Les « noseda » vers la breeders’ cup

Autres informations / 16.10.2008

Les « noseda » vers la breeders’ cup

Jeremy Noseda enverra deux chevaux pour la Breeders’ Cup 2008 à

Santa Anita. Il s’agit de Sixties Icon

(Galileo) et de Fleeting Spirit

(Invincible Spirit). Le premier a remporté le St Leger (Gr1) en 2006 avant de connaître

une sorte d’éclipse. Mais à 5ans, il vient de montrer un tout autre

visage : il reste tout simplement sur trois victoires de Gr3. Sa forme est

sure et son entourage a fait le choix du Breeders’ Cup Marathon, une des nouvelles

épreuves qui se disputera sur les 2.400m de la piste synthétique. Pour Jeremy

Noseda, « c’est une course dans

laquelle il devrait bien se comporter même s’il faudra regarder l’opposition.

Mais il a toujours bien travaillé sur le polytrack à la maison dont la surface

est semblable à celle de Santa Anita. »

Quant à Fleeting Spirit, elle reste sur sa

« double » prestation du Qatar Prix de l’Abbaye de Longchamp (Gr1).

Au premier épisode, sa stalle était restée fermée ce qui avait motivé la

reprise de l’épreuve. Lors du deuxième épisode, elle a conclu cinquième.

Troisième antérieurement des King’s Stand Stakes (Gr1) à Ascot, elle courra une

toute nouvelle épreuve : le Breeders’ Cup Sprint Turf (1.300m). Depuis sa

mésaventure française, tout est « rentré

dans l’ordre ». Le 24 octobre, elle sera confiée à Johnny Murtagh.

 

VISIT EPAULERA

CONDUIT

Conduit

(Dalakhani) ne sera pas le seul pensionnaire de Sir Michael Stoute à prendre le

départ d’une épreuve de la

Breeders’ Cup. En effet, Visit

(Oasis Dream) disputera le Breeders’ Cup Filly and Mare Turf (Gr1) sur 2.000m. Née

dans la pourpre puisque sœur de la très bonne 4ans Promising Lead (Danehill), lauréate des Pretty Polly Stakes (Gr1)

au Curragh à la fin du mois de juin, Visit a aussi beaucoup de classe. Si elle

n’a pas encore gagné au niveau Gr1, elle reste sur sa troisième place des Sun

Chariot Stakes (Gr1) disputés le 4 octobre. Seules les championnes Halfway to

Heaven (Pivotal) et Darjina (Zamindar) l’avaient alors précédée.