Doncaster en progrès,dans le sillage de deauville ?

Autres informations / 31.08.2007

Doncaster en progrès,dans le sillage de deauville ?

Les

résultats des ventes des Doncaster St.Leger Yearlings apportent quelques enseignements

intéressants aux acteurs français de l'élevage. Rappelons d'abord les progrès

significatifs observés cette année :

+ 12% pour la moyenne qui atteint 35.992 Guinées, soit 55.743€,

+12% pour la médiane qui atteint 28.000 Guinées, soit 43.334€,

+ 6% pour le chiffre d'affaires qui atteint 15.008.600 Guinées, soit

23.260.327€. Notons que cette augmentation sur 2006 est d'autant plus

significative que ces mêmes ventes avaient déjà réalisé une augmentation

spectaculaire en 2006 de 30% sur la moyenne et de 25% sur la médiane, dépassant

ainsi le caractère local qu'elles avaient traditionnellement, pour atteindre

une dimension qui les rapproche des ventes «continentales» de yearlings en

Europe. Pour les situer, ces ventes de Doncaster, si l'on se réfère aux

moyennes, se situeraient en dessous du dimanche de Deauville mais au-dessus du

lundi normand qui a réalisé cette année une moyenne de l'ordre de 44.000€. Les

progrès se retrouvent dans les statistiques : 22 yearlings ont dépassé les

100.000 Guinées soit 154.387€, alors que seulement 14 l'avaient fait en 2006

Cette forte croissance observée depuis deux ans à Doncaster, le directeur de

ces ventes Harry Beeby [photo] l'attribue principalement « à l'amélioration

régulière de la qualité des yearlings offerts », comme il l'a répété à tous les

médias qui l'interrogeaient. Comme à Deauville, « il ne manquait aucun des

grands acheteurs européens » a-t-il ajouté.

Henry

Beeby par ailleurs a noté que la très bonne tenue de cette année pouvait aussi

être liée à la nouvelle «maquette» des ventes qui avait réparti les yearlings

suivant l'ordre alphabétique des mères sur les 3 jours de vente en continu.

Cette uniformisation des sessions a donné un bon «coup de main» à la nouvelle

atmosphère qui régnait selon le directeur des ventes. Seule ombre au tableau,

l'annonce faite par les dirigeants (Doncaster est passée dans l'orbite de

Goffs) d'un passage l'année prochaine de la Guinée à la Livre Sterling. Cette

«réforme», révolutionnaire pour la Grande-Bretagne, aura pour conséquence de

modifier les commissions perçues plus «ouvertement» sur les acheteurs et les

vendeurs, à savoir 6% sur les clients et 1,5% sur les éleveurs. Nous verrons

l'année prochaine si cette modification est positive, ce qui a priori semble

douteux…