Des ventes de poulinières actives

Autres informations / 23.11.2008

Des ventes de poulinières actives

GOFFS

BREEDING STOCK SALE

JOUR 1

 

C'est avec soulagement que les acteurs ont constaté que les

poulinières, qui appellent des investissements de long terme, ont rencontré plus

de succès que les ventes de foals – plus en rapport avec un marché spéculatif,

aujourd'hui plus frileux. Dans une atmosphère plus positive, une jeune jument

de l'Aga Khan, Four Sins, qui était une des bonnes pouliches de 2007, gagnante des

Blandford St Gr2 et 4e des Oaks Gr1, a été vendue 620.000€ à Mc Cormack qui

agissait pour un client asiatique.

Plus tard une fille de Danehill pleine de Montjeu fut

adjugée 240.000€ à un proche de Coolmore qui réussit à battre un Seamus Burns

accrocheur. Ce fut donc des joutes d'Irlandais qui ont encore fois confiance en

un avenir positif de l'élevage. Notons la très grande activité des

représentants français qui ont acheté une bonne douzaine de lots, profitant de

la baisse du marché qui a offert des opportunités vraiment intéressantes aux

plus avisés. Cette remarque sur les nombreux achats français démontre cependant

le manque de solidité du marché irlandais actuel. On a effectivement vu de

nombreuses juments se vendre en dessous du prix des saillies dont elles étaient

porteuses. Certes, ces juments étaient parfois des « quasiréformes ». Il n'en

demeure pas moins que cette journée, bien qu'active, a traduit, à l'instar de

Keeneland, la chute de la valeur des actifs de l'ordre de 30% (26% pour ce

premier jour), chiffre qu'ont retenu les étalonniers de tête lorsqu'ils ont

publié leur tarif 2009. Tout cela nous semble homogène et maintenant admis par

tous les acteurs européens de l'élevage. Un marché qui résiste, mais sur un

mode mineur.