Tétière : elevage

Autres informations / 06.01.2008

Tétière : elevage

 

RENCONTRE AVEC LES « AINAY »

L'histoire

de Stéphane Milaveau et de ses « Ainay » fait partie de ses contes

que l'on prend à chaque fois plaisir à raconter tant ils portent toute la magie

de l'élevage et des courses. Nous nous sommes entretenus avec cet éleveur,

Stéphane Milaveau, un agriculteur qui, pris de passion pour les courses grâce à

son père qui l'emmenait sur les hippodromes, s'est lancé dans l'élevage de

pur-sang il y a une petite dizaine d'années grâce à Guendale (Cadoudal), la mère d'Etoile

d'Ainay (Dom Alco) notamment...

 

Guendale, la première

Jument

de course très modeste (2.600€ de gains), Guendale

est surtout devenue une poulinière d'exception puisqu'elle a produit Etoile d'Ainay, Flower des Champs (Robin des Champs) et avant eux Crystal d'Ainay (Saint Preuil), ainsi

que la prometteuse Perle d'Ainay

(Dark Moondancer) que l'on a vu bien débuter vendredi à Pau (3e). Tous portent le nom « d'Ainay » en référence au

village de leur éleveur Stéphane Milaveau, Ainay-le-Château dans le Cher, à

l’exception de ceux issus de Robin des Champs. Une propre soeur de Flower a

ainsi été baptisée Souri des Champs.

Notre

éleveur voulait absolument une fille de Cadoudal. Dès lors, quand il apprend

que son voisin, qui donne dans le commerce de chevaux, en avait acquis une à

une vente de chevaux montés en avril 1996, il s’empresse d’aller la voir. Et

l’acquiert pour 12.000 FF.

Stéphane

Milaveau a ensuite acheté à Nicolas de Lageneste deux autres poulinières :

Evermine (Perrault) qui allait devenir la mère de Louping d'Ainay (Saint

Preuil) et Koktail d'Ainay (Agent Bleu), ainsi que Diva Noire (Royal Charter).

Stéphane

Milaveau a d’ailleurs noué une vraie relation de confiance avec Nicolas de

Lageneste, l’animateur du Haras de Saint-Voir où exerce Robin des Champs. Ainsi

Etoile d'Ainay, Flower des Champs et Perle d'Ainay ont été élevées dans le

Cher, mais sont exploitées en association avec Nicolas de Lageneste « pour me remercier de lui avoir mis le

pied à l'étrier » nous a confié ce dernier. Si Flower des Champs est

actuellement au Haras de Saint-Voir, ce n’est pas tout à fait un hasard…

 

Le présent

Désormais,

Stéphane Milaveau possède cinq poulinières, toutes pleines.

Evermine

a, de nouveau, rencontré Dom Alco, un étalon des Haras Nationaux. « C'est un étalon extra, une souche

qu'on ne trouve plus. » nous a déclaré Stéphane Milaveau. Mais on

n’oublie jamais complètement ses premières amours et Cadoudal revient dans ses

propos. « J'ai également une autre

Cadoudal, Dale d'Estrées. Je ne sais pas si j'aurais les mêmes résultats, mais

je cherche le même courant de sang que Guendale. La mère de Guendale est

d’ailleurs la soeur de celle de Dale d'Estrées. »

L’acquisition

de Dale d’Estrées est aussi une histoire un peu particulière, que nous conte

volontiers Stéphane Milaveau. « J'ai

repéré Dale d'Estrées en me rendant aux ventes de Saint-Cloud en octobre

dernier où j'ai découvert un poulain descendant de cette souche. J'ai été

rencontré les éleveurs du poulain et je suis remonté jusqu'à Dale d'Estrées.

Les propriétaires désiraient justement la vendre. Vous savez, on me parle

beaucoup de chance, mais il n'y a pas que la chance qui produit un bel élevage.

Je travaille dur. Et le plus important est d'y croire, c'est ce qui est arrivé

avec Etoile d'Ainay qui aujourd'hui me comble.»

 

Au sujet d’Etoile

La

talentueuse fille de Guendale, probablement au départ du Grand Prix de Pau dans

quinze jours, a connu de nombreux problèmes de santé. Initialement entraînée

par Guillaume Macaire, celui-ci n'a pas voulu la reprendre après un break au

pré chez son éleveur car la jument avait une atteinte à la jambe. Stéphane

Milaveau a, par conséquent, demandé à Emmanuel Clayeux, qu'il avait rencontré

sur un hippodrome au début de sa carrière d'éleveur, de la prendre en charge

quelques jours pour observer l'évolution de cette jambe. Au bout de quelques

temps, l'atteinte s'est effacée, « certainement

une allergie dû au bandage», a analysé Stéphane Milaveau. La suite nous la

connaissons : Stéphane Milaveau nous livre l’avenir tel qu’il l’espère :

« Etoile d'Ainay n'a jamais été

aussi bien que maintenant et mérite une victoire de groupe... »

Quant

aux deux derniers produits de Guendale, Royal d'Ainay et Soleil d'Ainay, ils

viennent de prendre 3 et 2ans. Le deuxième rejoindra son aîné dans les boxes

d'Emmanuel Clayeux dans quinze jours.