3e succes dans la gold cup

Autres informations / 19.06.2008

3e succes dans la gold cup

YEATS ECRIT LA LEGENDE DE LA GOLD CUP

Jeudi 19 juin, Ascot. C’est un véritable

exploit qu’a réalisé Yeats en ce jeudi 19 juin. En réalisant le hat-trick dans la Gold Cup (Gr1), il

rejoint Sagaro (Espresso), qui était

jusqu’à ce jour le seul à avoir réalisé le triplé. Si cette troisième victoire

aura été la plus nette, en termes d’écarts à l’arrivée (5 longueurs contre 1½ en

2007 et 4 en 2006), elle aura aussi été la plus exigeante et donc la plus

belle. Cette fois, Yeats a dû batailler ferme car l’adversité n’avait jamais

été d’un tel niveau. D’abord il lui a fallu se défaire de Coastal Path (Halling), qui a joué à merveille son rôle de jeune

premier ambitieux et offensif. Yeats était mal installé, à l’extérieur de

Coastal Path, dans la courbe finale. Et à cet instant, il paraissait aller

moins bien que son cadet. Ensuite, il lui a fallu venir à bout de Geordieland (Johann Quartz) qui s’était

fait « aspirer » dans son dos lorsque Coastal Path tentait de le destabiliser.

Mais, à partir des 200 derniers mètres, alors que ses deux rivaux montraient

définitivement leurs limites, Yeats était en mesure de conserver son rythme, et

peut-être même de l’augmenter… Ce dernier furlong (200m) a, en définitive, été

abordé en solitaire pour s ‘imposer par 5 longueurs.

L’entourage

du plus grand stayer contemporain n’avait pas caché avoir visé le triplé depuis

longtemps et tout avait été mis en œuvre afin de le réussir. La préparation a

été parfaite et, à 7ans, le champion qui porte le nom d’un poète irlandais, a

encore un physique et un mental de poulain. Il a donc fait le reste pour écrire

une grande page de l’épopée des courses.

 

 

Aidan O’Brien : « Il est

incroyable ! »

Son

entraîneur, Aidan O’Brien, que l’on pourrait croire « blasé » par les

succès qui s’enchainent, ne tarissait pas d’éloges sur son protégé : « C’est incroyable qu’il revienne

regagner encore cette épreuve. C’est un cheval étonnant. L’an dernier en fin de

saison, nous avons pris la décision de ne lui donner qu’une course avant cette nouvelle

Gold Cup. Je pense que nous avions pris la mauvaise décision l’an dernier, en

lui donnant deux parcours avant. Il est assez paresseux, ne faisant que le minimum.

Mais Johnny (Murtagh) et Seamie (Heffernan) qui le montent au travail en

étaient très contents. En prenant de l’âge le cheval devient aussi beaucoup

plus sage. C’est vraiment difficile à réaliser totalement ce qu’il fait

aujourd’hui. Quand il a gagné sa première Gold Cup, je ne m’imaginais pas qu’il

reviendrait en gagner une autre, puis encore une autre …Vous devriez parler au

« patron » pour revenir l’an prochain. Je ne sais pas quand le temps

sera venu de l’arrêter pour préserver ses gènes, surtout que nous n’avons

jamais eu un cheval avec d’aussi grands poumons et un aussi grand cœur. »

 

 

Yeats : Run and Kick

Au

football, on connait le style anglais : Kick and Rush (frappe et cours).

Yeats, lui, a fait le contraire, il a frappé après la course. En effet, une

fois le poteau passé, il a allongé ses postérieurs vers Regal Flush (Sakhee) qui s’approchait de lui. A ce propos, Aidan

O’Brien expliquait : « C’est

incroyable qu’il ait tapé Regal Flush après la course et cela indique avec

quelle facilité il revient de l’épreuve. La plupart des stayers possèdent un

physique léger, tandis que lui est plus un poids « lourd ». C’est

vraiment un cheval différent des autres. »

 

Yeats, un ancien favori du Derby

Comme le

rappelait son entraîneur, avant d’être un stayer de très haut niveau, Yeats a

été un compétiteur de haut niveau sur les distances classiques. Il a remporté

ses trois premières courses, dont un Derby Trial (Gr3) en 2004. Cela en faisait

le favori du Derby d’Epsom (Gr1) 2004, mais, des ennuis de santé l’ont éloigné

de cet objectif. Il s’est fait une élongation a dû manquer pratiquement toute sa

saison de 3ans. A 4ans, il a gagné pour son retour à la compétition avant de

remporter la Coronation

Cup (Gr1 – 2.400m). D’après son entraîneur : « Si Yeats n’avait pas été blessé, il

aurait réussi une grande carrière classique à 3ans et il n’aurait certainement

pas été orienté dans les épreuves pour stayers ensuite, mais aurait plutôt été

envoyé au haras. » Comme souvent, le destin tient à peu de chose et le

Yeats marathonien n’existe que parce que Yeats « classique » n’a

jamais existé.

 

Option King George pour Geordieland

Déjà dauphin

de Yeats dans cette épreuve en 2007, Geordieland a donné l’impression de

pouvoir s’imposer quand il est venu attaquer son rival à la distance. Mais il

est tombé sur un roc, capable de se relancer encore. Entraîneur de l’ex-français,

Jamie Osborne déclarait après la course : « C’était une course très excitante. Geordieland était très

« relax » et a eu une bonne course. Shane Kelly l’a très bien monté

et nous sommes une nouvelle fois battus par un cheval meilleur que lui dans cette

course. Yeats est vraiment un cheval impressionnant dans cette épreuve.

Maintenant, vous pourriez revoir Geordieland dans sur 2.400m. Il est engagé

dans les King George (Gr1). Ce cheval a plusieurs vitesses et beaucoup de

classe. Je pense qu’il est en bonne forme et que c’est le moment de tenter

cela. Cela ne veut pas dire que je pense gagner, mais je pense qu’il a la

classe pour briller dans cette épreuve. »

 

Coastal Path, encore un brin immature

Il ne

faut pas être déçu par la 3e place de Coastal Path. Il découvrait la

distance de 4.000m et, à 4ans et seulement 6 courses, il a logiquement manqué

d’expérience. Il ne faut pas oublier qu’il y a un an, il n’avait pas encore

débuté. Mais, on peut penser qu’à l’avenir, lui aussi remportera cette épreuve…

Teddy Grimthorpe, manager de l’Ecurie de Khalid Abdullah, déclarait après la

course : « Il a fait une

superbe course et est probablement encore un peu immature pour le moment pour

une course comme cela ; nous reviendrons l’an prochain avec lui, car nous

sommes des compétiteurs. Il y a plusieurs courses pour stayers encore pour lui

dans l’année. » Parallèlement Stéphane Pasquier confirmait « s’il est battu, ce n’est pas à cause

de la distance mais simplement parce qu’il est trop tendre. Il n’a que

4ans. »

Pour sa

part, André Fabre, entraîneur de Coastal Path, a sportivement déclaré au Racing

Post : « C’est l’une des

prestation les plus impressionnantes de Yeats. »

 

Le Miracle n’a pas eu lieu

Troisième

l’an dernier de cette épreuve, Le Miracle est rapidement rentré dans le rang à

l’amorce du tournant final, après avoir animé l’épreuve. Son jockey a déclaré à

notre envoyé spécial à Ascot : « Nous

sommes allés devant, à notre rythme, sans forcer. Malheureusement, à 1.000m du

but, avant les attaques, il s’est mis à changer de jambes à plusieurs reprises.

Il le fait désormais dès que cela devient dur, sans que nous ne sachions

pourquoi.»