Natagora n’est pas un « miracle »

Autres informations / 19.11.2007

Natagora n’est pas un « miracle »

ÉLEVAGE

L’article

paru dans le JDG d’avant-hier sur les origines de N a t a g o r a m’a valu de nombreuses

réactions et j ’ a pp r é c i e trop le JDG pour ne pas utiliser mon droit de

réponse face à un article considéré comme « bête et méchant » par une majorité

de lecteurs.

Le

pedigree de Natagora est excellent. Son père, Divine Light, est probablement un

des meilleurs sprinters issus de Sunday Silence (chef de race et 13 fois tête

de liste au Japon). La mère de Divine Light est une fille de Northern Taste (11

fois tête de liste au Japon et père de mères recherché) et provient d’une des

meilleures souches japonaises.

Reinamixa,

la mère de Natagora, est une fille de Linamix, une des gloires de l’élevage français,

et aujourd’hui un père de mère également très recherché. Son premier produit a

gagné huit courses et 150 000€.

La

deuxième mère Reine Margie a donné sept vainqueurs. C’est une sœur de Restless

Girl, une des juments de base de l’élevage Lagardère, notamment mère de

Restless Kara (Prix de Diane).

Natagora

est née et élevée au Haras de Lonray, un élevage qui vole de succès en succès,

tant en plat qu’en obstacle. Spirit One fait partie des meilleurs 2ans de

l’année dernière, faisant encore mieux que Salsalava l’année précédente. Le

Haras de Lonray détient le record absolu des Ventes d’octobre de yearling à

Deauville avec 330 000€ pour une sœur de Natagora, par Agnes Kamikaze, luimême

trois-quarts frère de Divine Light.

Physiquement

Natagora est d’un modèle irréprochable, avec une arrière main impressionnante,

et elle bénéficie d’un tempérament remarquablement calme.

J’ai

conseillé à M. Friborg de confier Natagora à Pascal Bary, qui détient le record

des Cartier awards chez les entraîneurs français, avec Dream Well, Six

Perfections, Divine Proportions (deux fois, à 2 et 3 ans) et aujourd’hui

Natagora.

En

dix sept ans, Natagora est la quatrième pouliche française à recevoir le

Cartier award pour le titre de meilleure pouliche de deux ans en Europe. Si

elle succède ainsi à Pas de Réponse, Six Perfections et Divine Proportions, il

faut préciser que Natagora est la seule à être passée en vente publique. Bravo

Arqana ! Natagora n’est pas vraiment un « miracle » ! Cela doit encourager les

acheteurs de Deauville à rechercher de bons pedigrees dans les catalogues

d’Arqana.

Patrick

BARBE