Défi du galop : la victoire d’un miraculé

Autres informations / 01.11.2007

Défi du galop : la victoire d’un miraculé

Mercredi 31 octobre, Nantes. Distalino

(Poliglote) a remporté le Grand Prix de la Ville de Nantes, 10e Etape du Défi

du Galop. Une victoire de prestige, puisqu’elle lui offre son premier caractère

gras. Mais aussi une victoire du coeur, car Distalino aurait tout aussi bien

pu, jeudi, être mort depuis longtemps. Le fils de Distale est bien né, issu

d’une belle souche maternelle, puisque sa 3e mère n’est autre que Baracala,

mère de plusieurs gagnants de groupe dont la classique Maximova, elle-même

grande matrone. Premier consigner de Deauville, le haras d’Etreham,

propriétaire du poulain, le passe en ventes en août 2004.   Directeur commercial du haras, Franck

Champion se souvient : « Il n’avait même pas fait l’objet d’une enchère… et

nous avons été contraints de le retirer. » Distalino part alors à

l’entraînement chez François Doumen. Entre l’âge de 2 et 3 ans, il est castré.

Puis son mentor le destine à une belle carrière sur les osbtacles : « François

Doumen l’a toujours bien aimé. Il lui a appris son métier et le cheval prenait

les choses du bon côté. » Distalino court deux fois, au cours de l’été 2006, à

Clairefontaine. Bilan : une victoire et une 2e place. C’est l’heure d’attaquer Auteuil.

Pour ses débuts sur la butte Mortemart, il est 4e seulement. Mais bientôt, le

verdict tombe : boulet fracturé. « La science l’a alors plus ou moins condamné.

Mais il y avait une petite chance quand même. Alors nous avons décidé de tout

tenter pour le sauver. » Opération. Puis six mois de box, chez son

propriétaire, à Etreham. Et le brave Distalino retrouve François Doumen, pour

une deuxième vie. Absent depuis septembre 2006, il fait sa rentrée en juin

dernier. Et tout de suite, il remercie son entourage de lui avoir donné une

chance de montrer son potentiel. Bien sûr, avec quatre vis dans le boulet,

courir en obstacle devient plus risqué ; c’est donc en plat, sur des distances

respectables, qu’il atteint en peine trois mois une valeur 44,5… avant de

remporter sa première listed mercredi. « C’est extraordinaire, conclue Franck

Champion. Comme quoi, avec les chevaux, il faut toujours y croire ! » Celui qui

y a cru, aussi, c’est l’avisé Marc-Antoine Berghgracht : en octobre dernier,

pour 14.000€ seulement, il a acquis une soeur de Distalino par Loup Solitaire.

Une petite pouliche qui n’était pas encore la soeur d’un gagnant de

stakes…