Octobre ou l'avantage de la maturité

Autres informations / 19.10.2008

Octobre ou l'avantage de la maturité

 

Tous

les éleveurs français le savent : la

grande vente de yearling  de la mi-août à

Deauville arrive bien trop tôt dans la saison. Les squelettes et les

organismes des animaux sont en pleine croissance, en totale mutation, et ces

jeunes pousses sortent à peine de leur premier âge : ce sont des « bébés ». De plus l'exigence d'une

présentation impeccable force les éleveurs-vendeurs à « préparer »

leurs yearlings dès le mois de juin pour arriver en état de « paraître »

à la mi-août. Cette phase de préparation, qui est déjà une contrainte physique

pour ces trop jeunes animaux, laisse souvent des traces sur les yearlings dont

une grande majorité est renvoyée à l'herbage au moins jusqu'à fin septembre

pour « récupérer » de ce premier pré-entraînement précoce.

À

l'inverse de la contrainte d'août, les deux mois qui séparent la mi-août de la

mi-octobre libèrent le yearling et lui permettent de parachever sa croissance :

en octobre, les acheteurs acquièrent de jeunes

chevaux de courses et non des bébés. Les muscles ont pris  leur place, le squelette s'est solidifié, et

les yearlings sont prêts pour la plupart à être débourrés. Le choix est plus

facile pour les acheteurs qui découvrent des individus au dessin définitif et

affirmé, ils perçoivent plus aisément le cheval de course qu'ils espèrent

posséder. En un mot, octobre est la

vente de la maturité.

C'est

un avantage, tant pour les acheteurs que pour les vendeurs. Les acheteurs

peuvent nourrir leur jugement avec plus de repères, les vendeurs peuvent

laisser leurs animaux venir d'eux-mêmes à un aspect présentable. C'est donc une vente vérité. Plus

normale, plus transparente, parce que la nature n'a pas été forcée par des

rendez-vous trop précoces.

C'est

pour cela que la vente d'octobre d'Arqana a progressé régulièrement depuis des

années. Ce n'est pas la « mode » qui fait les gros prix, c'est le

physique des yearlings. Les clients ne viennent pas vraiment acheter des

« papiers », ils trouvent des individus qui vont leur gagner des courses.

C'est pourquoi cette ventes a d'excellents résultats en terme de gagnants, et

que les entraîneurs s'y pressent pour découvrir le bon numéro, le poulain

qu'ils vont avoir envie d'entraîner. Les « affaires » y sont

nombreuses car les réserves très raisonnables : il est tard dans la saison et

les éleveurs sont obligés de vendre. Arqana

octobre est le vrai marché français : des bons produits du terroir à des

prix très abordables.