134e kentucky derby

Autres informations / 05.05.2008

134e kentucky derby

 

LE PHENOMENE BIG BROWN

Samedi 3 mai,

Churchill Downs (Etats-Unis).

On n'avait pas vu une telle démonstration depuis longtemps à Churchill Downs

avec un aussi mauvais numéro à la corde. Grand favori de l'épreuve mythique du

Kentucky Derby (Gr1), Big Brown (Boundary)

confirme un itinéraire qui pourrait faire de lui une légende des courses

américaines. Car au pays des réussites spectaculaires, Big Brown confirme le

mythe américain du succès en partant de peu.

Il

y avait 157.700 spectateurs Samedi à Churchill Downs, tout près du record

jamais atteint sur cet hippodrome, comme quoi les courses conservent tout leur

prestige à l'occasion des grands événements sportifs. Ces fans retinrent leur

souffle au départ car, depuis 1929 et Clyde Van Deusen, jamais un cheval avec

la stalle 20, tout à l'extérieur, n'avait gagné le Kentucky Derby. Et pour

corser la statistique, seuls six lauréats ont gagné l'épreuve en y arrivant

invaincu, ce qui était le cas de Big Brown.

C'est

sans émotion qu'il fut donc le 7e gagnant, toujours invaincu, de la

première étape de la Triple Couronne. Bob

Black Jack (Stormy Jack) a pris la tête à l'ouverture des boites, relayé

par Cowboy Cal (Giant's Causeway),

un des deux partants de Todd Pletcher. Big Brown se maintenait en 7e

position à l'extérieur dans la ligne opposée, et avant le tournant final, il

entama sa remontée faisant le tour, en quatrième épaisseur, du groupe de tête.

Il était en 3e position dans le tournant et il passait sans coup

férir Recapturetheglory (Cherokee

Run) pour sortir quasiment en tête du tournant. La messe était dite, et dès

l'entrée de la ligne droite Big Brown s'envolait pour franchir le poteau avec cinq

longueurs d'avance sur Eight Belles

(Unbridled's Song), la valeureuse pouliche qui affrontait les mâles et qui,

hélas, se fractura un antérieur après le poteau et fut abattue.

On

l'a compris, il y a eu Big Brown et les autres comme si, en ce jour, un océan

séparait le fils de Boundary des 19 autres concurrents. Kent Desormeaux l'avait

dit après sa désinvolte victoire dans le Florida Derby Gr1 qui servait de

course préparatoire pour le grand événement : « c'est le meilleur cheval que j'ai monté dans ma carrière ! »

C'est pourquoi ce grand jockey, qui remportait ainsi son troisième Kentucky Derby,

pilota en toute sérénité son poulain invaincu en qautre sorties, lui faisant

faire le tour du peloton, comme s’il dirigeait un extra-terrestre que nulle

fatigue ne peut atteindre. Cette impression fut accentuée par la déroute

générale des prétendants qui avaient retenu l'attention depuis trois mois. Pyro (Pulpit) fut invisible, confirmant

sa mauvaise performance des Blue Grass St (Gr1) à la mi-avril, il n'est que

l'ombre du champion 2ans qu'il fut. Momba

(Maria's Mon), qui avait surpris en gagnant les Blue Grass, déçut Todd Pletcher.

Parmi les chevaux chuchotés, seul Tale

Of Ekati (Tale of The Cat) tira son épingle du jeu en finissant correct quatrième

sans pour autant satisfaire ses preneurs.

 

 

LE CHEVAL VENU D’AILLEURS

Et

si Big John était favori, c'est parce que son trajet n'est que l'inexorable

progression d'un cheval venu d'ailleurs, au pédigrée anonyme d'un « Américain moyen ». Par Boundary (Danzig), vieil étalon

quelconque de Claiborne Farm qui faisait la monte à 10.000$, et dont le titre

de gloire est d'avoir engendré le vaillant Minardi, et une mère anonyme, Mien,

par Nureyev, Big Brown fut vendu yearling à Keeneland Septembre pour un prix

intermédiaire de 60.000$, puis revendu à la Breeze-up d'avril pour 190.000$,

aux vues de sa splendide action. Il débuta pour son propriétaire P.L.Reynolds à

Saratoga le 3 septembre gagnant son maiden de douze longueurs, à la cote de 14-1

qui traduit son statut d’outsider. Cette performance lui valut d'être TDN Rising Star, d'être revendu dans

une transaction privée à ses propriétaires actuels et de passer sous la

responsabilité de Rick Dutrow Jr. Ce dernier a d’abord été contraint de lui

accorder du repos en raison d'un chip dans le boulet qui lui valu une petite

opération. On connaît la suite qui sera sa rentrée victorieuse dans le Florida

Derby (Gr1) fin mars avant d'éclater samedi au Kentucky.

« Il a simplement glissé sur les autres »

précisait Kent Desormeaux qui ne tarissait pas d'éloges sur la nouvelle

merveille américaine, expliquant un parcours sans émotion à l'extérieur de tout

le monde : « c'est un cheval

intelligent qui comprend la course, je n'ai presque rien eu à faire ».

De son côté Rick Dutrow, l'entraîneur du champion se demandait ce qui lui

arrivait : il venait de gagner son premier classique dans son pays, après avoir

raflé deux grandes courses à Dubaï en mars avec Benny The Bull et Diamond

Stripes. Cependant, nos confrères furent assez surpris par la suite de ses

déclarations qui étaient empreintes d'une étonnante réserve. Quand il fut

interrogé sur la prochaine course de Big Brown, vraisemblablement les Preakness Stakes

(Gr1), il rétorqua avec une pointe d'amertume: « la décision pour la prochaine course n'est plus entre mes mains… il est

même possible que d'ici deux semaines je n'entraînerais plus Big Brown. Il

s'impose comme le meilleur de sa génération, et il va susciter des convoitises

au plus haut niveau. J'aimerai continuer à m'occuper de lui jusqu'à sa

prochaine course, mais ce futur se décide en dehors de ma volonté. »

Le quatuor des heureux propriétaires

IEAH Stable, Paul Pompa, Gary Tolchin et Andrew Cohen, qui l'avaient acquis en

septembre après ses débuts victorieux, laissaient leur joie éclater mais se

refusaient à tout commentaire, accréditant ainsi les plus folles rumeurs sur

une énorme transaction en cours sur le nouveau champion. Regardant ce qui s'est

déroulé l'an dernier aux USA où trois des premiers 3ans avaient été achetés par

Darley, on peut imaginer dans quelle direction les hypothèses fusaient samedi à

Churchill Downs quant à l'avenir si mystérieux de Big Brown, le magnifique venu

de nulle part.