Ventes de yearlings arqana : j -3

Autres informations / 14.08.2007

Ventes de yearlings arqana : j -3

Comme de coutume,

vers 8h ce mardi matin, arrivaient à l'établissement de ventes Elie de Brignac

et les premiers vans en provenance du Haras d'Etreham. Le consigner leader de

Deauville depuis de nombreuses années n'a pas failli à sa réputation

d'exactitude et de ponctualité imprimée par son mentor Marc de Chambure : ils

ont l'habitude d'arriver les premiers, sans doute une façon d'éduquer les

yearlings à l'univers de la compétition qui les attend. Les autres haras

importants n'ont pas tardé, et la Reboursière ainsi que les Capucines avaient

garni leurs boxes dans le courant de la matinée.

En fin

d'après-midi, tout le monde était arrivé. La tension ne commencera à être

palpable que mercredi quand les premiers acheteurs potentiels commenceront leur

tour d'inspection et quand les yearlings feront réellement connaissance avec

cet environnement qui les perturbe bien souvent. Eric Hoyeau et Olivier

Delloye, les « nouveaux » managers du Deauville des ventes faisaient leur tour,

ne négligeant ni les individus, ni les détails techniques. Pluie et vent

vinrent sur le tard troubler l'optimisme de rigueur, il est vrai que la

météorologie au sens large guide souvent les événements des enchères. Chacun

disserte et échange quelques banalités. Le décor et les acteurs sont en place :

« action » dira le metteur en scène vendredi.

L'EUROPE DES ÉTALONS : PLUS DE 60% D'ÉTRANGERS À DEAUVILLE

En parcourant le

catalogue de ces ventes d'août, tout observateur aura été frappé par la place

déterminante prise par les étalons étrangers dans cette vente. Le chiffre est

éloquent : plus de 60 % du catalogue est constitué d’étalons étrangers. La part

des étalons français ne représente qu'un gros tiers de notre plus grande vente

nationale. Ces statistiques froides témoignent du grand déclin du parc des

reproducteurs français. Et encore, les yearlings de cette année incorporent

encore les glorieux Linamix (16 sujets) et Anabaa (17), tout comme le regretté

Kendor (11 sujets).

La vente de

yearlings de Deauville est désormais une vente clairement européenne, 35% des

étalons étant irlandais tandis que 20% d'entre eux sont anglais. D'autres sont

en Allemagne ou en Italie qui complètent l'Europe du Galop, le restant des

étrangers étant américains (environ 7 %). Cette réalité européenne est

réconfortante car elle sauve par ailleur le label « né élevé en France » que

portent nombre de ces sujets aux allures cosmopolites mais quand même issus du

terroir national et du savoir-faire français.

Enfin, en jetant

un regard plus directement économique, nous avons relevé 131 yearlings issus

d'étalons stationnés dans la galaxie Coolmore. Cette statistique étonnante veut

que le quart des yearlings présentés soit issu d'étalons “coolmorisés”, ce qui

en dit long sur l'influence commerciale et hippique de l'empire Coolmore. Il

nous semble que cette réalité est inédite pour l'élevage occidental, et

méritait d'être relevée.