Prometteur maxime guyon

Autres informations / 13.01.2008

Prometteur maxime guyon

Suite à

la victoire de Finikas (Desert Prince), jeudi 3 janvier, Maxime Guyon est passé

professionnel, puisque ce succès lui permettait d'atteindre le cap des 70

victoires. Souvent, il arrive que la perte de la décharge se suive d'une période

plus « creuse », où les victoires se font attendre.  Maxime Guyon, lui, n'aura pas eu à attendre

longtemps pour repasser le poteau en vainqueur puisqu'il s'est imposé à 2

reprises. Une première fois ce matin avec Keulinn et la seconde dans

l'après-midi, en selle sur My Lovely Heart. L'occasion nous était donc donnée

pour rencontrer et mieux connaître ce jeune plein d'avenir, lauréat cet hiver

du challenge des jeunes jockeys à l'Ile Maurice : « Mes parents ne sont pas

issus du milieu des courses, mais sont plutôt des passionnés. J'ai commencé par

les courses de poney à l'âge de 10 ans, puis, à 14 ans, je suis rentré au

Moulin-à-Vent. L'école m'a placé en apprentissage chez André Fabre, chez qui

cela s'est bien passé. J'ai monté 7 courses-école avant qu'il ne me fasse

débuter en compétition, dès l'âge de 16 ans, souvent avec des bonnes chances ».

Il obtient ensuite sa première victoire le 20 décembre 2005, déjà à Deauville,

en selle sur Mercury Star (Waky Nao), un pensionnaire de Philippe Demercastel.

Quant à savoir s'il y a un souvenir qu'il détache particulièrement durant sa

période d'apprenti, il déclare : « Si je devais choisir, je dirais mon premier

coup de deux, réalisé à Pau le 1er janvier 2006 ». Maintenant qu'il est passé

pro (« sans vraiment trop penser au cap de la décharge. Je ne suis pas du genre

à me poser trop de question. D'ailleurs, j'ai bien fait, puisque j'ai remporté

2 courses aujourd'hui... »), une nouvelle saison s'annonce « où [il] espère

bien gagner autant de courses que l'année dernière. Je travaille avec M.Fabre,

et mon agent qui gère mes montes avec les autres entraîneurs ».


 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.