Prix royal-oak

Autres informations / 27.10.2008

Prix royal-oak

 

UNE PAGE DE PLUS DANS LA LEGENDE DE YEATS

Dimanche 26 octobre, Longchamp. Dimanche, on

attendait évidemment de voir le vrai Yeats

(Sadler’s Wells) dans le Prix Royal-Oak (Gr1), et nous n’avons pas été déçu. Ce

cheval déjà légendaire s’est montré à la hauteur de son palmarès pour remporter

de toute une classe cette épreuve très relevée. Et il brisait ainsi la

malédiction qui semblait s’acharner sur lui à Longchamp, hippodrome où il avait

inexplicablement été battu les deux fois qu’il s’y était produit.

 

Un déroulement de course en faveur de

Yeats

Le

dimanche 5 octobre, dans le prix du Cadran (Gr1), Yeats avait fait un moment

illusion pour la victoire à l’entrée de la ligne droite avant de peu à peu

perdre pied. Nous n’avions, comme dans l’édition précédente, vu que le fantôme

de Yeats. L’allure, imprimée par Noble

Prince (Montjeu), n’ayant, de toute évidence, pas été assez sélective pour

lui. Cette fois, Mikhail Fokine

(Sadler’s Wells), leader désigné par Aidan O’Brien, a fait beaucoup de train.

Yeats s’est retrouvé dans son sillage et l’on pouvait même craindre un moment

qu’il ne fasse le jeu du peloton en se retrouvant entre le leader et le reste

de la meute. Mais rien n’en a été, car c’est le type de courses qui convient à

Yeats : dures avec beaucoup de train. Johnny Murtagh, son jockey,

l’expliquait d’ailleurs après la course : « C’est vraiment le genre de courses qu’il aime. Il faut le monter

de manière dure. Je n’ai pas hésité à le lancé de loin et, à mi-ligne droite,

quand j’avais l’avantage et que des concurrents revenaient, je savais que

j’allais gagner. Yeats est un cheval très dur qui ne s’arrête pas comme ça et

il avait encore du gaz. » Cela rappelle le Gold Cup (Gr1) 2008, quand Geordieland (Johann Quatz) était venu « comme

un gagnant » juste avant que Yeats ne reparte après avoir « tué »

Coastal Path (Halling). Johnny Murtagh

nous disait également que « la

décision de courir le Royal-Oak avait été prise après le Prix du Cadran.

Aujourd’hui, le rythme de la course a vraiment été pour lui. C’est le meilleur

stayer que j’ai monté de ma carrière »

Le changement

de leader a été en partie déterminant. Dans le Prix du Cadran, Noble Prince

jouait ce rôle pour la première fois de sa carrière alors que Mikhail Fokine

est rompu à ce genre d’exercice.

Il

faut noter également que Yeats est revenu au balances avec son mord à l’envers,

ce qui ne l’a pas empêché de gagner !

 

La légende continue l’an prochain

L’autre

grande information apprise au terme du Prix Royal-Oak est la confirmation que Yeats

va rester à l’entraînement à 8ans (il a actuellement 7ans). Son grand objectif

sera forcément le Gold Cup, épreuve dont il est trois fois lauréat. En cas de

victoire en 2009, il dépasserait alors Sagaro

(Espresso) et deviendrait le seul cheval de l’histoire à arriver à quatre Gold

Cup.

 

Plus que 3 pour O’Brien…

Avec

cette victoire, Yeats offre un 22e Gr1 cette saison à Aidan O’Brien.

Le record mondial de 25 Groupes 1 en une saison est détenu par Robert, dit Bobby,

Frankel en 2003. Les quelques semaines qui restent vont donc être décisives

sachant que les opportunités de victoires dans les grandes épreuves vont de

réduire comme peau de chagrin. Il lui faudra donc aller en Asie pour pourvoir

battre ce record. Du point de vue des chevaux, ses cartouches se réduisent

aussi, puisque Duke of Marmalade (Danehill)

et Henrythenavigator (Kingmambo) intègrent

le haras. En tout cas, la saison 2008 de l’entraîneur irlandais qui semble

toujours aussi juvénile aura été remarquable. Il a réussit l’exploit (qui

n’avait pu été réalisé depuis 1935) de remporter les cinq classiques

irlandais :1000 Guinées, 2000 Guinées, Derby,

Oaks

et St. Leger.

 

La tenante du titre deuxième

Lauréate

2007 de cette épreuve, Allegretto (Galileo)

avait été bien préparé par Sir Michael Stoute. Certes, elle échoue dans sa quête

de doublé mais réalise une très bonne performance en prenant la deuxième place.

Elle est arrivée en forme au bon moment, elle qui venait de emporter un Gr2 à

Doncaster.

 

Succès total de Coolmore

Outre

le fait de remporter ce Groupe 1 avec Yeats, Coolmore est également concerné

par la deuxième place d’Allegretto. Les deux premiers de l’épreuve ont pour

pères Sadler’s Wells – à la retraite

désormais – et Galileo, deux étalons

de Coolmore.

 

Très bon comportement de Veracity

Pour

son deuxième essai au niveau Groupe 1, Veracity

(Lomitas) s’est très bien comporté, prenant une probante troisième place. Il

possédait quelques lignes intéressantes, puisqu’il avait terminé deuxième

derrière Allegretto dans le Goodwood Cup (Gr2) l’an dernier. Dernièrement, le

18 octobre, à Newmarket, il avait battu son compagnon de couleur et ancien « Niarchos »

Sagara (Sadler’s Wells – 3e

de l’Arc 2007), dans le Jockey Club Cup (Gr3). Il a laissé une très bonne impression

à Christophe Lemaire, qui le découvrait : « C’est un cheval qui a beaucoup de tenue et qui devrait encore s’endurcir.

Il a eu un comportement encourageant pour la suite de sa carrière. »

 

Bannaby part en vacances

Le

lauréat du Prix du Cadran 2008, Bannaby

(Dyhim Diamond), se classe lui quatrième. Mais, comme l’expliquait son

entraîneur, Mauricio Delcher-Sanchez : « il

est 4e mais aurait pu tout aussi bien être 2e. Il a peu

être manqué un peu de fraîcheur et nous sommes contents de sa course. Je pense

qu’il répète sa valeur du Prix du Cadran. Désormais, il va prendre des vacances

et vous devriez le revoir à partir du mois de mai. » Et si la

préparation du printemps avait pour vue le Gold Cup ?

 

Performance encourageante de Watar

Seulement

âgé de 3ans, Watar (Marju), chef de

file des stayers de sa génération affrontait pour la première fois ses aînés.

Il se classe cinquième, assez près de la deuxième, Alleretto, après avoir été

monté à l’arrière. Son comportement est très encourageant pour la suite de sa

carrière et, si la malchance veut bien le quitter définitivement, il devrait

devenir un stayer de tout premier plan en Europe dans les années à venir.

 

Getaway méconnaissable

On

attendait beaucoup de Getaway (Monsun)

et, finalement, il n’a été que l’ombre de lui même, terminant huitième

seulement. Déjà à l’ouvrage quand les choses sérieuses ont commencé, il n’a

jamais pu être dangereux. Enfin, concernant Moonstone (Dalakhani), sixième, venue comme pour être deuxième à

300m du poteau, son entourage nous a expliqué « qu’elle a beaucoup donné dans les Oaks d’Irlande » qu’elle a

remportés et qu’elle était sans doute encore fatiguée.