Ventes de saratoga : satisfaisantes

Autres informations / 09.08.2007

Ventes de saratoga : satisfaisantes

Avec la disparition des Ventes de Keeneland

July, Saratoga ouvre au début du mois d'août le bal des grandes ventes

internationales de yearlings aux Etats-Unis. Mais le lustre des ventes de

Saratoga d'antan, c'est-à-dire succédant à Keeneland July qui impulsait le marché,

n'a jamais été retrouvé et Fasig Tipton peine pour se situer. En effet, le

niveau du marché sera déterminé fermement qu'avec l'impressionnante vente de

Keeneland de septembre qui attire les acheteurs du monde entier et de tous les

États US. C'est pourquoi, dans ce contexte flottant, le résultat observé à

Saratoga cette année est jugé satisfaisant, tant par les vendeurs que par

l'agence de ventes. Le chiffre d'affaires est quasiment identique à celui de

2006, mais avec 12 yearlings de plus adjugés. Aussi note-t-on une moyenne en

baisse de 10,5% et une médiane plus significative en recul de 7%. Les grands

acheteurs internationaux, plutôt axés sur une compétition européenne, s'y sont

montrés discrets à l'exception de John Ferguson, agissant pour le compte des

intérêts de son patron, le Cheik Mohammed. Même Demi O'Byrne, qui sélectionne

les chevaux pour le compte de Coolmore, souvent très actif à Saratoga, est

resté timide, se contentant de soutenir les étalons d'Ashford Stud (l'antenne

américaine du trust irlandais) dans des zones de prix intermédiaires. Il est

clair que cette vente s'adresse désormais en priorité à la clientèle américaine

traditionnelle, en villégiature dans le cadre du meeting de courses. Cette

priorité est aussi dictée par « l'américanisation » croissante d'une production

US orientée vers les étalons spécialistes du dirt. Or cette américanisation des

étalons n'est pas compatible avec des incursions sur le turf européen, à

l'image des nouvelles stars de l'élevage US, Distorted Humor et autres

Unbridled's Song.

Cependant, dans l'ensemble, le marché a été

soutenu, et on note que les acheteurs des 20 premiers numéros de la vente 2007

ne sont guère comparables à ceux de 2006, ce qui témoigne de la profondeur et

des ressources du marché américain. Nouvelle année, nouveaux clients… Par

ailleurs, les observateurs ont constaté que les pinhookers américains qui

animent habituellement le marché des yearlings ont été quasiment absents de

Saratoga, se réservant clairement pour le show de Keeneland en septembre.