Dylan thomas interdit de japan cup ! ... et de hongkong vase ?

Autres informations / 21.10.2007

Dylan thomas interdit de japan cup ! ... et de hongkong vase ?

EXCLUSIF

Dylan Thomas (Danehill) ne disputera pas la

Japan Cup (Gr1) dimanche. Ainsi en ont décidé les autorités japonaises. Tout a

commencé au lendemain du Prix de l’Arc de Triomphe...

Une semaine après le sacre de Longchamp, la

décision est prise : avant d’entrer au haras, l’infatigable Dylan Thomas sera

aligné au départ de la Breeders le 27 octobre. Le voyage n’est pas sans

risques, notamment sur le plan sanitaire. Non pas que les Etats-Unis soient un

pays dangereux ; simplement, les risques d’infection sont naturellement plus

importants chez un cheval qui va croiser sur sa

route des équidés venus de toutes les régions du globe, ce qui est le cas lors

de la Breeders. Par précaution, « Dylan Thomas a été vacciné contre l’artérite

virale à la Breeders’Cup à Monmouth, explique Aidan O’Brien. C’est une

procédure classique s’agissant d’un cheval qui se prépare à entrer au haras, et

ce aussi bien dans l’intérêt de l’étalonnier que des propriétaires des

poulinières. » Ainsi se termine le premier acte.

Dylan Thomas a beau échouer dans la Breeders,

un nouveau combat se profile : la Japan Cup. Le cheval atterrit donc au Japon

où, selon les règles internationales, il est placé en quarantaine. Il y subit

une série d’examens. C’est à cette occasion que les autorités nippones mettent

en évidence la présence de l’artérite virale. Et mardi, ils interdisent

définitivement au cheval de quitter la quarantaine pour rejoindre les écuries

réservées aux concurrents étrangers, comme cela était prévu. Aidan O’Brien ne

comprend pas :

« De nombreux chevaux sont entrés au Japon,

dans le passé, avec un vaccin contre l’artérite virale qui leur avait été

administré en prévision de leur carrière au haras. » Fin de l’acte second.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là ! Contraints

par l’attitude de la Japan Racing Association, les propriétaires de Dylan

Thomas tirent un trait sur cette aventure. Mais une porte de sortie

providentielle va leur être offerte immédiatement par le Hongkong Jockey Club,

qui se fait un plaisir d’inviter le fils de Danehill à participer au Hongkong

Vase (Gr1), le

9 décembre. Toutefois, la JRA ne l’entend pas

de cette oreille. Que le cheval quitte le Japon, passe encore. Mais que ce soit

pour rallier directement Hongkong, ça non ! Si Dylan Thomas veut courir dans

l’Archipel, il doit d’abord retourner chez lui, en Irlande, avant de reprendre

l’avion dans l’autre sens... Ainsi le veut le règlement japonais, qui prévoit

qu’un cheval qui ne présente pas les conditions sanitaires pour entrer au pays

du Soleil Levant doive rentrer dans son pays. Si les Japonais maintiennent

cette position, Dylan Thomas aura perdu trop de temps (et d’énergie) dans les

airs pour espérer courir le 9 décembre. C’est la fin du troisième acte.

Et le quatrième ? Dylan Thomas doit reprendre

l’avion samedi. Mais personne ne peut dire, mardi soir, s’il atterrira en

Irlande ou à Hongkong. La commission exécutive de la JRA se réunit ce mercredi

matin afin de statuer définitivement sur le cas du globe-trotter irlandais.