Sabana perdida triomphe en deux foix

Autres informations / 19.06.2008

Sabana perdida triomphe en deux foix

Mercredi 18 juin, Ascot (GB). Etonnante Sabana Perdida (Cape Cross). A 5ans,

elle a enregistré à Ascot son plus beau titre dans les Windsor Forest Stakes

(Gr2) au prix d’un double changement de vitesse. Les données d’entrée n’étaient

pourtant pas forcément à son avantage. La distance d’abord : les 1.600m

sont un peu « limite » pour ses aptitudes. Elle restait d’ailleurs

sur deux victoires au niveau Groupe 3 sur 1.400m. Le profil d’Ascot ensuite

avec sa montée finale qui exige encore un surplus de tenue et de volonté. A son

crédit, Sabada Perdida avait, en revanche, le bon terrain à tendance léger, sur

lequel elle excelle.

Visuellement, l’effet était saisissant à 500m de l’arrivée

lorsque les pouliches et juments commençaient à se déployer sur une large

portion de piste. A cet instant, Sabana Perdida semblait faire un canter et

rejoignait sans effort apparent la ligne des premières. Au même instant la

favorite Heaven Sent (Pivotal),

émergeait du peloton. Aux 400m, les deux pouliches se retrouvaient sur la même

ligne et avaient pris l’ascendant sur leurs rivales. A ce moment Heaven Sent

lançait toutes ses forces dans le combat et prenait le meilleur sur la

franco-italienne (voir « les réglages payants »). Le doute pointait

légitiment dans le camp de Sabana Perdida car elle semblait tout à coup avoir

perdu de sa superbe. Pourtant l’incroyable s’est produit aux deux cents

mètres : elle se relançait après avoir installé sa tête légèrement de

travers, côté gauche. La bonne longueur concédée a été vite reprise et la fille

de Cape Cross l’emportait avec un écart de trois-quarts de longueurs. Heaven

Sent n’a rien à se reprocher car elle n’a jamais semblé vraiment fléchir. Elle

laissait à quasiment deux longueurs Grecian

Dancer (Dansili). Cette dernière a été vue l’hiver dernier à Deauville

lorsqu’elle remportait le Prix Satamixa (L) sur la PSF.

 

L’Astarté dorénavant

envisagé

Alain de Royer Dupré a effectué un magnifique travail sur

Sabana Perdida, une jument nerveuse. « Elle commence à se décontracter et

possède une magnifique accélération », commentait l’entraîneur. « Son

prochain engagement peut être le Prix d’Astarté si le terrain est bon. Nous

sommes toujours dépendants du terrain avec elle. » Christophe Lemaire revenait

pour sa part sur le déroulement de l’épreuve. « J’ai bien cru que je

n’irais pas chercher Heaven Sent mais elle s’est montrée très courageuse. Nous

avons eu un excellent parcours derrière Barshiba

(Barathea). Au moment de prononcer son effort, elle a eu quelque peu penché

mais il fallait y croire. C’est génial de gagner ici, à Ascot. »

 

Les réglages payants

C’est en Italie que Sabana Perdida a commencé sa carrière,

chez R. Feligioni. Dès 2ans, elle s’est révélée très douée et a pris part, sans

succès, au Prix Marcel Boussac (Gr1) en 2005, dans l’édition remportée par

Rumplestiltskin (Danehill). C’est à l’âge de 3ans, à l’été 2006, qu’Alain de

Royer Dupré a reçue cette pouliche. Il est revenu sur le parcours de sa

protégée. « Le propriétaire est italien. Il a été huit fois tête de liste

des Gentlemen dans son pays. Un jour, Jean-Pierre de Gasté m’a appelé pour me

demander de prendre cette pouliche à l’entraînement. Elle était placée de

Listed et avait disputé les Oaks d’Italie (4e) sur une distance trop

longue. J’ai accepté. Au début, elle était très brillante et nous avons

effectué des réglages. Elle est facile à entraîner et sa cavalière pèse 48kgs.

En qualité, elle est, sans doute, légèrement inférieure à Darjina mais son

accélération foudroyante peut lui permettre de la la battre dans certaines

circonstances. »

Incontestablement les réglages ont été payants et Sabana

Perdida se construit dorénavant un joli palmarès. En progrès constants, elle

reste sur trois victoires en incluant ces Windsor Forest Stakes. Juste avant,

elle avait remporté le Prix du Pin (Gr3, 1.400m) à Longchamp et les Chartwell

Fillies’ Stakes (Gr3) à Lingfield pour sa rentrée, en mai.

 


 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.