South central gagne… aussi le droit d’etre vendu

Autres informations / 20.06.2008

South central gagne… aussi le droit d’etre vendu

Jeudi 19 juin,

Ascot (GB). Howard

Johnson a célébré sa deuxième victoire dans les Norfolk Stakes (Gr2) grâce au

favori de la course, South Central

(Forest Camp). Entraîneur réputé de chevaux d’obstacle ( !) – voir encadré

–, Howard s’est donc fait une spécialité de ce Groupe pour ultra-précoces après

le succès en 2005 de Masta Plasta

(Mujadil).

South

Central avait recueilli son titre de favori grâce à ses impressionnants débuts victorieux

dans un maiden par 13 longueurs… Jeudi, dès le départ, il s’est détaché du peloton

avec Cerito (Bahamian) à ses côtés.

Ensemble, ils ont pris deux à trois longueurs sur le reste du peloton qui a

regagné ensuite progressivement son retard. Spin Cycle (Exceed and Excel) attendait patiemment son heure à

l’arrière-garde avant d’effectuer une belle remontée le long de la corde dans

la phase finale. Il a ainsi quasiment rejoint South central dans les ultimes

foulées pour laisser échapper la victoire d’une tête, après photographie. South

Central est donc demeuré invaincu pour sa deuxième sortie.

 

« J’aimerais le

vendre »

Alors

que traditionnellement, après une victoire, l’entraîneur et l’entourage parlent

avec envie et gourmandise d’objectifs à venir, c’est cette fois la vente du poulain

qui est évoquée. En ce sens la performance de South Central ne l’a rendu que

(beaucoup) plus attractif. Howard Johnson commentait ainsi ce succès. « Avec son pedigree américain, je pense qu’il

se vendra bien aux USA. Je l’avais presque vendu, il y a une quinzaine de

jours, mais comme la confirmation de l’offre se faisait attendre, j’ai voulu

tenter ma chance en le courant dans cette épreuve. En fait il sera plus à son

affaire sur un terrain moins rapide qu’aujourd’hui et il est mieux sur 1.200m

que sur 1.000m (la distance de ces Norfolk Stakes, ndlr). » Le message

est passé et il serait étonnant que le téléphone ne sonne pas dans les

prochaines heures.

Pour

Robert Winston, son jockey, cette victoire est synonyme d’un retour au premier

plan après une longue exclusion. Il était déjà le partenaire du premier succès

d’Howard Johnson dans ces Norfolk Stakes en 2005, associé à Masta Plasta.

 

Encadré

Un entraîneur d’obstacle

Retrouver

Howard Johnson au palmarès d’un Groupe 2 pour poulains de 2ans est déjà suffisamment

détonnant pour s’arrêter sur le profil si singulier du personnage. Son terrain

de jeu habituel est Cheltenham et tout ce que la Grande-Bretagne

compte de champs de course d’obstacle. Howard Johnson est par exemple

l’entraîneur d’Inglis Drever, champion sur les haies, titulaire de trois World

Hurdle à Cheltenham. Ses titres de gloire en plat étaient pour l’instant des

succès dans la Doncaster Cup

(Gr2) avec Kasthari (Vettori) en

2005 et la Yorshire Cup

(Gr2) avec Percussionist (Sadler’s

Wells) en 2006. Sans oublier sa victoire dans les Norfolk avec Masta Plasta

déjà évoquée.

L’homme

a le sens de l’humour. « Je ne pourrais pas faire tout ceci sans mon

propriétaire Wylie Graham. C’est un homme extraordinaire. Quand je mourrai, je

l’emmènerai avec moi ! »


 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.