Les principaux acheteurs des 4 premiers jours de vente

Autres informations / 13.09.2008

Les principaux acheteurs des 4 premiers jours de vente

 

Acheteurs                              Nbre             Prix

moyen         Total

 

John

Ferguson                        25                 714.600$             17.865.000$

 

Shadwell

Estate                     28                 504.107$             14.115.000$

 

Legends

Racing                     19                 522.105$             9.920.000$

 

Ben

Glass, Agent                   17                 284.117$             4.830.000$

 

Zayat

Stables                          14                 319.642$             4.475.000$

 

Blandford

Bloodstck             11                 385.454$             4.240.000$

 

Rabbah

Bloodstock                20                 195.000$             3.900.000$

 

 

 

Le tableau est éloquent : à l'issue

des quatre premiers jours de sélection, ponctués par le seul jour de relâche de

la quinzaine, on observe le poids décisif de la galaxie Dubaï dans les ventes

de Keeneland, comme ce fut d'ailleurs le cas, à une échelle réduite, à

Deauville.

36 Millions de dollars ont été

dépensés par la famille Maktoum et ses amis (Ferguson, Shadwell, Rabbah),

c'est-à-dire quasiment 20% du montant total des achats des quatre premiers

jours. La famille ramène 73 yearlings de Keeneland, sans compter les achats de

certains professionnels, comme O'Gorman ou Mark Johnston, qui ont peut-être agi

parfois pour le compte d'intérêts de Dubaï.

Ce qui est remarquable dans cette

constance des Maktoum, c'est qu'ils ont ajusté leurs investissements en

fonction du nouveau marché qu'ils ont contribué à installer. La moyenne du

yearling acheté est de 700.000$ pour Cheik Mohamed et de 500.000$ pour Cheik

Hamdan, soit des chiffres relativement raisonnables. On a même vu John Ferguson

se faire battre jeudi sur le top price du jour, par un entraîneur anglais, à

1,1 Million.

La nouveauté de ces quatre jours de

sélection est l'émergence d'une entité exceptionnelle, Legends Racing, l'écurie

de groupe montée par Gentry et Gaines, qui est de loin le premier acheteur

américain avec 19 yearlings et 10 Millions de dollars dépensés. Il est clair

que l'avenir strictement économique des courses mondiales passe par la

multiplication de ces créations qui fédèrent les énergies et qui divisent les

risques entre les partenaires et entre les chevaux. Quand réussira-t-on en

France à monter une structure de cette nature, c'est-à-dire une force

collective ambitieuse ? Cela n’a, pour l’instant, jamais été le cas des

expériences françaises toujours trop timides.