Eric hoyeau : « les pur-sang arabes français sont nos porte-drapeaux dans le golfe »

Autres informations / 10.09.2007

Eric hoyeau : « les pur-sang arabes français sont nos porte-drapeaux dans le golfe »

JDG. – Pouvait-on s'attendre,

aux ventes de jeudi dernier, à ce qu'un pur-sang arabe soit adjugé plus d'un

million d'euros ?

Eric Hoyeau. – Oui, parce que

le cheval qui a fait l'objet de cette lutte d'enchères est très atypique.

Dahess a remporté cinq Groupes 1 « arabes » un label mis en place l'hiver

dernier. Ensuite, c'est un fils d'Amer, étalon lui-même exceptionnel. Enfin,

des chevaux présentant un tel profil sont très rares sur le marché. Il faut

aussi prendre en compte le fait que l'insémination artificielle permet de tirer

davantage de revenus que la monte naturelle, de rigueur dans le pur-sang

anglais. Le modèle économique des étalonniers dans le sang arabe est donc très

différent de celui du pur-sang. Le cheval a été acquis par Jean-Pierre

Deroubaix (FBA) pour des propriétaires tunisiens.

Cette vente a immigré du

Sud-Ouest pour s'intégrer au festival du Qatar, en région parisienne (ventes à

Saint-Cloud et courses à Longchamp). La nouvelle formule fonctionne-t-elle ?

Sans aucun doute. La synergie

a fonctionné. Plusieurs représentants d'intérêts qataris étaient présents et

actifs, comme Shadwell une fois encore. Le catalogue que nous avions réuni

était d'une exceptionnelle densité, avec peutêtre davantage de qualité chez les

jeunes chevaux.

L'élevage français d'arabes

de course tient-il bien la distance après des années d'exportation ?

Oui, il fabrique des

champions tout le temps. Les principaux acteurs élèvent aussi, y compris chez

eux dans le Golfe, mais la France continue de bien tirer son épingle du jeu.

C'est très important pour toute la filière hippique française. En effet, les

pur-sang arabes français sont nos porte-drapeaux dans le Golfe, où les

anglo-saxons occupent généralement le devant de la scène dans le pur-sang

anglais. Grâce à nos chevaux arabes, nous restons dans le paysage hippique

local et c'est très important.