Robin des champs est vendu en irlande

Autres informations / 02.09.2008

Robin des champs est vendu en irlande

 

Il y a quelques jours, à quelques heures du concours interrégional

de Decize de vendredi 29 août, Nicolas de Lageneste a entériné la vente de

Robin des Champs (Garde Royale) au Haras irlandais de Rathbarry Stud.

« J’avais déjà refusé plusieurs offres émanant

d’Irlande pour Robin des Champs. Les Irlandais sont très intéressés par le sang

de Garde Royale et cherchaient à intégrer un de ses fils chez eux. En deux ans

j’avais reçu plusieurs propositions mais j’avais trop d’engagements et de

réservation de la part des éleveurs de la région. Je ne pouvais donc pas

répondre favorablement. Cette fois, j’ai été contacté à la fin de saison et, à

présent, le cheval a déjà beaucoup fonctionné dans la région. »

C’est d’ailleurs la raison principale évoquée par

l’animateur du Haras de Saint-Voir : Robin des Champs a déjà beaucoup servi

le parc régional. « Je tiens à remercier les éleveurs de la région qui ont

permis, pour la première fois, de sortir un étalon tête de liste. C’est vraiment

un cas unique. Pourtant, pour les étalons, ma philosophie est de raisonner à

court terme, a contrario de la logique de l’élevage qui dépend de la

valorisation des poulinières et s’inscrit, là, sur le long terme. Il faut

savoir changer les sangs véhiculés par les étalons et il m’a semblé que c’était,

là, le bon moment de se séparer de Robin des Champs. De toute manière, il

aurait fallu qu’il aille en Normandie la saison prochaine et rencontrer ainsi

de nouvelles juments. » Robin des Champs a, en effet, toujours été soutenu

depuis son entrée au Haras, et après des premières « normales », a

culminé à plus de 170 juments servies en 2007.

 

 

Robin des

Champs : une carrière écourtée

C’est à Auteuil au terme de sa première sortie (victorieuse)

que s’est nouée la première rencontre entre Robin des Champs et Nicolas de

Lageneste. « Il m’avait plu et j’avais fait une offre de réservation pour

sa carrière d’étalon à Guillaume Macaire – l’entraîneur – et Robert Fougedoire

– le propriétaire –. Avec beaucoup de correction, ils sont revenus vers moi

après sa carrière de courses. » De fait, la carrière de Robin des Champs a

été brève, réduite à cinq sorties, toutes à Auteuil. Brève mais aussi proche du

sans-faute puisque le fils de Garde Royale s’est imposé dans ses quatre

premières courses et a terminé deuxième à sa cinquième dans le Prix Aguado (L),

battu par Nom d’un Pipe (Linamix).

 

Une montée en

puissance fulgurante au Haras

Avec des gains cumulés de 863.140€ par ses produits en

course en 2008, Robin des Champs est actuellement deuxième au classement des

étalons, à moins de 10.000€ du leader Mansonnien. A sa décharge, ses partants

ont été presque deux fois moins nombreux que ceux de Mansonnien (133 contre 237,

source France Galop). Cette place qui lui permet espérer occuper la tête à

l’heure des bilans de fin d’année est la concrétisation d’une progression

fulgurante. Ses premiers produits sont, en effet, nés en 2002 et n’ont donc que

6ans pour les plus âgés. Dès 2006, il obtient la 8e place du

classement général des étalons d’obstacle avec des aînés qui sont encore à

l’école primaire de l’obstacle…

Ses meilleurs produits actuels sont Œil du Maître (1er

Grande Course de Haies d’Auteuil – Gr1), Chercheur d’Or (4e Prix

Ferdinand Dufaure – Gr1), Puligny Montrachet (2 victoires à Auteuil en 2008) ou

Qocq Corricco (invaincu sur les haies d’Auteuil en deux sorties).

 

Trouver un remplaçant

sans se précipiter

Remplacer un tel étalon n’est évidemment pas une chose

facile. Nicolas de Lageneste, plus que tout autre, le sait. « Je vais

toujours fonctionner avec Alberto Giacometti (les premiers produits ont 2ans) et

Epalo (les premiers produits, « très beaux », sont yearlings). Tous

les deux fonctionnent en alternance entre le Haras de Saint-Voir et le Haras de

la Monnerie

de Pierre Julienne en Normandie. Concrètement, j’en ai un des deux chaque

année. Je dispose aussi de Sacro Saint, un frère de Saint des Saints qui n’a

pas couru et qui est naturellement plus difficile à imposer. C’est un peu mon

« gadget ». Je vais évidemment chercher un nouvel étalon mais sans

précipitation. » Quant à savoir si le choix se portera vers un jeune

étalon ou un profil plus confirmé, on sent que l’histoire de Robin des Champs

sera un peu le modèle à suivre… ou à répéter. « Nous sommes plutôt dans la

logique de valorisation d’un jeune étalon d’autant plus que cela correspond

plus à l’approche de notre région d’élevage. »

 

 

8 cartes de saillies françaises

Dans la négociation de cession, Nicolas de Lageneste a tenu

à conserver quatre cartes de saillies personnelles et quatre aux noms de Guillaume

Macaire et Robert Fougedoire. Une sorte de retour d’ascenseur.

 

 

 

Rathbarry Stud

Haras irlandais propriété de Liam Cashman, Rathbarry Stud

possède un parc d’étalons conséquent de 15 étalons. Le contingent est séparé

bien distinctement, comme c’est de tradition dans les îles anglo-irlandaises,

en deux divisions étanches, celle des étalons de plat et celle de l’obstacle.

Un constat : l’offre actuelle surfe sur la vague du succès. Dans la cour

des neuf étalons de plat, ne compte t-on pas Acclamation (Royal Applause), un

jeune sire très en vogue, père d’Equiano, lauréat des King’s Stand Stakes (Gr1)

ou Sweepstake (placée de Groupes) ? Il effectue la monte à 30.000€. A ses

côtés, on trouve Barathea (Sadler’s Wells), étalon de réputation mondiale à

25.000€ la saillie. L’italien Le Vie Dei Colori (Efisio), souvent vu en piste

en France, est aussi là-bas.

La cour d’obstacle n’a pas à rougir avec la présence de

Presenting (Mtoto), étalon de tête de la discipline. C’est tout simplement le

père de Denman. Les ex-Français Croco Rouge (Rainbow Quest) et Indian Danehill

(Danehill) sont à ses côtés. C’est cet effectif que vient renforcer Robin des

Champs.