Rio de la plata presque tout seul

Autres informations / 08.10.2007

Rio de la plata presque tout seul

PRIX JEAN-LUC LAGARDÈRE

 La

victoire de Rio de la Plata (Rahy) dans le Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1) est

nette et sans bavure. Le pensionnaire de Godolphin restait sur une deuxième

place derrière New Approach (Galileo) dans les National Stakes (Gr1), sur 1200

mètres. Cette fois, il a suivi le long de la corde l’O’Brien Greatwallofchina

(Kingmambo), qui filait bon train. Godolphin dans le dos de Ballydoyle. Un

scénario bien connu. C’est en effet souvent ainsi que l’Italien Lanfranco

Dettori se conduit lorsqu’il choisit d’adopter le masque de Brighella, un ami

d’Arlequin réputé pour être malin.

La suite de la pièce était inévitable : lorsque

la « Muraille de Chine » a commencé à pencher sur sa gauche, le descendant de

Marco Polo s’est glissé le long du rail avec la fluidité d’un spaghetti entre

deux dents de fourchette. Ite missa est.

Shediak (Selkirk), seul français dans cet

affrontement cosmopolite, a fait de son côté un barouf du diable. Trop allant

dans le sillage des premiers, il n’a pas tout de suite trouvé le jour et Rio de

la Plata avait déjà pris une bonne option sur la victoire lorsqu’il a pu

jaillir. Il a alors eu un passage très convaincant, mais à perdre trop

d’énergie dans le peloton, il n’a pu maintenir cette accélération jusqu’au

bout. Il est venu échouer à une courte tête du deuxième Declaration of War

(Okawango), constamment pointé en dehors du groupe de tête.

Cette troisième place, nette revanche sur Young

Pretender (Oasis Dream), qui venait de le battre, en dit long sur le chemin qui

reste à accomplir pour Shediak (lire la réaction de Christophe Soumillon

ci-dessous). Cependant, la route pourrait bien être très fleurie.

Ï Simon Crisford, manager de Godolphin,

propriétaire de Rio de la Plata (1er)

« C’est un super poulain. Nous nous sommes

inquiétés de l’état du terrain mais Rio de la Plata était tellement bien que

nous avons décidé d’aller à Longchamp quand même. Cette course est si

importante pour nous que nous n’avons pas pensé à d’autres objectifs. Il est

engagé dans les Dewhurst Stakes (Gr1, le 20/10) mais c’est seulement à deux

semaines. Néanmoins, comme il récupère très bien, ce n’est pas exclu. Nous

commencerons probablement par les 1600 mètres des Deux Mille Guinées, l’année

prochaine, mais il devrait bien faire sur 2000 mètres aussi. Je ne suis pas

certain qu’il tienne 2.400 mètres, même si sa famille maternelle en Argentine

suppose qu’il y parvienne. »

ï Peter Chapple-Hyam, entraîneur de Declaration

of War (2ème)

« C’est un bon cheval. J’ai voulu attendre et

courir le Racing Post Trophy (Gr1, le 27/10) mais ses propriétaires voulaient

venir ici. Il est malgré tout encore possible qu’il dispute le Racing Post

Trophy. »

ï Christophe Soumillon, jockey de Shediak (3e)

« Il a trop tiré dans le parcours. Ça lui coûte

sans doute la victoire. Ce poulain a besoin de rythme pour donner le meilleur

de lui-même et il n’a pour l’instant jamais eu une course pour ses aptitudes. »

ï Jimmy Fortune, jockey

de Young Pretender (5ème)

« Un cheval à notre extérieur nous a obligé à

reprendre. Or mon poulain n’aime pas être contrarié dans son action. Le terrain

était certainement un peu souple pour lui, aussi. »