« kasbah » se presse sous le soleil

Autres informations / 19.09.2007

« kasbah » se presse sous le soleil

 

 

Mercredi 19, Auteuil. Une

course peut être bouleversée en un clin d’œil, à Auteuil, même sans qu’un des

protagonistes ne soit victime d’une chute. C’est ce qui s’est produit dans le

Prix de Compiègne (Gr3), théâtre du retour de Zaiyad (Sadler’s Wells) sur les

haies parisiennes. Absent depuis son succès dans la Grande Course de Haies

d’Auteuil (Gr1), le champion de Sean Mulryan venait de réapparaître avec une

brillante victoire sur le plat à Pompadour. Malgré une surcharge de trois

kilos, il partait grand favori pour s’imposer d’emblée. Rapproché progressivement

en face, tandis que Malikhan (Garuda) et Kasbah Bliss (Kahyasi) animaient la

course, il a semblé contrôler la course pour aborder le tournant final, au

moment même où Christophe Pieux, en selle sur Kasbah Bliss, laissait une chance

à son cheval. Cependant, le pensionnaire d’Arnaud Chaillé-Chaillé n’a pas

réussi à faire le trou et, bien revenu pour sauter le dernier obstacle, Kasbah

Bliss, qui venait de faire belle impression pour la millième de Thierry

Thulliez à Clairefontaine, a pris nettement le dessus pour finir, laissant le

favori à deux longueurs et demi tandis que Risko (Take Risks) finissait bien à

la troisième place, à moins d’une longueur.

Entraîneur du gagnant,

François Doumen applique le principe du « Tant que je gagne, je joue » à la

Butte Mortemart : « On se dépêche avant que le terrain ne devienne lourd,

a-t-il expliqué. Christophe Pieux l’a repris pour le remettre sur le mors dans

le tournant et lui redonner du moral. C’est à ça que marche ce cheval. »

Pour sa part, Hervé Barjot

analysait : « Zaiyad n’était pas à 100% et il est devancé par un cheval qui est

très à l’aise sur ce type de terrain. Selon Jacques Ricou, la progression du

cheval a été contrariée à deux reprises dans le parcours et comme il rendait du

poids, il a manqué pour finir. Il avait besoin de cette sortie, de toute façon,

car il soufflait beaucoup après la course. »