The fellow : un grand s’en est allé

Autres informations / 29.08.2008

The fellow : un grand s’en est allé

Mercredi matin, The Fellow (Italic) a été euthanasié dans le

haras anglais où il résidait en Angleterre, Childwick Burry Stud, près de

Luton. L’information a été communiquée par la Marquise de Moratalla,

elle-même, à François Doumen, celui qui fut son entraîneur. On touche là à une

des plus glorieuse page de l’histoire des courses d’obstacle française. Du

début au milieu des années 90, The Fellow a réussi un exploit unique, celui de

remporter les plus grandes épreuves des programmes d’obstacle britannique et

français. C’était aussi l’époque de la suprématie absolue de l’association

entre la marquise de Moratalla et François Doumen l’époque des fameux quatre

mousquetaires composés de The Fellow, Ucello II (Quart de Vin) et Ubu III

(Maiymad), rejoints ensuite par First Gold (Shafoun).

 

LE SEUL CAPABLE DE

TOUT FAIRE

« C’est la marquise qui m’a informé », nous a

rapporté François Doumen. « Elle était très peinée et nous avons tout de

suite pensé que nous avions très bien fait de lui accorder sa retraite à 10ans,

alors qu’il était en pleine santé. C’était un amour de cheval, un amour tout

court. Il était d’une grande élégance et d’une extrême gentillesse. »

La carrière de The Fellow, et la singularité – dans son

acception d’origine – de son palmarès, méritent tous les éloges. « C’est à

5ans qu’il est devenu un grand compétiteur », précise François Doumen.

Cette année-là, il remporte trois épreuves à Auteuil dont le Prix La Haye Jousselin (Gr1) en fin de

saison. Mais, François Doumen détecte déjà les qualités exceptionnelles de

sauteur de son cheval et décide de le présenter dans le King Georges VI Chase

(Gr1), le grand steeple anglais du Boxing Day – le 26 décembre. Pour cette

première expédition hors de France, The Fellow obtiendra une prometteuse 3e

place dans une épreuve survolée par la grande vedette anglaise de l’époque,

Desert Orchid (Grey Mirage). Véritable légende vivante, ce cheval gris de 11ans

remportait là sa 33e victoire et ses 4e King

George ! Il n’empêche, la « machine » internationale était

lancée…

François Doumen doit aussi gérer les carrières d’Uccello II

et d’Ubu III. En 1991, ces derniers ont 5ans et courront aussi les meilleures

épreuves d’Auteuil. « Je voulais éviter d’avoir ces trois chevaux dans les

mêmes courses ; je devais donc les gérer en complémentarité. Je pense

qu’Uccello II était quasiment imbattable à Auteuil mais je ne l’aurais jamais

couru en Angleterre car il brossait trop les obstacles. Pour sa part, The

Fellow était exceptionnel car il pouvait tout faire. C’était le seul dans ce

cas. »

Après une rentrée à Auteuil au début mars 1991, The Fellow

se lance à la quête du Saint-Graal anglais, la mythique Gold Cup (Gr1) de

Cheltenham. Il croise à nouveau la route de Desert Orchid, lauréat de l’épreuve

en 1989. Au terme d’une formidable lutte, il échoue à la 2e place,

d’une courte tête derrière Garrison Savannah (Random Shot) et précède Desert

Orchid de 15 longueurs…

 

LES PLUS GRANDS

HONNEURS

La suite de l’année sera grandiose. The Fellow fait sien le

Grand Steeple-chase de Paris (Gr1) dans lequel Uccello II est tombé. Il précède

alors une autre figure d’Auteuil qui tire gentiment sa révérence : Oteuil

SF (Djarvis), 3e. A l’automne, l’AQPS de la Nièvre fait tomber son

jockey dans le Prix La Haye Jousselin

(Gr1) ; ce sera la première des deux seules chutes enregistrées dans sa

carrière. Nouvel essai dans les King George Chase à Kempton le 26 décembre et

première victoire. The Fellow remportera encore cette épreuve l’année suivante.

Capable d’enchaîner les saisons hivernales anglaises avec les échéances

françaises du printemps et de l’automne, The Fellow va connaître d’autres

succès jusqu’au 17 mars 1994. Pour sa quatrième tentative dans la

Gold Cup (dans laquelle il compte deux 2e

places et une 4e), il réussi ce qui est son plus grand exploit et

l’emporte devant Jodami (Crash Course), le tenant du titre.

LE SEUL FRANçAIS DANS LA GOLD

CUP

C’est à ce jour le seul lauréat entraîné en France. Il est

aussi devenu, avec Mandarin (dans les années 60), le seul cheval de l’histoire

à avoir réalisé le doublé Grand Steeple-chase de Paris/Gold Cup. Cet exploit

procède évidemment de la volonté et du rêve d’un homme, François Doumen.

« Les succès de The Fellow en Angleterre sont pour moi la continuité de ma

première victoire là-bas avec Nupsala (Laniste) [en 1987 dans le King George

Chase, ndlr]. Je trouve les grandes victoires anglaises plus fortes que celles

obtenues en France car il y a un véritable challenge à relever. »

 

UN ATHLèTE HORS NORME

« C’était un véritable athlète, un cheval très

harmonieux qui n’a jamais connu le moindre problème de santé. En particulier,

il n’a jamais eu de soucis aux jambes », nous apprend François Doumen. La

fin de carrière du champion sera gérée avec une grande sagesse. Le 18 juin

1995, The Fellow a 10ans et est arrêté dans le Grand Steeple-Chase de Paris.

Son compagnon de couleurs et d’entraînement Ubu III remporte l’épreuve avant de

succomber au champ d’honneur. Sous le choc, la Marquise de Moratalla et

François Doumen décident d’offrir une retraite méritée et sure à celui qui leur

aura apporté tant de plaisirs.

 

TREIZE BELLES ANNéES à PROFITER

Gilles Forien, agent de la Marquise de Moratalla,

insiste sur le souhait de l’éleveur/propriétaire « d’offrir à ses chevaux,

et en particulier à ses bons chevaux, une belle vieillesse. The Fellow aura

ainsi connu treize belles années au repos, à profiter de la vie. Il était

stationné à Childwick Burry Stud, près de Luton en Angleterre. Dernièrement, il

avait accusé le poids des ans. Il s’est blessé en se roulant à une jambe dans

un paddock et a dû être euthanasié. »

 

UNE FAMILLE D’EXCEPTION

La disparition de The Fellow a eu lieu la veille du concours

d’AQPS de Decize (voir JDG du 28/08). Depuis le succès premier de Nupsala dans

le King George Chase de Kempton, les AQPS n’ont fait que gagner de l’audience

dans le monde de l’obstacle, tant en France qu’en Grande-Bretagne et Irlande.

The Fellow aura encore conforté cet état de fait. « C’est un des cinq

meilleurs AQPS de tous les temps », pour son éleveur Jacques Cyprès.

« Il a remporté les plus grandes épreuves en Europe, pour ne pas dire du

monde, à l’exception du Grand National de Liverpool, dans lequel il a couru une

fois et est tombé. Pour moi, c’est une page qui se tourne. C’est une famille

extraordinaire. The Fellow était le propre frère d’Al Capone II (le

steeple-chaser le plus riche de tous les temps en France). En tout, j’avais

répété quatre fois le même croisement « à l’envers » (croisement d’un

étalon demi-sang avec une jument pur sang, ndlr) entre Italic et L’Oranaise

(Paris Jour). J’ai encore une propre sœur de The Fellow à l’élevage, Countess

Fellow, et des filles et petite-filles de celle-ci. Il y a ainsi Gold Cup,

Oranie Jolie, Quizas Jolie, Panique Pas, Oakham et Rive Rouge. C’est une

famille extraordinaire toujours très active. Quizas Jolie va, par exemple,

disputer le Prix de Craon (le Grand Prix des AQPS en plat, ndlr) à Longchamp la

semaine prochaine. »

« Poulain, The Fellow était très beau avec une encolure

en col de cygne. Mais il a eu ensuite des gros jarrets, sans doute à cause

d’épanchements de synovie, et je n’ai pu le vendre qu’à l’âge de 2ans à Robert

Fougedoire. »

Robert Fougedoire allait ensuite vendre The Fellow, au début

de son année de 5ans, à la

Marquise de Moratalla alors qu’il avait remporté deux

épreuves sur le steeple à Auteuil à l’âge de 4ans.

 

THE FELLOW

DANS LE TOP DES GAINS

Voici les meilleurs chevaux d’obstacle français, classés par

les gains depuis les années 80. Les dotations des grandes épreuves ayant été

fortement renforcées ces dernières années, les comparaisons doivent être

établies avec précaution. Après les gains, figurent le nombre de courses

courues, le nombre de victoires et le nombre de places (donnant lieu à

allocation). Source France Galop.

 

#       Cheval                      Gains

1       Al Capone II (propre frère de The Fellow)

                                          2.623.874€

(65/26/32)

2       Mid Dancer              1.631.930€

(22/18/4)

3       Princesse d’Anjou    1.522.525€

(39/6/25)

4       Ubu

III                     1.426.825€

(44/17/24)

5       Ucello

II                   1.395.250€ (39/20/11)

6       First

Gold                 1.352.088€ (47/11/21)

7       The

Fellow               1.352.011€ (54/16/29)

8       Kotkijet

(frère de Katko)

                                          1.326.251

€ (31/17/12)

9       Or Noir de Somoza  1.181.920€

(20/13/5)

10     Katko                       1.178.432€

(35/20/9)

11     Oteuil SF                  1.168.026€

(54/17/25)

12     Cyrlight                    1.157.400€

(22/17/4)

 

Encadré : SON PALMARèS

THE FELLOW (Hongre, 1985, Italic)

En France : 41 courses disputées

En plat : 3 sorties ? 1 vict. / 1 pl.

En obstacle 38 sorties ? 12 vict. / 20 pl.

Gains : 898.155€

 

Principales performances :

1er Grand-Steeple-chase de Paris (Gr1) à Auteuil – 1991

1er Prix La Haye Jousselin (Gr1) à Auteuil – 1990

1er Prix

Millionnaire II (Gr3) à Auteuil –

1991 & 1994

1er Prix Héros XII (Gr3) à Auteuil – 1992

3e Prix La Haye Jousselin (Gr1) à Auteuil – 1993

 

En Grande-Bretagne :

13 courses disputées ? 3 vict. / 8 pl.

Gains : 453.856€

 

Principales performances :

1er Gold Cup (Gr1) à Cheltenham – 1994

1er King George VI Chase (Gr1)

à Kempton (x2) – 1991 & 1992

2e Gold Cup (Gr1) à Cheltenham (x2) – 1991 & 1992

3e King George VI Chase (Gr1)

à Kempton – 1990 & 1993

4e Gold Cup (Gr1) à Cheltenham – 1993

 

Total des gains : 1.352.011€

Données France Galop.

Remarques : à l’époque, la terminologie des pattern-races

n’existait pas en obstacle. Nous l’avons néanmoins appliquée pour assurer une

vraie comparaison avec le programme actuel.

 

 

Parmi les chevaux les plus riches de tous les temps