Carole dufrèche, « c’est toujours un plaisir de venir ici. »

Autres informations / 23.07.2008

Carole dufrèche, « c’est toujours un plaisir de venir ici. »

 

Le meeting de Vichy à bien commencé pour Carol

Dufrèche avec deux belles victoires obtenues lundi grâce à Parcelle Perdue (Coroner) et Assafair

(Chargé d’Affaires). A ces succès, il faut aussi ajouter plusieurs places. Cela

fait maintenant plusieurs années qu’elle vient à Vichy et elle a bien voulu revenir

sur son parcours. C’est accompagnée de sa sœur jumelle, qui lui ressemble au

point de les confondre, que nous avons rencontré cette jeune femme vive, aux

propos où affleure un humour décomplexé.

 

JDG : Depuis quand entraînez-vous ?

Carole Dufrèche : Je me suis installée

en 2000. A

l’époque, j’avais environ 7 ou 8 chevaux, alors que maintenant j’en ai 42.

Notre effectif augmente avec les années et j’ai actuellement quelque dix

propriétaires différents.

 

Parlez-nous de votre vie d’avant…

Avant

d’entraîner, je travaillais dans un cabinet d’architecture. J’étais également

cavalière amateurs. Je n’ai remporté que deux courses, mais… attention !

c’était sur de beaux hippodromes (rires) : La Teste et Bordeaux. Mon mari

a eu un « pépin » et j’ai pris la relève à l’entrainement. Mais, il

reste mon bras droit, ou mon bras gauche, cela dépend… »

 

Votre père, Yves Frémiot, est également très

présent à vos côtes.

Oui, il

s’occupe en particulier de l’élevage. Quand il a des produits que nous

estimons, il en garde souvent la moitié. Comme Assafair, hier (lundi, ndlr) par

exemple. Sinon, il les vend à des propriétaires qui sont chez nous. Comme cela,

continuons à entraîner les produits de son élevage. Le point important est que

nous travaillons en famille.

 

Quels sont vos meilleurs souvenir en tant

qu’entraîneur ?

Ma

première bonne victoire a été ici, à Vichy. C’était dans le Prix des Rêve d’Or

(L) avec Son Premier en 2002.

Ensuite, on a connu de beaux succès. Et l’an dernier, nous avons vécu de grands

moments grâce à Gat et Vertigineux, qui vient de remporter le

Prix de la Porte Maillot

(Gr3), mon premier groupe.

 

Préparez-vous particulièrement le meeting de

Vichy ?

Oui un

peu. En fait, nous sélectionnons des partants potentiels en fonction des

engagements. Ensuite, nous faisons une sélection des chevaux que nous allons

pouvoir amener. Cela fait quatre ans que je participe au meeting. Je suis venu

la première fois en 2002, mais sans rester toute la semaine. Il fait beau, il y

a beaucoup d’ambiance et nous sommes très bien accueillis. C’est toujours un

plaisir de venir ici.

 

Quelle est la suite pour vous maintenant.

Avez-vous des objectifs ?

Mis à

part de vieillir je ne sais pas ! (rires). Nous avons remporté un Groupe 3.

Il faut donc viser maintenant un peu plus haut et tenter de décrocher un Groupe

1.