Gérard lavoine : une retraite très active

Autres informations / 08.12.2007

Gérard lavoine : une retraite très active

Les

élections régionales ont désigné en début de semaine un nouveau paysage des

représentants au sein des fédérations et des conseils régionaux. Portraits et

interviews de quelques nouveaux noms. (suite)

 

 

Le

nouveau président du Conseil Régional du Galop du Nord se nomme Gérard Lavoine.

Un nom qui n’est pas inconnu aux habitués des réunions nationales et des champs

de courses parisiens. Et pour cause.

Gérad

Lavoine est jeune retraité, membre du Conseil d’administration de la société

des courses de Compiègne, mais a fait toute sa carrière au sein des

institutions : la Société Sportive

d’Encouragement d’abord et France Galop ensuite.

Dans

la première, il a occupé la fonction de directeur en charge des programmes.

Concrètement, il avait la responsabilité de la programmation et de

l’organisation des réunions de Maisons-Laffitte, Saint-Cloud et Enghien. Dans

ce dernier cas, il officiait aussi bien pour les galopeurs que pour les

trotteurs… Au total plus de 130 réunions de courses par an. Il avait aussi la

délicate mission de coordonner l’élaboration du calendrier national avec son

corollaire : un vrai travail de coopération et médiation avec les autres

sociétés organisatrices.

En

1993, lors de la mutation du paysage du galop et l’apparition de France Galop,

Gérard Lavoine a (logiquement) été désigné chef du département « Technique »

puis du département « Réunions ». Là encore, c’est toute

l’organisation et la coordination des différents acteurs du spectacle des

courses qu’il assurait. En quelque sorte un homme-ressource au centre de

tous : du GTHP (voir par ailleurs l’information sur sa récente élection), au

PMH en passant par Equidia.

 

Les

souvenirs ne manquent pas. Des pittoresques, des drôles comme des tristes.

Pittoresque

lorsque Gérard Lavoine intervient auprès de turfistes mécontents à Enghien

après la disqualification (lors d’une réunion de trot) d’un concurrent. Ceux-ci

envahissent la piste et encadrent sans ménagement la voiture des officiels.

Gérard Lavoine obtient la délégation de deux d’entre eux pour visionner avec

les commissaires l’arrivée de la course. Le calme est bien revenu mais les

courses ont finalement été annulées ce jour-là.

Triste

comme ce jour où survint l’accident d’Anthony Carré à Maisons-Laffite. En dépit

de toutes les actions à mener de front : le décalage des courses de l’autre

réunion (jour de simulcasting), la coordination des médecins et du SAMU, les

décisions avec les services Video et Equidia, Gérard Lavoine avait bien à

l’esprit la gravité de l’état de santé du jockey. La réunion s’était terminée

très tard ce jour-là.

 

Sa

mandature de président sera au service de tous : des grosses comme des

petites sociétés de courses. Ses relations avec le président de la Fédération du Nord,

Francis Bernard, président également du Conseil Régional du Trot, sont

excellentes. Quant aux dimensions interrégionale et nationale, Gérad Lavoine

pourrait les incarner à lui tout seul. Il est membre des conseils

d’administration et des Comités de Compiègne, Clairefontaine, Vichy et

Pau ! C’est ce qu’on appelle une retraite active.