Nouveau sponsor pour l’arc

Autres informations / 13.12.2007

Nouveau sponsor pour l’arc

 

France Galop a

annoncé jeudi 13 décembre le nom du nouveau sponsor du Week-End de l’Arc de

Triomphe. C’est le Qatar Racing &

Equestrian Club (QREC).

Alors que le

Prix de l’Arc de Triomphe venait de perdre son sponsor, le Groupe Lucien

Barrière, au terme de neuf années de partenariat, on savait France Galop à la

recherche d’un remplaçant ; la surprise n’est donc pas totale.

Le nouvel

accord présente des atours bien séduisants. Signé pour cinq ans (2008 à 2012),

il permet de passer l’allocation globale de la plus grande épreuve française de

2M€ à 4 M€. Le QREC apporte à cette fin 3M€ par an. Il assure également la

dotation de quatre courses nouvelles de chevaux arabes pour 600.000€ annuels.

Au passage, cela inclut la création de la course de pur sang arabes la plus

riche du monde, disputée le jour de l’Arc.

Tous comptes

faits, France Galop a établi un partenariat avec QREC pour un montant de 18M€

sur cinq an.

Louis Romanet a

bien voulu nous raconter l’histoire de ce nouveau partenariat.

 

 

Le Grand

entretien

 

Avant de parler

des modalités de l’accord, comment appréciez-vous ce partenariat, à titre

personnel, à quelques mois de votre départ ?

« Pour

moi, il s’agit d’un couronnement et d’un grand honneur. Mon grand-père a créé

le Prix de l’Arc de Triomphe en 1920 et je ne voulais pas quitter mes fonctions

sans m’assurer d’un avenir assuré pour l’Arc. J’ai toujours été serein même si

l’inquiétude était, aussi, souvent présente. En particulier dans le cadre des

négociations et des aller-retours avec le Président Edouard de Rotschild, il y

a toujours des moments de doute et d’inquiétude. Demander plus par exemple,

c’est aussi prendre le risque de ne pas aboutir. »

 

Comment s’est

construit ce partenariat ?

« Tout a

commencé avec Jean-Pierre Deroubaix et Jean-Pierre de Gasté. Le premier a joué

un rôle important dans l’établissement des premières relations, lors de mon

premier déplacement au Qatar il y a deux ans. Ces premiers contacts ont été positifs.

J’y suis retourné au début de l’année car le Qatar voulait développer et

valoriser ses courses de pur sang arabes et anglais. Jean-Pierre de Gasté

(Président de l’Association Française du Cheval Arabe

de Course –AFAC-) a alors joué un rôle important. Nous avons établi le partenariat autour du prix du Moulin

de Longchamp (Gr1) avec l’organisation d’une vente de pur sang arabes grâce au

concours d’Arqana à Saint-Cloud le jeudi précédant le prix du Moulin. Des

courses d’arabes purs ont aussi été introduites au programme du vendredi (à

Longchamp ndlr) et une grande épreuve spécifique au programme du dimanche, la French Arabian

Breeder’s Cup – Gr1. Les représentants du Qatar Racing &

Equestrian Club, en particulier Cheikh

Abdullah bin Khalifa Al Thani, son président, étaient satisfaits. Une

nouvelle rencontre a eu lieu au lendemain de l’Arc, le jour de la conférence de

la

Fédération Internationale des Courses (ndlr : Louis

Romanet en est le président). Nous avons alors évoqué les possibilités

offertes. »

 

Comment se définit le partenariat ?

« Avec les différents candidats, les

conditions d’entrée étaient placées à hauteur de 2 millions d’euros par an pour

porter la dotation de l’Arc à 3 millions d’euros (ndlr : 1 million est

apporté par le fonds des courses). Mais la demande du Qatar Racing &

Equestrian Club était différente. Il voulait en particulier introduite la

valorisation des chevaux arabes et était prêt à un parrainage important, sur le

long terme. Avec le Président de Rotschild, nous avons donc fait une

proposition initiale à 3 millions d’euros par an. Si l’on ajoute la dotation

fournie par notre partenaire de 600.000 euros pour la dotation de 4 courses de

pur sang arabes, cela fait 3,6 millions par an soit 18 millions sur 5 ans.

L’Arc obtient une dotation de 4 millions, ce qui la positionne à la première

place au monde pour les courses sur gazon, devant la Dubaï Duty Free, la Dubaï Sheema Classic

et la Japan Cup.

Il occupe également la deuxième place mondiale, toutes catégories confondues,

derrière la Dubaï World

Cup (6 M$ contre 5,8M$ pour l’Arc).

Un volet

supplémentaire est inclus dans l’accord signé. Il s’agit d’une phase de coopération

pour développer les courses de pur sang au Qatar ; ceci devra être

développé dans les prochains mois.

Des contacts

étaient également en cours avec d’autres partenaires mais de manière moins

intéressante pour l’institution.

 

Quelles sont

les conséquences sur le programme des courses lors du Week-End de l’Arc ?

« Dans le

programme des courses de Saint-Cloud du vendredi précédant l’Arc, il y a aura

trois courses de pur sang arabes. Le dimanche de l’Arc, la course

supplémentaire de chevaux arabes sera positionnée juste après l’Arc. Il s’agira

de la plus grande course pour ces chevaux au monde avec 350.000 euros

d’allocations. Le Prix du Cadran (ndlr : Gr1, 4000m) passera au programme

du samedi qui compte déjà le Prix de la Forêt (Gr1, 1400m) et quatre groupes 2. L’accord

de partenariat inclut également l’organisation de ventes à Saint-Cloud le jeudi

comme cela a déjà été fait lors du partenariat autour du Moulin de Longchamp. »

 

 

Comment se sont

passés les négociations ? Quelles étaient les coulisses de la négociation ?

« Le

négociateur a été Cheikh Mohamed Bin

Faleh Al-Thani, vice-Président du QREC. Il est arrivé lundi et nous nous sommes

vus depuis tous les jours, pendant une heure environ, pour définir les

modalités. Chaque jour, il portait à la connaissance de Cheikh Abdullah bin Khalifa Al Thani, le contenu de nos

propositions. Je faisais de même avec le Président de Rotschild. L’esprit des

échanges était très bon et l’accord final a été signé mercredi 12 décembre à

19h30.

Il faut savoir

que Cheikh Mohamed Bin Faleh Al-Thani est

également président de la

Fédération de Tennis du Qatar et qu’il a obtenu

l’organisation des Maters Féminins à Doha de 2009 à 2011. Le Qatar est également

candidat à l’organisation des Jeux Olympiques de 2016. »

 

 

En conclusion

« C’est

une grande satisfaction pour moi. C’est aussi un peu mon cadeau de départ à

l’Institution. Je voudrais rendre hommage au Président Edouard de Rotschild qui

est intervenu à chaque étape de la négociation. Il a fait preuve de vision et

de courage dans chacune de ses décisions. De la même manière que sur le dossier

difficile de la renégociation des baux d’Auteuil et de Longchamp. »

 

 

 

Les acteurs

français

Les deux Jean-Pierre :

Jean-Pierre Deroubaix et Jean-Pierre de Gasté ont déjà été évoqués (cf. Comment

s’est construit ce partenariat ?). A ceux-ci, Louis Romanet ajoute Eric

Hoyeau, Président Directeur Général d’Arqana, qui a parfaitement assuré

m’organisation des ventes de chevaux arabes dans le cadre du partenariat de

septembre 2007 autour du Moulin de Longchamp.

Le Président de

France Galop reçoit aussi sa part d’éloges quant à son soutien et son suivi du

dossier.

Louis Romanet

n’oublie pas de noter le rôle qu’ont pu jouer en arrière-plan les éleveurs

français de chevaux arabes. La qualité de notre élevage a permis de conforter

la volonté des acteurs qataris de s’associer aux courses françaises.

 

 

Partenariat :

quelques autres grandes courses plates françaises

-       

Prix

du Jockey-Club : Mitsubishi n’est plus le sponsor de l’épreuve. La

recherche d’un nouveau partenaire est en cours.

-       

Prix

de Diane : Hermès n’a pas encore fait connaître sa décision

-       

Grand

Prix de Deauville : le groupe Lucien Barrière reste le sponsor titre

-       

Grand

Prix de Paris : Juddmonte a reconduit sa participation

-       

Saint-Alary :

Coolmore renouvelle son partenariat

-       

Prix

du Moulin de Longchamp : le Qatar ne renouvelle pas son sponsoring… Arc

oblige !

 

 

 

L’Arc en

chiffres

 

La dotation

d’une épreuve internationale comme l’Arc de Triomphe est directement corrélée à

la présence ou non d’un sponsor et à la générosité de celui-ci. Voici

l’évolution des allocations depuis 1982 et les sponsors associés.

 

L’Arc dans le

monde

 

Dans le concert

des grandes épreuves, l’Arc de Triomphe devient la deuxième épreuve la mieux

dotée au monde (4M€ soit 5,8M$), juste derrière la Dubaï World Cup (6M$). A moins

que les pétrodollars ne viennent bousculer cette nouvelle hiérarchie dans les

prochaines semaines. Dans le créneau des courses sur gazon, l’Arc prend

aujourd’hui très nettement la tête des classements internationaux puisque les

Dubaï Duty Free et Sheema Classic culminent à 5M$ (3,45M€).

Indépendamment

de sa nouvelle place dans la hiérarchie, il faut noter que l’Arc est la seule

épreuve au tableau des dix épreuves les mieux dotées du monde.

1er       Dubaï World Cup    4,138M€

2e        Prix de l’Arc de Triomphe           4M€

3e        Dubaï Duty Free      3,448M€

4e        Dubaï Sheema Classic      3,448M€

5e        Breeders’Cup Classic        3,448M€

6e        Japan Cup    3,092M€

7e        Melbourne Cup       2,722M€

8e        Arima Kinen 2,222M€

9e        Breeders’Cup Turf  2,069M€

10e      Hongkong Cup        1,773M€

(parité

euro/dollar : 1,45)

?