Freddy head : « impossible à imaginer… »

Autres informations / 26.10.2008

Freddy head : « impossible à imaginer… »

Interviewé à chaud par nos confrères d’Equidia, Freddy Head

semblait très serein, tellement calme qu’il en paraissait parfois absent, tout

à l’accomplissement de son rêve : « Ce qui me fait peut-être le plus plaisir,

aujourd’hui, c’est qu’elle a gagné alors qu’elle n’avait jamais tourné à gauche

de sa vie. Depuis sa victoire dans le Prix du Moulin de Longchamp, nous avons

beaucoup travaillé pour qu’elle s’adapte bien à ce nouveau tracé. Donc la

victoire d’aujourd’hui, c’est la somme des tous les petits réglages du matin.

Ensuite, elle a très bien pris son déplacement, elle a eu un très bon vol. Le

matin, elle s’est montrée très professionnelle, s’adaptant parfaitement à la

piste. C’est vraiment une pouliche intelligente. »

Remporter neuf Gr1 dans une même année (et peut-être un 10e

avec Marchand d’Or à Hongkong), c’est une performance rare : « Pour moi, c’est

un très grand moment, dont je me souviendrai toute ma vie. Quand on arrive à un

certain âge, on connaît le prix et la difficulté des choses. Du coup, on

attache plus d’importance à des moments comme celui-ci. Et ils nous tiennent

encore plus à cœur. Cette année, j’ai gagné neuf Gr1. C’est impossible à

imaginer. Tomber sur de tels champions et que tout se passe bien… La vie m’a

beaucoup gâté. »

Et quand on le taquine en lui parlant de Zarkava : « Zarkava

nous a battus dans la Poule et dans le Diane.

 Mais je pense que

Zarkava a pour elle de tenir. Elle est exceptionnelle. Je pense sincèrement que

sa meilleure course est sa Poule d’Essai. Nous étions 2e et la 3e, Halfway to

Heaven, a gagné trois Gr1 après (1000 Guinées irlandaises, ndlr). »

Le mot de la fin est pour ses propriétaires, avec lesquels

on ressent une intense relation de confiance et de long terme :

« Les frères Wertheimer sont des gens très sports. Ils

aiment voir leurs chevaux en piste. C’est magnifique qu’ils la laissent à

l’entraînement l’an prochain. C’est très bien pour les courses françaises et

pour Chantilly, qui est le plus beau centre du monde. La victoire de Goldikova

montre que l’on peut, à Chantilly, entraîner des chevaux capables de gagner

dans le monde entier. »