Un marchand orfèvre éblouit deauville

Autres informations / 06.08.2007

Un marchand orfèvre éblouit deauville

Il existe dans l'histoire du turf

des héros sympathiques, Marchand d'Or fait partie de cette catégorie. Rien ne

semble pouvoir l'arrêter sur la distance hybride de 1.300/1.400m. Et quand le

peloton de ce Prix Maurice de Gheest s'est déployé à 300m du poteau sur la

largeur de la piste, offrant à de nombreux prétendants la possibilité de

gagner, quand Marchand d'Or s'est précisément retrouvé sur la même ligne que

ses principaux rivaux, pas très bien placé à l'extérieur du groupe, le fils de

Marchand de Sable a accéléré à nouveau !

>>

« J'étais très inquiet à ce moment précis,

pendant une à deux secondes éternelles, nous a confié Freddy Head. Il venait de

faire un effort pour se hisser au niveau des leaders, et c'est à cet instant

que de nombreux compétiteurs « coincent », faute de souffle ou de ressources.

Eh bien ce fut l'inverse et c'est pour cela qu'il est le meilleur cheval que

j'ai entraîné. » En effet, l'air de rien, notre héros changea de braquet et

Davy Bonilla fila vers le poteau, augmentant son avance à chaque foulée. Du

travail d'orfèvre. Il faut dire que souvent, lorsqu'un cheval gagne une course,

il y a des satisfaits qui rient, et d'autres qui font grise mine.

C'est pourquoi un miracle eut lieu ce dimanche

après-midi à Deauville : chaque personne présente soutenait l'effort de ce «

Marchand » si français et l'encourageait de la voix. Le public de Deauville a

plébiscité son champion qui venait de rééditer son exploit de l'année dernière.

C'était comme s'il venait de gagner la Coupe du Monde de football : la

communion d'un public (lire aussi en page 4). Une euphorie d'autant plus

générale que le challenger anglais, l'excellent Dutch Art, ancien vainqueur du

Morny et surtout second récemment de la July Cup (Gr1), se montrait menaçant

pour le gris français, réalisant une très bonne prestation qui valorise

l'accélération impitoyable du cheval de Freddy Head. Ce fut une très grande

course entre vrais performers de Gr1, et tous ceux qui connaissent le flegme de

notre Freddy national ont pu mesurer l'émotion intérieure qu'il ressentait.

 

UN CHAMPION DÉLICAT

Car si tout s'est déroulé comme dans un rêve,

cela n'a pas été aussi facile que cette grande minute de course. Marchand d'Or

a boycotté le rond de présentation et s'est dirigé « en main » vers les stalles

de départ. Chacun sait que « s'il s'entraîne tout seul », comme aime à le

préciser son entraîneur, c'est en partie à cause d'un caractère de plus en plus

« indépendant » qui l'amène à accepter le travail avec parcimonie. Tous les

initiés savent que Freddy fait des merveilles pour lui « cacher » le travail en

lui taillant des séances sur mesure afin que notre héros accepte l'effort du

matin. Et quand nous l'avons vu entrer dans le rond de présentation, en

splendide condition, nous savions que notre ancien crack jockey avait une fois

de plus gagné la partie qu'il joue tous les jours avec son champion. Le duo

d'orfèvre, du cheval et de l'entraîneur, peut encore continuer à nous enchanter

et à construire ce qui est désormais une vraie légende du turf. Nous, avec le

public sportif de Deauville, on en redemande

 

 FREDDY HEAD : « UNE BELLE

HISTOIRE D’AMITIÉ »

 En

attendant le retour de son cheval, Freddy Head était assailli de félicitations,

à commencer par celles de sa fille Samantha, qui versait des larmes de bonheur.

Entre deux accolades, il nous a parlé de Marchand d’Or : « Nous vivons vraiment

une belle histoire d'amitié avec ce cheval. (...) Au printemps, une seime qui

le faisait beaucoup souffrir lui a empoisonné son début de saison. Puis il a

rapidement retrouvé le chemin du succès. C'est un cheval qui s’entraîne tout

seul, très sympathique et intelligent. Très attachant en fait. J'ai sa soeur de

2ans à l'entraînement, Saga d’or, par Sagacity. Elle n'a sans doute pas sa vitesse

mais elle devrait faire quelque chose. »

 

Lauréat de la précédente édition, Marchand d'Or

a brillamment réédité, monté en grande confiance par un Davy Bonilla sûr de son

fait. Après avoir repris son partenaire à la sortie des stalles, ce dernier n'a

pas hésité à progresser, le plus en dehors, se gardant bien de laisser Dutch

Art, son principal rival, prendre trop de champ…

Déployant de magnifiques foulées, le pensionnaire de Freddy Head n'a pas tardé

à prendre nettement le meilleur sur son cadet britannique, filant au poteau

avec désinvolture, en pleine piste, alors que celui qui aurait certainement pu

le faire quelque peu galoper, Satri, son dauphin en 2006, jouait de malchance à

deux reprises. Nul doute qu’il se consolera bientôt.

 

PRIX MAURICE DE GHEEST

Groupe I, 3 ans et plus, 250.000€, 1300m (Bon)

 

1er MARCHAND D'OR (H4) D Bonilla

Marchand De Sable & Fedora (Kendor)

2e mère : Far But Near

Pr./El. : Jl Giral - Entr. : F Head (S)

 

2e DUTCH ART (M3) Jim Fortune

Medicean & Halland Park Lass (Spectrum)

Pr. : Mme S. Roy/cheveley Park Stud

El.: Cromlech Bloodstock

Entr.: P. Chapple-Hyam

 

3e SILVER TOUCH (F4) Tp O'shea

Dansili & Sanpala (Sanglamore)

Pr. : J Abdullah - El. : Kildaragh Stud

Entr. : Mr Channon

Ecarts : 1.L, 1/2 (13 partants), Temps : 1"14'90.

Autres partants : GARNICA, MAJOR CADEAUX, SATRI, BENTLEY BISCUIT, MOSS VALE,

NEW GIRLFRIEND, TIZA.