Dernier jour des foals : demi o'byrne, galileo et les autres.

Autres informations / 30.11.2008

Dernier jour des foals : demi o'byrne, galileo et les autres.

 

Demi O’Byrne, et tout le team de

Coolmore, avaient été relativement discrets toute la semaine. Mais ils se sont

réveillés subitement en ce samedi, achetant les quatre premiers lots du jour,

tous issus d'étalons de Coolmore, comme le veut désormais le partage du marché

tel que l'a dessiné Darley.

Et si Demi O’Byrne a récupéré trois

foals par l'étalon leader, Galileo

(Sadler's Wells), le top price du jour est par Holy Roman Emperor (Danehill) dont on découvrait les premiers

produits cette année. Elevé par Tommy Stack, dont on se réjouit du plaisir que

lui vaut cette vente, ce poulain est issu de Tarascon qui avait enlevé les

Irish 1000 Guinées (Gr1), et qui a produit la bonne Mayano Sophia (Rock of Gibraltar) qui a terminé deuxième du Prix

Coronation (L) en 2007. Mais hormis ce poulain, tous les autres achats de Demi

ont été des foals par Galileo qui marque de son empreinte cette vacation.

D'ailleurs il faut remarquer, comme

hier, qu'à l’exception du le top par Holy Roman Emperor, les foals qui ont

dépassé les 100.000 Guinées sont tous pas des sires confirmés : Galileo, Green

Desert, Oasis Dream et Invincible Spirit. Quand les temps sont difficiles, les

investisseurs, plus frileux, s'orientent vers les valeurs sûres et beaucoup

moins vers la spéculation sur les jeunes étalons. Affaire de climat et de mode

circonstancielle.

Le prix moyen du jour est de l'ordre

de 40.000 Guinées, inférieur aux 51.000 Guinées de vendredi, le jour conçu

comme le plus relevé, mais nettement supérieur aux 22.000 Guinées de jeudi. Les

résultats de ce samedi, assez solide à l'image de vendredi, témoignent d'un

marché résistant avec un prix moyen qui ne baisse que de 14%, étant entendu

qu'une baisse de l'ordre de 30% et plus affecte actuellement tous les grands

marchés du pur-sang. La baisse du prix moyen de Tattersalls foals sur les cinq

jours de vente se situe précisément autour de 30%. Ce constat, forte baisse sur

les mauvais foals (-50%), baisse contrôlée sur les foals de qualité (entre -15%

et -30%), signifie qu'une sorte de palier existe, et que celui-ci est consolidé

par les rares bons foals qui sont présentés aux enchères.

Concernant cette rareté des « bons

foals », il nous faut relever la tendance qui est apparue à Keeneland et

qui veut que de nombreux vendeurs renoncent à présenter leurs animaux aux

ventes, ne souhaitant pas payer des frais de retrait qui s'ajouteraient aux

difficultés actuelles. C'est ainsi que l'on a vu cette semaine à Tattersalls

des consignments entiers ne pas présenter leurs sujets, bons ou moyens,

attendant des jours meilleurs.

C'est pourquoi, concernant la vente

de ce samedi, il est clair que l'on a assisté à un festival O'Byrne/Coolmore « à

l'ancienne » qui masque des ventes courantes de niveau moindre, bon nombre

de foals ayant du mal a faire le prix des saillies ayant servies à la

conception des produits.

Ne cachons pas non plus que ce

marché des foals britanniques est déterminé par celui des yearlings qui s'est mal

passé cette année pour la production courante, le système des courses

outre-manche connaissant des difficultés et des baisses des allocations qui ne

sont pas de nature à attirer l'investissement des propriétaires locaux qui font

des comptes, sauf en obstacle. Aussi, il faut se garder de tirer, de la vente

de foals de Tattersalls, des conséquences pour le marché français de Deauville

qui est adossé sur une économie des courses qui permettra encore cette année

d'augmenter de 1,5% les allocations, alors que l'Europe du Galop peine partout ailleurs.

Aujourd'hui, la bonne santé d'Arqana traduit les prouesses du PMU. Qui s'en

plaindra ?