Princesse rendosse son armure

Autres informations / 24.03.2008

Princesse rendosse son armure

 

Dimanche 23, Auteuil. Un duel longtemps indécis entre Princesse d’Anjou (Nononito) et Lord Carmont (Goldneyev) a animé les

4.400 mètres d’un Prix Troytown (Gr3) de toute beauté qui a finalement tourné à

l’avantage de la femelle, comme à ses plus beaux jours sur ce steeple. La

pensionnaire de François Cottin a été montée de façon plus agressive que

d’habitude par Philip Carberry, qui a obligé Lord Carmont à galoper depuis le

début, avec plusieurs longueurs d’avance sur le reste du peloton. Sur une piste

collante, il s’agissait d’un jeu dangereux, pour l’un comme pour l’autre. Mais

c’est de ce genre de risque qu’Auteuil est friand, et jusqu’à l’entrée de la

dernière ligne droite, il était délicat de faire son choix entre la gagnante du

Grand Steeple 2006 et le métronome d’Isabelle Pacault, les deux animateurs

ayant bondi ensemble sur le rail-ditch. La jument avait alors perdu un peu de

temps, et soufflé, alors que le hongre a plutôt négligé la dernière d’en face.

Très vite après

la double-barrière, cependant, il est devenu évident que Princesse d’Anjou

avait retrouvé un second souffle, au contraire de son rival, qui abdiquait

finalement et perdait les places sur le plat au bénéfice de Musica Bella (Bateau Rouge) et du 5ans Top of the Sky (Kahyasi). Fautif au

rail-ditch, Okaido (Assessor) s’est

contenté de la cinquième place.

Évidemment ravi

du succès de Princesse d’Anjou, qui n’avait pas gagné depuis le Prix La Haye

Jousselin 2006, François Cottin a expliqué qu’elle pourrait courir une ou deux

fois d’ici au Grand Steeple, et qu’il tâcherait désormais de conserver la

jument au mieux jusqu’à fin mai. Il a aussi évoqué un engagement dans une

grande course de haies au meeting de Punchestown pour Musica Bella.

Isabelle

Pacault était, pour sa part, évidemment déçue : « Je pensais que Princesse d’Anjou l’aiderait en allant devant

mais ça n’a pas été le cas, a-t-elle expliqué. Sam [Massinot, le jockey] m’a

dit qu’il était au canter dans le dernier tournant et qu’il n’est pas reparti

ensuite. Le cheval n’a pas pris son bol d’air habituel. Je pense de toute façon

qu’il a besoin d’un parcours plus long et d’un terrain moins souple, mais il

est aussi peut-être vieillissant. Je vais voir combien de poids il a perdu et

comment il prend cette course. Si tout va bien, il ira directement sur le Grand

Steeple. Il est un peu trop âgé pour qu’on change de méthode mais il faut

voir. »

Entraîneur de

Top of the Sky, Sylvain Loeillet était pour sa part enthousiaste. Le gagnant du

Prix Maurice Gillois (Gr1) monte en condition et il a réussi une meilleure

prestation que lors des ses débuts contre les aînés, dans le

« Clermont-Tonnerre » (Gr3). Pour lui aussi, la course au Grand

Steeple a déjà commencé.

 

NONO DIT OUI

Dimanche 23, Auteuil. Le régulier Nono des Ongrais (Godlneyev) a remporté sa première victoire à

Auteuil sur les haies du Prix Prédicateur (L), support des paris à la carte. Le

pensionnaire de Philippe Chemin, basé à Granville, a gagné pour la première

fois en haies à Angers après avoir remporté sa première course plate dès sa

troisième sortie, à Senonnes en mai 2006. Le 7ans courait dimanche pour la

dixième fois à Auteuil et s’il n’a pas terminé dans les cinq premiers qu’à une

seule reprise, ce natif de la Manche remportait son premier succès parisien à

cette occasion. Associé à Jacques Ricou, qui a loué l’expérience de son

partenaire dans le parcours, Nono des Ongrais a dû batailler ferme pour venir à

bout de Kizit Lo (Kizitca), qui

n’est pas passé loin d’une troisième victoire consécutive, l’animateur Esplendido (Spadoun) terminant

courageusement troisième.

Philippe Chemin

envisage d’aligner son pensionnaire dans la prochaine Grande Course de Haies de

Printemps (Gr3, le 4/5), malgré la probable pénalisation que suppose sa

victoire de dimanche, et d passer au steeple à l’automne. « Nono » a

déjà couru sur le steeple d’Auteuil, lorsqu’il a terminé quatrième de Ben Veto

(Perrault) dans le Prix Bernard de Dufau en novembre 2006.

On notera que

la ligne de Nono des Ongrais s’est confirmée ensuite sur les haies du Prix

Hubert de Navailles remporté très facilement par Poliroc (Poliglote), qui s’est imposé d’autant plus facilement que

sa rivale Popova (Kahyasi) n’a pas

très bien franchi la dernière, alors qu’elle était à portée du futur lauréat.

Or Poliroc venait de terminer sixième du Quinté+ remporté dernièrement par

Kizit Lo, avec Nono des Ongrais à la cinquième place.

 

QUESTARABAD UN TON PLUS HAUT

Dimanche 23, Auteuil. Déjà impressionnant pour ses débuts en

haies à Auteuil, Questarabad

(Astarabad) a suscité un nouvel enthousiasme en dominant sans opposition le

Prix de Marsan. Le pensionnaire de Marcel Rolland a pris plusieurs dizaines de

mètres d’avance sur le peloton et vécu là-dessus, après avoir sauté de temps en

temps sur sa droite. Il n’aura donc pas appris grand chose, dimanche. « Ce qui est le plus étonnant, a

noté Marcel Rolland, c’est qu’on n’a pas

l’impression, à le regarder galoper, qu’il va tellement vite. C’est en

regardant les autres qu’on se rend compte de son abattage. Il fait tout

facilement. Il cherche parfois son appui sur sa droite mais comme il n’est pas

gêné par ses rivaux… Je vais peut-être courir le Prix de Pépinvast (Gr3, le

08/04) mais je redoute les quinze jurs

d’intervalle. Pourtant, je n’ai pas tellement le choix si je veux intégrer le

programme classique de sa promotion. »

Le Bon

finisseur à huit longueurs, l’élégant Mobi

(Volochine), a très bien débuté à Auteuil après avoir pris la deuxième place du

Prix Camille Duboscq (L) à Pau. Il pourrait lui aussi disputer le Prix de

Pépinvast : « C’est un zinc,

s’est exclamé Jean-Luc Pelletan au retour d’Erwan Chazelle. Il est encore cheval de plat mais progresse

beaucoup et je pense qu’il va encore monter de catégorie. Il fait une

super fin de course, aujourd’hui. »

 

 

__________________________________________________________________

Pages Intérieures

 

 

DES PROMESSES SUR LE STEEPLE

Dimanche 23, Auteuil. Remporté l’an dernier par Piraya, le

Prix André Girard est revenu cette fois au Macaire Synaptique (Saint des Saints), toujours invaincu en obstacles, et

lauréat de son deuxième steeple consécutif. L’élève de Jacques Détré a repoussé

avec application la bonne attaque de Kotkiti

(Sagamix), pensionnaire d’Arnaud Chaillé-Chaillé qui semblait même avoir

pris l’avantage avant le saut de la dernière haie. Ce produit du Haras des

Coudraies a pour deuxième mère une sœur de Kotkijet et de Katko et il a séduit

Jacques Ricou, son jockey, malgré une erreur à la rivière des tribunes. « Il est encore tendre, a-t-il

précisé, mais je l’aime beaucoup. ».

Pour sa part, Benoît Gicquel signait son premier succès à Auteuil depuis

son retour : « J’avais encore

des ressources lorsque Kotkiti est venu à notre hauteur mais je ne savais pas

ce que Jacques avait sous la pédale, a-t-il expliqué. Il était un peu allant au début et ce terrain n’est sans doute pas

celui que Synaptique préfère et il rendait du poids. Ce qu’il fait est donc

très bien. »

En retrait, Nagha (Enrique) a gardé une nette

troisième place devant Extra Time

(Take Risks), le seul concurrent avec le lauréat à avoir déjà couru sur le

steeple avant cette tentative.

Le débutant L’Océan Fix (Robin des Près), frère

d’Outre Mer Fix (Mansonnien), récent lauréat à Auteuil, a été arrêté à l’oxer.

 

NICOLLE QUAND-MÊME

Dimanche 23, Auteuil. Venus en force au départ du Prix

Mitsouko III, steeple pour AQPS de 5ans, les produits de Network et ceux de la

famille Cyprès lançaient une OPA sans pareille dans la course. Le gagnant Pottland (Network) est bien un produit

de l’ex-pensionnaire de Cluny né à Montigny-sur-Canne, chez Thierry Cyprès,

mais ce n’est pas celui qu’on attendait le plus à l’arrivée puisque ce fils de Falkland III (Vidéo Rock), sœur d’Embiez (Lute Antique) et de Cumberland (Cyborg), ouvrait son

palmarès pour ses débuts parisiens. Le grand alezan a déployé pour finir une

action peu ordinaire après s’être rapproché en dehors dans le tournant, et il a

rejoint puis défait Pabello (Michel

Georges), qui avait attaqué l’animatrice Petersbourg

(Mansonnien) en face. Porte d’Auteuil

(Network) n’a pu accélérer après avoir galopé en troisième et quatrième

position, Petit Laugère (Dom Alco)

prenant la troisième place au terme d’un long effort côté corde. « Toute la famille de Porte d’Auteuil

préfère les pistes bonnes, a indiqué Jacques Cyprès, éleveur de la jument. Inversement, Pottland est tout à fait à son

aise dans ces terrains-là. François Nicolle avait avoué ne pas trop savoir à

quoi s’en tenir à son sujet. Porte d’Auteuil a bien sauté, quoiqu’un peu gros

parfois, et elle n’a pas répondu pour finir lorsqu’il a fallu accélérer. Il

faut la revoir sur son terrain. »

 

 

 

 

 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.