Encore un coup de pub pour les ventes

Autres informations / 21.08.2007

Encore un coup de pub pour les ventes

Battue

par Skagerrak (Dynaformer) pour sa première sortie publique, Sendora (Kendor)

n'en a pas moins fourni un effort hautement prometteur. Achetée 85.000€ par

Didier Prod'Homme aux ventes d'août 2005 (où Crispin de Moubray avait

d’ailleurs acheté Skagerrak pour 220.000€), l'élève de Jean-François Gribomont

est très estimée par l'entraîneur : « C'est probablement une des meilleures

pouliches que j'ai entraîné, a-t-il annoncé. Elle a eu un chip à deux ans après

un premier gazon et le docteur Villa l'a opérée. Elle a passé des mois au haras

ensuite. Je ne l'ai pas récupérée depuis longtemps. Elle a battu toutes mes

gagnantes très facilement au travail. C'est une classique. Elle fait partie de

la même famille que Magical Romance, qui a été vendue pleine pour environ 7 M€

à Newmarket. » San Carlos (Dr Fong), le frère cadet de Sendora, est à

l'entraînement chez Pascal Bary pour le baron Van Gysel. « Il est aussi

prometteur », a révélé son éleveur, Jean-François Gribomont, qui a vendu la

mère de Sendora, Sateen (Barathea), pleine de Galileo l'an dernier à Newmarket

pour environ 330.000€ à Moorpark Stud.

Pour

rester sur une note ébouriffante, le gagnant du Prix du Val Raquet (F), Hujum

(Rock of Gibraltar) a été acheté 500.000€ aux ventes d'août 2005. Son frère par

Galileo a fait le top price des ventes de cette année à 1,4 million d'euros.

Lauréate de la version féminine de cette course, le Prix de Saint-Germe (F),

Victori College (Rock of Gibraltar) est une propre soeur de l'alezane achetée

500.000€ par Jean de Roualle samedi. David Smaga l'avait achetée pour Omar

Shariff 120.000€ aux ventes 2005 : « Et j'ai longtemps enchéri sur sa soeur

samedi, a ajouté l'entraîneur. J'entraîne aussi un 2ans inédit pour Omar (un

fils de Highest Honor acheté 70.000€ l'an dernier à Deauville, ndlr). Il m'a

porté enfant sur ses genoux, car c'était un ami de ma famille, en Egypte.

Victoria College n'a poas été très heureuse auparavant et elle devrait pouvoir

aller sur une Listed-race, maintenant. » Le propriétaire de la pouliche était à

Deauville avec un de ses petits-enfants. «La ligne droite était insupportable

», a-t-il avoué, en mimant son angoisse jusqu'au poteau.