Pompeyano est un poulain d’avenir

Autres informations / 29.06.2008

Pompeyano est un poulain d’avenir

Samedi 28 juin, Nantes. Le Derby de l’Ouest (L) a été conforme

à la logique : ce sont les trois candidats les plus en vue qui ont formé

l’arrivée. En ce sens, cela apporte une certaine garantie sur la qualité de

l’épreuve. Pompeyano (Rainbow Quest)

a nettement pris le dessus dans la dernière montée nantaise sur Chirango (Chichicastenango) et Epic Similie (Lomitas), la seule

pouliche du lot. La reconnaissance victorieuse effectuée le 6 juin sur cette

même piste par le pensionnaire de Carlos Laffon-Parias a donc été payante.

Pompeyano avait dominé en l’occasion Kanithos

(Namid) et King of Speed

(Speedmaster) qu’il a laissé, cette fois, encore nettement plus loin. Au terme

d’une sage carrière de cinq courses, Pompeyano compte donc deux victoires

(nantaises), à ses deux dernières sorties, et trois places. Cette trajectoire,

tout en progression, augure des lendemains encore plus brillants comme nous l’a

confirmé Miguel Blancpain à sa descente de cheval. « Son entraîneur (Carlos

Laffon-Parias, nldr) avait bien fait de l’emmener ici en repérage. Il a été

aujourd’hui plus sérieux que la fois précédente. Il avait été alors très

regardant et avait sauté tous les passages de routes. Après cette victoire de

Listed, il ne va pas avoir trop le choix et doit maintenant monter de

catégorie. » On sent une certaine confiance dans les propos du cavalier et

la suite de la carrière de Pompeyano mérite d’être suivie de très près. Alors

que Pompeyano et Chirango avaient d’abord ouvert la voie, Speed Silver (Kutub)

a fait le premier le forcing dans le petit bois sans pouvoir résister ensuite

aux retours de Chirango et d’Epic Simile. Cette dernière s’est remarquablement

comportée. Elle a pourtant été obligée de négocier la sortie de la dernière

courbe, à l’endroit précis où la solution se dessine à Nantes, à l’extérieur.

Sa demi-longueur de retard à l’arrivée sur Chirango aurait pu être moindre.

Cette pouliche confirme, de la sorte, toute l’estime que lui porte Henri-Alex

Pantall (voir JDG d’hier).

 

Du bienfait des préparatoires nantaises

Pompeyano et

Chirango avaient déjà foulé la piste nantaise en une occasion chacun. Tous les

deux victorieux lors de leurs repérages, ils confirment l’intérêt de bénéficier

d’un minimum d’expérience du tracé du Petit-Port.

 

 

Encadré :

(n’importe où dans les pages de retour de Nantes)

De la question du terrain

Une polémique, relative

à l’état du terrain, a traversé la réunion de ce samedi à Nantes. Tous les

acteurs, jockeys et entraîneurs au premier chef, relevaient les disparités de

la surface. Tantôt (très) légère, tantôt (très) souple, la piste était fausse.

Comme nous l’ont confié après leurs succès respectifs Miguel Blancpain, William

Mongil ou Lénie Suzineau, « la piste est inégale, avec un terrain allant

du très léger au bien souple. » De fait, de la poussière apparaissait au

passage des candidats à certains endroits de la piste (derniers tournants,

amorce du tournant après les tribunes). Le constat n’est pas nouveau : la Société des courses de

Nantes est face à une difficulté connue et complexe : l’entretien d’une

piste « usée » dans un environnement urbain.