Hurricane cat

Autres informations / 12.03.2008

Hurricane cat

SAISON

DE MONTE 2008

JDG

vous livre un éclairage particulier sur un étalon. Deux pages pour aider chaque

éleveur à l’heure de son choix. Si vous voulez, vous aussi, présenter votre

étalon dans nos colonnes, contactez Mayeul Caire au 06.86.46.92.40.

 Aujourd’hui...

HURRICANE CAT

En

station au HARAS DE LA HAIE NEUVE (35 370 Mondevert).

Prix

de saillie : 3.000€ HT Live Foal

Haras

: 02 99 49 44 70 – Alain Régnier : 06 16 66 37 34

 

 

En

ces périodes de troubles climatiques, l’heure est aux manifestations

spectaculaires des éléments, même parmi les chevaux de courses. Après Hurricane

Run, scandant « la course de l’ouragan », voici Hurricane Cat, fils de Storm

Cat, désignant le chat de l’orage, et Sky Beauty, louant la beauté du ciel.

C’est donc le regard fixé vers le haut qu’Alain Régnier, le très actif

propriétaire du Haras de la Haie Neuve, regarde l’avenir avec son jeune étalon

et espère trouver en lui un nouveau Verglas (qui portait lui aussi un nom de

phénomène météoro logique).

Le

Haras s’est fait une spécialité depuis quelques saisons : les fils de Storm

Cat. Brillante idée que de combler ce vide, car la France n’en possédait aucun

dans son parc étalon jusqu’à ce qu’Alain Régnier importe pour la saison 2006 le

puissant alezan brûlé High Yield, grand 2ans dont la valeur au haras a été

rehaussée juste après son arrivée dans l’Ouest par les performances de sa fille

Magic America, 2e du Prix Morny (Gr1). Dans la foulée, notre homme installé à

la lisière de l’Anjou-Maine et de la Bretagne a doublé la mise en achetant

Hurricane Cat. Mais alors qu’High Yield est mort d’une maladie sans pitié à

l’automne dernier, il a été remplacé par un nouveau fils de Storm Cat, lui

aussi grand alezan brûlé, champion à 2ans en France, Hold That Tiger.

La

passion d’Alain Régnier pour Storm Cat se comprend aisément. De l’autre côté de

l’Atlantique, les amateurs de ce cheval qui fête ses 25 ans ce printemps sont

si nombreux qu’ils en ont fait, un temps, l’étalon le plus cher du monde, à 500.000$

la saillie à Overbrook Farm, Lexington, Kentucky. Aujourd’hui revenu à

300.000$, il a été rattrapé par Kingmambo (Mr Prospector). Fils de Storm Bird,

et donc proche descendant de Northern Dancer par une lignée extrêmement

vivante, Storm Cat a réussi comme son père ses plus belles per formances à

2ans. Vainqueur de Gr1 dans les Young America Stakes, il n’a échoué que d’un

nez face à Tasso dans 2e édition de la Breeders’ Cup Juvenile (Gr1), dispu tée

en 1985 à Aqueduct. Malgré son talent en piste, le plus grand succès de Storm

Cat reste de s’être imposé durablement comme le meilleur d’entre tous sur le

mar ché américain des étalons, pourtant extrê mement concurrentiel. En tête de

file d’une longue liste de gagnants de Gr1, il faut citer les incontournables

Tabasco Cat (Preakness Stakes), Sweet Catomine (BC Juvenile Fillies),

Storm

Flag Flying (idem) et Mistle Cat (BC Classic) du côté américain. Storm Cat a

aussi très bien réussi en Europe, notamment avec l’extraordinaire Giant’s

Causeway, cheval de fer aux six Gr1, et un trio d’enfer de femelles composé de

Nebraska Tornado, Denebola et Sophisticat. D’autres fils tels Forestry,

Hennessy, ainsi que de nombreux jeunes, assurent dorénavant la pérennité de son

sang.

 

Il

est assez rare que Storm Cat croise le chemin de gagnantes de réclamer au

Dorat… Mais à l’inverse, il ne ren contre pas non plus tous les quatre matins

des cham pionnes de la trempe de Sky Beauty, la mère d’Hurricane Cat. Née en

1990, celle-ci a écrasé sa génération jusqu’à être sacrée Champion Older Mare

aux Etats-Unis. Sky Beauty a en effet accumulé plus d’1,3 million de dollars,

avec un total de quinze victoires dont un score rarissime de neuf Gr1. Aussi

précoce que tenace, elle a gagné son pre mier Gr1 à 2ans, dans les Matron

Stakes à Belmont Park, et a su rester à ce niveau jusqu’à 5ans.

Coolmore

n’a pas eu à déplacer des montagnes d’or pour acquérir Hurricane Cat puisqu’il

est son élève par le tru chement d’une filiale américaine. En revanche, on peut

se faire une idée la valeur marchande de la famille en étudiant la vente de la

propre sœur d’Hurricane Cat, Desert Tigress : petit gagnante, elle fut

présentée pleine à Keeneland, où elle trouva acquéreur pour… 2,5 millions de

dollars !

 

Avec

son palmarès, Sky Beauty poursuivait l’œuvre de sa mère Maplejinsky, déjà une

championne gagnante de deux Gr1, les Alabama Stakes et les Monmouth Oaks, tan dis

que sa grand-mère, Gold Beauty, est placée de Gr1 et a enlevé deux Gr2.

Hurricane Cat possède donc une ligne maternelle de compétitrices hors de

commun, rehaussée par une séquence de pères exceptionnelle avec Storm Cat, Blushing

Groom, Nijinsky et Mr Prospector.

Il

faut d’ailleurs signaler que Storm Cat a particulièrement réussi avec les

descendantes de Mr Prospector, signe d’un goût sûr, puisque sont issus de ce

type de croisement One Cool Cat, Denebola, Nebraska Tornado, High Yield ou

encore Good Reward, pour ne citer que les principaux.

 

Les

mères d’Hurricane Cat ont été prolifiques au haras. Ainsi Maplejinsky est

aujourd’hui à la tête d’une vaste famille à tendance clairement féministe avec

les exploits de Pleasant Home (Seeking The Gold), gagnante de la Breeders’Cup

Distaff (Gr1) en 2005, de Boca Grande (A.P. Indy) et de Pine Island (Arch),

malheureusement victime d’une chute aux conséquences fatales dans la BC Distaff

2006.

 

Spécialisée

sur les pistes américaines, la famille d’Hurricane Cat a fait cependant parler

d’elle en Europe avec un fameux frère de Maplejinsky, nommé Dayjur. Ce fils

noir de Danzig a stupéfait l’assemblée de sa puissance infaillible et écrasé

toute opposition en 1990, à 3ans, sur le sprint européen avec notamment un

succès renversant dans le Prix de l’Abbaye de Longchamp (Gr1).

Hurricane

Cat a lui aussi exprimé son talent en Europe, montrant vitesse et précocité

comme le prédisposait sa génétique. Son succès par huit longueurs dans un

maiden de 18 partants pour 2ans à Cork mi-octobre l’a conduit seu lement sept

jours plus tard vers un Gr3 sur 1400m à Newbury. Pari gagné, devant notamment

Araafa (Irish 2000 Guinées/St James’s Palace Stakes). Après un hiver

tranquille, couvert par le rating flatteur de 109, supérieur à ceux d’Araafa

(106) et autre Dylan Thomas (101), le printemps de ses 3ans ne s’est pas passé

comme prévu.

Sky

Beauty, la mère d’Hurricane Cat, a écrasé sa génération jusqu’à être sacrée

Champion Older Mare aux Etats-Unis.

Elle

a accumulé plus d’1,3 million de dollars, avec un total de quinze victoires

dont un score rarissime de neuf Gr1.

Troisième

pour une rentrée tardive le 1er mai dans un Gr3 au Curragh, il a conclu 7e des

Guinées locales avant d’échouer dans une tentative des plus improbables dans le

Prix du Jockey-Club. Dubitatif, Aidan O’Brien n’arrivait pas à retrouver son

cheval, cela sans aucune explication.

C’est

alors que le courtier Emmanuel de Seroux tombe en arrêt devant lui lors d’une

visite à Ballydoyle. Il appelle sur le champ son associé Alain Régnier.

L’affaire est conclue dans les 48 heures pour prendre de court des

sud-africains en plein milieu de leur vol pour la visite d’achat.

Quelle

n’est pas la surprise d’Alain Régnier quand il reçoit huit jours plus tard un

appel d’Aidan O’Brien en personne qui propose de profiter d’un engagement dans

un Gr3 sur 1500 mètres à Tipperary le 1er octobre. Hurricane Cat, comme pour

faire regretter sa vente, prend une proche 3e place qui convainc O’Brien de

tenter des prolongations à 4ans pour des objectifs américains avec son cheval à

la forme enfin retrouvée.

Homme

de la terre, pragmatique, prosaïque plus que poète, adepte du marché des 2ans

avec son autre étalon Until Sundown (Smart Strike), Alain Régnier reste sur sa

pre mière idée et préfère entrer Hurricane Cat au Haras. C’est ainsi que ce

cheval qui toise 1,64m a sailli 90 juments au printemps dernier, dont la mère

d’Ozone Béré (Verglas), la sœur de la mère de Stormy River (Verglas), et la

bien connue Miss Fine (Kaldoun). Envoyé ensuite exercer un hiver au Chili à

Porta Pia, chez le président du Syndicat des éleveurs chilien, où il a couvert

autant de juments, Hurricane Cat nous est revenu. Sujet épais, il présente une

forme olympique car sa vie au haras lui convient très bien.

Certes,

il n’a pas gagné un Gr1 comme High Yield ou Hold That Tiger mais le

rapprochement est troublant avec l’éta lon tête de liste parmi les 2ans aux USA

en 2006, et pour l’instant premier père de gagnants en 2008 en Europe et aux

Etats-Unis : Stormy Atlantic. Lui aussi est un fils de Storm Cat et lui n’a

gagné qu’une listed à 4 ans.