Dans quel état d’esprit abordez-vous cette vente ?

Autres informations / 13.08.2008

Dans quel état d’esprit abordez-vous cette vente ?

Il y a plusieurs motifs d’être confiant. J’ai fait des

tournées chez les principaux vendeurs et j’ai vu des éléments de qualité. Par

ailleurs, je n’ai jamais vu de grands étalons, comme Montjeu, Galileo, Monsun,

Giant’s Causeway, autant représentés à Deauville. Il y a aussi une grande

variété de bons étalons. La qualité du catalogue est en hausse sur 2007. Il

faut ajouter à ces constats les résultats exceptionnels des ventes de Deauville.

Surtout pour la taille du catalogue qui reste vraiment à taille humaine.

 

Comment

parleriez-vous de l’ensemble de vos lots ?

Je suis très content de nos chevaux. Néanmoins, je ne pense

pas avoir un top des ventes. J’ai un lot soutenu et suis aussi satisfait de mes

chevaux du lundi que du vendredi.

 

Percevez-vous des

motifs d’inquiétude dans la conjonction économique mondiale difficile ?

Avec le problème, par exemple, de la parité $/€

Le dollar faible est une réalité ancienne maintenant et on y

pense plus.

Je pense que le marché des chevaux est à part (des grands

marchés soumis aux turbulences actuelles, ndlr). Son économie me semble très saine :

nous avons des marchés d’élevage et d’étalons très solides, il n’y a pas de

raisons pour que celui des yearlings ne soit pas aussi bon. Il faut ajouter que

le système des courses françaises fonctionne bien : nos courses offrent un

bon débouché pour les yearlings. Tous les propriétaires peuvent en profiter, y

compris les étrangers. On constate à ce sujet l’arrivée récente de nouveaux

acheteurs sur nos marchés qui ne peuvent que dynamiser cette vente.