Tétière : tribune libre

Autres informations / 29.12.2007

Tétière : tribune libre

 

Nous publions

une réaction de Corine Barande Barbe à notre article sur le projet de PSF en

région parisienne, paru dans notre édition du mercredi 19 décembre en page 3.

Nous vous

rappelons que vous pouvez, à tout instant, consulter nos précédents numéros

grâce à notre rubrique « Accéder aux archives ».

 

 

Il n’est pas

étonnant que les propriétaires d’Ile de France revendiquent une PSF

francilienne…

Ce projet a fait l’objet d’une étude détaillée par la Commission

Investissements et Modernisation des sites qui a remis ses

conclusions au Conseil d’Administration de France Galop en mai 2006.

La nécessité

d’une piste artificielle à proximité des centres d’entraînement parisiens y

apparaît comme une évidence.

Compte tenu du

peu de visibilité sur les possibilités à Longchamp, des risques d’inondations à

Maisons-Laffitte et de l’important dommage que causerait la réduction de la

largeur de la piste de Saint-Cloud (facilement « décordable » et

unanimement considérée comme excellente), c’est l’hypothèse de la création d’une piste artificielle sur la moyenne

piste de Chantilly qui a été retenue par la Commission,

pour :

?  offrir une alternative à tout risque

d’annulation, dans les délais et avec l’assurance d’un nombre suffisant de

partants,

?  réduire considérablement les coûts en

matière d’indemnités de déplacements des chevaux (en déduction du budget

« encouragements »). Et les frais de déplacement du personnel

facturés aux propriétaires ;

?  faciliter l’organisation du travail aux

écuries et aux courses - encore plus pour les réunions proposant 12 courses. Et

l’hébergement des concurrents régionaux.

 

En ce qui concerne la surface : après

consultation des entraîneurs et des spécialistes, la Commission recommande

la création sur la moyenne piste de Chantilly d’une piste en POLYTRACK, matériau expérimenté sur la piste des

Aigles et qui s’avère aujourd’hui le plus performant et le plus fiable. Le

profil sélectif de la moyenne piste étant considéré comme un atout sur ce type

de surface.

Etoffer

le calendrier de Chantilly permet en outre de répondre aux efforts financiers

consentis à la fois par les collectivités locales, SA Aga Khan et France Galop

en développant l’activité d’un site complètement modernisé et dont la

fréquentation moyenne en début et fin d’année est proche de celle de Longchamp

et loin devant Deauville (sur les 3 dernières années).

 

Le coût de

réalisation est tout à fait raisonnable au regard des autres hypothèses

étudiées et, localement, l’organisation de réunions supplémentaires sur une

piste artificielle n’appelle quasiment pas plus de main d’œuvre que l’entretien

actuel de la moyenne piste.

 

Pour toutes les

raison financières et techniques évoquées ici et si l’on se souvient des

réunions annulées à Paris à plusieurs reprises et même à Deauville en décembre

2005, la création d’une piste artificielle à Chantilly, non loin de Maisons-Laffitte

et donc à portée du plus grand nombre de chevaux s’avère une sécurité qui devrait en faire une des priorités de la

nouvelle équipe dirigeante.