Une entame en demi-teinte à goffs

Autres informations / 02.10.2007

Une entame en demi-teinte à goffs

SPECIAL MILLION SALES DE GOFFS IRELAND

Nous savons que le premier jour de toute vente

de yearlings beaucoup plus tiède que les suivants. C’est une sorte de loi que

nul facteur objectif puisse valider. Mais c’est comme cela.

Or ce premier lundi n’a pas été à la hauteur

des espérances des organisateurs, et il fait aussi remarquer l’absence du team

de Darley, qui n’est pas intervenu en ces débuts de vente, comme s’il se

réservait pour Newmarket qui demeure son QG.

En revanche, on remarque de nouveaux acheteurs

en masse dont les noms pour l’instant inconnus remplissent les pages de

résultats. Cependant, il est clair qu’à l’inverse de Keeneland, on note à Goffs

une faiblesse du middle market (80.000 à 150.000€), qui semble avoir

dangereusement déserté le cercle de Kill. Ce constat donne sens à la remarque

que nous faisait Brian Grassick, courtier réputé, à l’issue de cette première

vacation : « Hard to buy, hard to sell. » Difficile d’acheter, difficile de

vendre. Formulation paradoxale qui traduit la réalité suivante : la compétition

était vive pour les bons numéros, ceux qui ont dépassé les 150.000€, d’où la

difficulté d’acheter, et inversement peu de demande pour le marché moyen des

yearlings à 100.000€ qui se sont donc négociés dans les 60.00080.000€, au

détriment de certains vendeurs qui ont un peu souffert de ce manque de

profondeur du marché.

On retrouve ce sentiment général dans la

réduction de la moyenne qui révèle une baisse d’environ 7% par rapport aux

chiffres de 2006. En effet, la moyenne de l’année dernière était de 115.000€

alors qu’on a réalisé 108.000€ cette année pour cette première vacation. Le

pourcentage des rachetés a augmenté cette année, affichant 16% contre 12% en

2006.

Il nous faudra attendre les deux prochains

jours pour se faire une opinion définitive sur la marche des affaires à Kill

qui peut parfaitement se redresser, sachant que le classement par ordre

alphabétique ne nous a pas permis de voir un poulain millionnaire le premier

jour, contrairement à ce qui s’était passé en 2006. Donc wait and see.