Angus gold :

Autres informations / 16.08.2007

Angus gold :

 « UNE VENTE SUR LA MONTANTE »

Le

départ de la quotidienne partie de golf Elie de Brignac a été donné jeudi à 8

heures, cour A, avec, parmi les early birds le courtier de Naas, Brian

Grassick. Même s'il intervient assez rarement sur le marché français, le

courtier, par ailleurs frère du directeur de Coolmore, a donc ouvert le « grand

parcours », suivi de près par Angus Gold [photo], le racing manager de

Shadwell, accompagné de Paul Webber. « Nous avions une short list d'une

vingtaine de poulains, a précisé Angus Gold dans un impeccable « franglais »,

et je suis content de ce que j'ai vu. Nous montrerons cette liste au Cheik

Hamdan à son arrivée demain (lisez vendredi) et il fera son choix. Mais le

niveau de cette vente est très certainement sur la montante. Bien sûr, il faut

s'attendre à un tassement du marché européen, mais je crois que Deauville va

commencer à recueillir les fruits de ses investissements - notamment les

initiatives du FRBC - et que le marché sera solide. Il y a un vrai buzz, une

bonne ambiance. » LE TEAM COOLMORE À PIED

D’OEUVRE

Le

team Coolmore est arrivé sur place jeudi en début de matinée. Paul Shanahan a

alors retrouvé notamment David Christy Grassick, David O’Laughlin et Mathieu

Alex, tandis que Demi O'Byrne, Timmy Hyde et John Magnier, qui était déjà là

mercredi, les ont rejoint un peu plus tard. Et comme au golf, le premier arrivé

a dicté le train des parties suivantes jusqu'au « trou n°18 », qui comprend

notamment le spectaculaire consignment d'Etreham. Le courtier anglais Charlie Gordon

Watson, un vieil habitué du ring normand, avait pris de l'avance sur ses petits

camarades, ayant commencé ses visites à Deauville dès mercredi.  « J'ai eu quelques belles réussites ici au

fil des années et le catalogue me paraît de mieux en mieux, a noté Charlie

Gordon-Watson. C'est quand même un peu tôt pour une vente de yearlings, même si

Keeneland arrive trois semaines plus tard seulement. Aux Etats-Unis, cependant,

les poulains sont préparés de bonne heure. Les ventes de Deauville demandent

beaucoup de travail et nous sommes peut-être plus attentifs aux dates de

naissance. »

JAMES EGAN DE RETOUR À

DEAUVILLE

James

Egan, l'animateur de Corduff Stud, présente trois yearlings cette année et

connaît bien le marché français pour le fréquenter depuis longtemps, quoique

irrégulièrement : « Je ne vends pas tous les ans à Deauville, a-t-il expliqué.

Ce qui fait que j'en vends cette année ? Probablement le côté français de ces

poulains. Vendre aussi tôt dans la saison est aussi une bonne chose pour nous.

Cela permet de préparer les sessions d'octobre plus sereinement. Les aléas des

places boursières auront peut-être une influence sur les résultats, mais c'est

un marché très différent de celui des Etats-Unis. » Il n'y a pas de sens

giratoire à Deauville dans l'établissement de vente, et rien n'empêche de

commencer sa visite par les cours satellites, à l'image du courtier scandinave

Barry Olsen. « Je suis venu à Deauville pour la première fois il y a vingt ans,

a-t-il rappelé après avoir observé une partie du contingent d'Etreham, et

régulièrement depuis sept ou huit ans. Chaque année, le catalogue s'améliore et

les principaux vendeurs sont d'un niveau professionnel irréprochable. Les

poulains que nous trouvons ici sont un peu particuliers, en ce sens qu'il faut

apprendre à les apprécier. Je représente en particulier un investisseur suédois

qui fait entraîner en France. »

ET DU CÔTÉ « FRANCAIS »…

 Leonidas Marinopoulos et son épouse sont arrivés en

fin de matinée, souriants quoique déçus par la défaite de Balius dans la Copa

de Oro (L), mercredi à San Sebastian. Autre investisseur français, mais absent

ces dernières années, Jean-Louis Bouchard s'est rendu sur le site Elie de

Brignac au cours de l'après-midi. On y a aussi vu, dès le matin, de nombreux

entraîneurs et notamment Nicolas Clément, Robert et Rodolphe Collet, François

Doumen, Richard Gibson, François Rohaut, Jean-Claude Rouget, John Hammond,

David Smaga, André Fabre, Freddy Head et Criquette Head-Maarek, Mikel

Delzangles, etc. On n’attend plus que la voix de Philippe Augier, premier à

intervenir vendredi à la tribune, à 14h30. Les jours suivants, Eric Hoyeau

animera les premières enchères.

LES AVIONS D'ARQANA

L'avion

affrété par Arqana au départ de Standsted, jeudi matin à deux heures, est

arrivé à Saint-Gatien vers midi avec une trentaine d'invités de l'agence à son

bord, escortés par Jocelyn de Moubray. On trouvait parmi eux Kevin Buckley

(Plantation Stud), les entraîneurs Henry Cecil, Ed Dunlop et Jeremy Noseda, ou

encore Lord Grimthorpe (Juddmonte Farm). La veille, un semblable convoi avait

décollé de Dublin avec à son bord cinquante passagers dont M. et Mme Ricky

Barnes, acquéreurs du top-price de la vente en 2005 pour 580.000 euros, le

courtier international Dermot Farrington, Brian Grassick et son épouse, Olive

Gallagher (Emerald Bloodstock), Con Marmane entre autres pinhookers, John

O'Connor (Ballylinch stud) ou encore Dermot O'Rourke et Madame (Plantation

Stud).