30.000 $
Palace Malice Three Chimneys Farm 207 25.000 $
Goldencents Spendthrift Farm 204 25.000 $
Maximus Mischief Spendthrift Farm 196 7.500 $
Practical Joke Ashford Stud 188 25.000 $
Tapiture Darby Dan 186 7.500 $
Flameaway Darby Dan 183 7.500 $


La déclaration – fracassante ! – de B. Wayne Hughes (Spendthrift Farm)

« L’introduction de la Stallion Cap par le Jockey Club est un abus de pouvoir flagrant. C’est une mauvaise loi, érigée selon des preuves scientifiques erronées, et qui sera néfaste au marché. Un petit groupe d’individus appartenant à un club privé de New York a été autorisé à prendre une décision qui va avoir un impact négatif sur l’avenir des courses et de l’élevage du Kentucky et du pays entier. Nous avons déposé cette plainte pour défendre notre secteur économique contre cette décision arbitraire, qui va à l’encontre des lois du marché et des lois du pays et qui n’est pas basée sur des preuves scientifiques. S’ils peuvent fixer la limite à 140, pourquoi ne l’abaisseraient-ils pas à 100, 80, ou encore moins ? Qu’adviendra-t-il de votre jument si elle ne fait partie des 140 ? Nous sommes vraiment inquiets pour la survie des petits éleveurs. » 

Les arguments des plaignants

Le dossier que les trois haras ont monté pour leur action en justice est très complet.

Leurs arguments s’articulent autour de quatre points : la science, la Constitution, l’impact économique et le conflit d’intérêt.

Concernant les arguments scientifiques :

Pour les trois haras, les preuves scientifiques avancées par le Jockey Club ne sont pas fondées.

- La corrélation entre "méga-books" et augmentation de l’inbreeding n’est pas évidente. Aucune étude scientifique sérieuse n’a été menée avant que le Jockey Club ne prenne sa décision.

- La limitation à 140 juments est arbitraire et les juments surnuméraires des 40 étalons les plus populaires ne feront que se reporter sur les 40 suivants, qui sont souvent issus des mêmes courants de sang.

- Une limitation "naturelle" existe déjà étant donné que l’insémination artificielle est interdite chez le pur-sang.

Concernant l’aspect constitutionnel :

- Cette mesure viole les lois anti-trusts américaines qui, globalement, encouragent la fixation des prix par le marché lui-même, au bénéfice des consommateurs.

- Cette mesure va aussi à l’encontre des principes américains de libre échange, et a le même effet que d’imposer une taxe à l’élevage américain, au risque de dégrader sa compétitivité internationale.

Concernant l’aspect économique :

- Le risque est de voir un exode des étalons américains vers des pays sans limitation du nombre des saillies, d’où un appauvrissement des lignées américaines, et un impact certain sur l’économie du Kentucky en général.

- Les trois haras citent l’exemple des conséquences de la perte de Sunday Silence pour l’élevage américain…

- Dans leur plainte, les trois haras estiment que la Stallion Cap, si elle avait été appliquée en 2019 à tous les étalons saillissant plus de 140 juments, aurait coûté 85 millions de dollars aux étalonniers !

Concernant le conflit d’intérêt :

- Le Jockey Club est un groupe privé de cooptés qui ne devrait pas avoir une telle influence sur l’élevage américain.

- La grande majorité des membres de ce club a des intérêts dans des étalons.

- La décision a été prise par les commissaires du Comité du Jockey Club, sans que les membres ne puissent voter ou s’exprimer.

- L’élevage du pur-sang est international, or aucun organisme gouvernemental gérant les stud-books des différents pays d’élevage n’a été consulté.