Gallorini sur les terres de chaillé

Autres informations / 14.10.2007

Gallorini sur les terres de chaillé

DIMANCHE À AUTEUIL

Onze des vingt derniers lauréats du Prix

Maurice Gillois (Gr1) ont d’abord remporté le Prix Orcada (Gr2). Quatre autres

avaient terminé deuxième de la préparatoire. C’est donc une voie royale.

Ce qui est plus étonnant encore, c’est

l’omniprésence de l’écurie Chaillé dans cette course. Depuis 2002, ses pensionnaires

ont gagné deux fois le Prix Orcada et terminé trois fois deuxième. Même constat

dans le Grand Steeple des quatre ans avec trois victoires précédées de deux

places de second. Le tout avec six chevaux différents : Green Turf, Yanau

Lapin, Ice Mood, Cyrlight, Polivalente, Or Noir de Somoza

Cette nouvelle tendance pourrait bien se

confirmer cette saison avec Piraya (Lost World), impressionnant pour sa rentrée

puis dans le Prix Edmond Barrachin (Gr3), pour son premier essai au niveau

Groupe. Il aborde maintenant seulement l’élite de sa promotion sur le steeple,

après avoir grimpé les échelons en province et évité, à Auteuil, les combats du

printemps au meilleur niveau.

Ce n’est pas le cas de Remember Rose

(Insatiable), que Jean-Paul Gallorini [photo] a déjà sellé à la victoire dans le

Prix Ferdinand Dufaure (Gr1) puis dans « La Périchole » (Gr3) malgré la

surcharge. Comme au printemps, le poulain a commencé par une course de haies,

dans laquelle il a montré qu’il avait grand besoin de compétition. Il ne sera

peut-être pas au point cette fois pour son retour sur le steeple – il avait été

battu dans le Prix Jean Stern (Gr2)

-, mais pour « Gallo », un petit Waterloo peut

précéder un nouvel Austerlitz.

Piraya aura peut-être les coudées franches

cette fois, d’autant plus que son seul tombeur à ce jour sur les« gros »,

Aviador (Astarabad), est rentrant, mais le vrai grand combat est pour dans

trois semaines.