Corine barande barbe debute le debat

Autres informations / 03.08.2007

Corine barande barbe debute le debat

JDG est une plateforme, où tous les socio-professionnels

peuvent s’exprimer en totale liberté. Dans notre édition du 31 juillet 2007,

nous lancions le débat sur la sélectivité des parcours en ligne droite. Corine

Barande-Barbe a été la première à réagir. Merci à elle.

« Puisque vous souhaitez ouvrir une tribune, je ne

résiste pas à l'envie de répondre au « débat » ouvert en début de semaine sur

les courses en ligne droite après les incidents du Prix Eugène Adam. Tout

d'abord, il me semble qu'une prise de position se doit d'être signée ! Ensuite,

je trouve curieux de remettre en question une des richesses françaises… Un

simple regard sur le palmarès des Prix Jacques le Marois et d'Astarté suffit à

balayer les doutes sur la sélectivité des lignes droites, que ce soit pour les

futurs étalons et les futures mères. Les 2.000m en ligne droite de la Coupe de

Maisons-Laffitte ont vu s'affronter jusqu'à quatre gagnants de groupe 1 ! Les

Prix Quincey et Messidor sont d'excellentes épreuves… Ailleurs, les Champion

Stakes font figure de joyau.

Du côté des handicaps, ce n'est pas un hasard si le

Grand Handicap de Deauville (ligne droite) est le seul handicap à bénéficier du

statut de Listed-Race. Et je trouve, personnellement, que les Quintés en ligne

droite sont passionnants et plutôt réguliers.

Utiliser une course houleuse pour polémiquer sur la

ligne droite me paraît parfaitement stérile. Après le Grand Prix de Paris 2007,

avec enquête, chute et gênes, doit-on envisager de supprimer les 2.400 mètres

de Longchamp ? De grands champions ont affiché leur classe en ligne droite.

Miesque, pour ne citer qu'elle, a gagné dix Gr1 : huit en Europe, parmi

lesquels quatre se disputaient en ligne droite (dont deux fois le Jacques le

Marois à 3 ans et à 4 ans) ! »

Corine Barande-Barbe