Soldier of fortune tire le premier

Autres informations / 17.09.2007

Soldier of fortune tire le premier

DIMANCHE À LONGCHAMP

Aidan O’Brien avait ouvert le

parapluie en grand mais le soleil de Longchamp ne s’est jamais couvert

au-dessus de Soldier of Fortune (Galileo), solide vainqueur du Prix Niel (Gr2),

tremplin royal vers l’Arc. Associé à J P Murtagh, le gagnant du Derby d’Irlande

(Gr1) a marqué son leader Song of Hiawatha (Sadler’s Wells) à la culotte pour

bien prolonger son effort. Zambezi Sun (Dansili), plus en retrait, a bien

essayé de le rejoindre et a même semblé en mesure d’y parvenir, à environ 400

mètres du but, mais il a fini par plafonner, laissant à un Sagara (Sadler’s

Wells) retrouvé le soin de s’emparer de la deuxième place. Sageburg

(Johannesburg), en revanche, n’a jamais fait illusion et semble surclassé dans

cette catégorie, même s’il n’a peut-être pas donné le meilleur de lui-même

dimanche, pour des raisons qui restent à définir.

« À un moment donné, Soldier

of Fortune penchait un peu à gauche, a noté son jockey, mais je lui ai donné

une tape et il s’est bien ressaisi pour accélérer. Il a beaucoup de tenue et

c’est un cheval volontaire. Même si le terrain était sans doute rapide

aujourd’hui, je pense qu’il serait encore meilleur avec un peu de souplesse dans

le terrain. »

Manager de l’écurie Niarchos,

Alan Cooper était rassuré, mais demeurait prudent au sujet de Sagara : « Il y a

une grande différence entre terminer deuxième du Prix Niel et une place sur le

podium de l’Arc, a-t-il précisé. Pour une raison ou une autre, il n’avais pas

fait sa valeur dans le Grand Prix de Deauville. Le terrain a sans doute joué un

rôle ce jour-là, mais aussi le voyage. Il est plus à son aise sur ce parcours.

Nous allons réfléchir à son prochain objectif. »

Pascal Bary ne s’est pas dit

déçu de la troisième place de son Zambezi Sun. « Il a prononcé un très bel

effort aux quatre cents mètres, a-t-il rappelé. Comme il n’était pas archi-prêt

aujourd’hui, il l’a payé pour finir. Il a changé de james et a demandé à

souffler. Le temps de la course est très bon. » 2’25’’60, c’est en effet le meilleur

chrono des trois préparatoires, et le meilleur temps jamais réalisé sur les 56

ans d’expérience de l’épreuve. Ce n’est d’ailleurs peut-être pas un point

positif, s’agissant d’une course préparatoire. Le drame de Manduro au soir de

sa victoire dans le Foy nous le rappelle.