Une nouvelle étoile de l’obstacle

Autres informations / 21.01.2008

Une nouvelle étoile de l’obstacle


 

UNE

NOUVELLE ÉTOILE DE L’OBSTACLE

Dimanche 20, Pau. Au delà de l’émotion suscitée par le retour sur

le devant de la scène du jockey Christophe Cheminaud (photo), émotion

visiblement partagée par un public nombreux et sensible, c’est à une performance

vrai  ment impressionnante que le large

public palois a assisté à l’occasion du 121e Grand Prix de Pau (Gr3). Grande

favo  rite de la course après ses débuts

très convaincants sur le steeple du Pont Long, Étoile d’Ainay (Dom Alco) a

écrasé la concurrence. La pensionnaire d’Emmanuel Clayeux a passé le poteau

complètement reprise, et malgré tout six longueurs devant son dauphin, Kiléfou

d’Airy (Sheyrann). Les écarts à l’arrivée (6, 15, 20, 15, ¾ et 8 longueurs) rap

 pellent ceux que les commissaires

anglais ont constaté la veille à Ascot sur un terrain pénible. Il était

collant, dimanche à Pau, mais il n’a pas englué la championne de la course pour

autant. La présence au départ de trois pen  sionnaires de Jacques Ortet, après le retrait

d’Ograndy (Cyborg, boiteux), laissait présager une orchestration soi  gnée du maître de Sers. Un entraîneur qui ne

tente pas de trouver la brèche dans la cuirasse de ses adversaires ne fait pas

son travail. Un de ses trois représentants, Wisborough (Pelder), a donc pris

les devants et ouvert le parcours avec une bonne avance sur Zeus du Berlais

(Cadoudal), qui allait progressivement rentrer dans le rang, Sleeping Jack

(Sleeping Car) et Étoile d’Ainay, que Christophe Cheminaud, vainqueur de cette

course en 2001 et en 2002, plaçait dans sa propre trajectoire, à l’écart des

comploteurs…

« Il a passé l’après midi d’hier à arpenter la piste dans tous les

sens pour prendre ses repères, a révélé au sujet du jockey Stéphane Milaveau,

éleveur et propriétaire de la jument. J’ai rarement vu un comportement aussi

profes  sionnel. »

Il faut dire que pour ce jockey, cette victoire a un prix sans

doute supérieur à toutes les autres. C’est le théâtre d’une renaissance pour un

homme qui a traversé une période difficile, entre le Grand Steeple Chase de

Paris de Double Car dont on l’a privé en 2002, et ce Groupe 3 qui demeure pour

un quart de la France un Grand Steeple à lui tout seul.

« Nous nous sommes rencontrés en passant notre licence

d’entraîneurs, a expliqué Emmanuel Clayeux, et nous avons alors sympathisé. Il

ne s’est pas installé par la suite, alors je lui ai proposé de venir travailler

avec moi. Cette victoire lui revient à plus d’un titre, car c’est grâce à lui

que nous sommes là. Il m’a décidé à venir et nous en parlons depuis novembre.

Il avait une revanche à prendre, ici. » Wisborough lâchant progressivement

prise, Christophe Cheminaud, toujours sur son propre chemin, a décidé de

prendre la relève à mi parcours, filoché par Kiléfou d’Airy et Sleeping Jack.   

UNE NOUVELLE ÉTOILE…

Ce dernier, cependant, était battu au deuxième passage en face,

alors que Kiléfou, lui aussi gagné par un regain, approchait de la favorite. «

J’ai eu un petit espoir à ce moment là, a avoué Claude Yves Pelsy, l’éleveur du

10 ans entraîné par Jacques Ortet, mais la jument est repartie... » Étoile

n’aurait pas eu à rougir de prendre un bol d’air, mais elle est repartie

effectivement et il n’a plus ensuite été question de rivalité pour elle. Au

petit open ditch, l’avant  dernier

obstacle, elle a tout de même un peu fait l’acrobate. C’est sans doute le seul

moment où elle a sem  blé vulnérable.

Pour le reste, les écarts parlent d’eux  mêmes. Kiléfou d’Airy courait pour la

quatrième fois depuis mai 2004, jour de sa blessure dans le Grand Steeple à

Auteul… « Il a été retapé plusieurs fois, a expliqué son éleveur. Pour

l’instant, ça tient et il retrouve son niveau. C’est formidable de le retrouver

ici. Maintenant, nous allons peut être aller vers Auteuil. Mais il n’aimait

plus la rivière des tribunes, alors il faut voir… »

Étoile d’Ainay [photo], elle aussi, doit retourner à Auteuil, et

elle n’a pas eu le temps encore de prendre en grippe certaines difficultés

parisiennes. Compte tenu du statut qu’elle a atteint cet hiver en deux

victoires, c’est à l’élite qu’elle va devoir se frotter désormais. « On va voir

com  ment elle rentre, a prévenu Stéphane

Milaveau, parce qu’il faut toujours faire attention. Mais si tout va bien, nous

irons sur les bonnes courses à Auteuil. Elle donne du bon  heur à tout le monde et nous allons essayer. »

Emmanuel Clayeux, qui remportait son premier Groupe 3 et l'a dédié

au regretté Marc Boudot, a les mêmes échéances en tête : « Auteuil au

printemps, a t il esquissé, pour ce qui sera en principe la dernière année de

sa car  rière. Elle a gagné des prix de

série, jusque là, mais va devoir courir les bonnes courses, maintenant. Ça nous

ferait plaisir de courir le Grand Steeple avec elle, évidem  ment, car on ne connaît pas ses limites,

aujourd’hui. Elle n’a qu’une fausse note à Auteuil, depuis son retour, mais

elle courait pour la deuxième fois en deux semaines après plusieurs mois

d’absence, et c’était trop rapproché. Elle réalisait tout de même une très

bonne valeur, ce jour là (septième du Prix Carmarthen, Gr3, ndlr). Aujourd’hui,

on craignait les Palois, toujours redoutables chez eux, mais Christophe a su

gérer la pression, les laisser cracher leur feu, alors que la jument, elle, ne

s’est pas précipitée comme la dernière fois. L’attaque de Kiléfou d’Airy au

bull  finch l’a remise en question et je

crois que c’était une bonne chose. Pour le petit open ditch, je craignais les

effets d’une lumière basse, à cette heure tardive de la journée… »

Au chapitre des déceptions, on notera la dernière place de Sleeping

Jack, qui a cédé après avoir galopé dans le sil  lage de la lauréate. Son étoile pâlit peut être

tandis qu’une autre monte.