Special natagora

Autres informations / 07.05.2008

Special natagora

 

Le croisement magique de

Natagora

 

Après

son exploit dans les 1000 Guinées, Natagora

(Divine Light) a désormais toutes les raisons de rentrer dans les grandes

histoires des courses et de l’élevage français. Gagnante du Papin (Gr2), 2e

du Morny derrière un Myboycharlie (Danetime)

inapprochable par quiconque ce jour-là, et maintenant détentrice du doublé le

plus recherchée d’Europe pour une pouliche, les Cheveley Park Stakes (Gr1) à

2ans et les 1000 Guinées (Gr1) à 3ans, Natagora est entrée dans  la légende. Et ce n’est que justice pour la

grise volante de Pascal Bary, véritable pouliche de course, pétrie de classe,

au mental exceptionnel comme Newmarket nous l'a démontré dimanche.

On

a déjà beaucoup parlé du glorieux inconnu qu’était Divine Light (Sunday Silence), avant la divine surprise de

Natagora. Élevé par Shadaï (Yoshida) au Japon, il a gagné 4 courses (sur 26

courues) et a pris des places dans des Black-type dont un Groupe 1. Ce cheval

sympathique ne serait jamais rentré au haras s’il n’était par Sunday Silence,

grand reproducteur, d’une lignée pourtant en voie d’extinction, qui a fait les

beaux jours de Shadaï Farm en donnant d’innombrables champions. Est-ce

l’influence de Sunday Silence (Halo)

qui explique Natagora ? L’avenir nous le dira car désormais l'ex-sire de

Lonray est lancé et l’on verra bien s’il se révèle capable d’un nouvel exploit,

en cette Turquie où il réside pour l'instant.

La

mère Reinamixa (Linamix) a très peu

couru (à 5 reprises), uniquement à réclamer, et c’est dans cette catégorie

qu’elle gagna à Saint-Cloud. Elle était donc moyenne et France Galop lui avait

attribué une valeur de 32, ce qui est loin d'être déshonorant. En plus elle s’arrêta

brutalement de courir en juin, ce qui semblerait signifier qu’elle avait dû

avoir un pépin. Elle entra au haras car elle appartient à un splendide courant

Lagardère. Sa mère Reine Margie (Margouillat)

avait produit l’utile Reinstate

(Kaldoun). En revanche la 3e mère de Natagora est bien connue dans

le stud book français, une des juments de base de l’élevage Lagardère,

entraînée en son temps par H.d’Aillières. Son titre de gloire étant d’être la

grand-mère de Resless Kara (Akarad),

gagnante du Diane (Gr1) en 1988.

Quand

Patrick Barbe acheta le n°379 de la vente Arqana d’Octobre 2006 à 30.000€, il

pensait comme tout bon courtier acheter une yearling prometteuse et sa chance a

voulu que la promesse atteigne l'exceptionnel, ce qui par définition n'est pas

fréquent. En élevage il y a des divines surprises, et Natagora en est une car

elle n'est pas bonne, elle est prodigieuse. Comment trouver les sources du

prodige ? Et pour ce qui nous concerne nous ne voyons que deux pistes et elles

se rapportent aux deux papys, aux deux grand-pères : Sunday Silence et

Linamix ! Ces deux-là sont deux reproducteurs totalement hors du commun

qui ont produit d’une manière extraordinaire. Et ce qu’ils aussi en commun,

c’est d’être issu de pères qui n’ont guère tracé (Halo le meilleur, et Mendez

le désastre).

Alors,

l'étoile volante de Pascal Bary est explicable au travers de Sunday Silence

et/ou de Linamix. Sa vitesse intrinsèque nous inciterait à pencher pour le

premier. Sa couleur et son brio pour le glorieux étalon de Jean-Luc Lagardère. A

propos de son bijou, il faut rappeler que le grand éleveur avait déclaré :

« les champions ne gagnent pas les

courses avec leurs jambes mais avec leur cœur. » Et à présent les

éleveurs français découvrent tous les jours ces extraordinaires poulinières que

sont les filles de Linamix. Reste évidemment l’hypothèse d’un croisement

magique, ou plutôt de la reproduction à l’envers du croisement que Jean-Luc

Lagardère s’est employé à faire ces 15 dernières années : celui de croiser des

filles d’étalons américains de vitesse avec Linamix ! Or Natagora incarne

exactement ce croisement à l’envers ! Une fille de Linamix présentée à un

fils de Sunday Silence, c'est-à-dire une vraie française rencontrant le

descendant d'un pur champion américain, immense étalon au Japon. Il ne reste

plus qu'aux éleveurs turcs à venir chercher en France toutes les filles

disponibles de Linamix pour tester cette hypothèse…


 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.