Eclatante stravinsky dance

Autres informations / 09.11.2008

Eclatante stravinsky dance

Samedi 8 novembre, Auteuil.  Stravinsky

Dance (Stravinsky) termine sa

campagne 2008 en beauté en remportant le Prix Bournosienne (Gr3). « Elle a beaucoup tiré et pourtant elle

est allée au bout : c’est vraiment une championne », a déclaré

son jockey, Bastien Bénard. Il est vrai que Stravinsky Dance a quelque chose un

peu à part, quelque chose de plus, cela doit sûrement être du génie. « J’ai déjà eu deux ou trois bonnes pouliches,

mais celle-ci sort de l’ordinaire », a complété Jehan Betran de

Balanda, son entraîneur. En quatre sorties cette année sur les obstacles,

Stravinsky Dance conserve son invincibilité.

 

Elle a été montée en cinquième ou

sixième position à l’extérieur du peloton, se déportant toujours légèrement sur

la droite dans ses sauts. Elle a pris l’avantage sur ses adversaires au saut de

la dernière haie. Puis, elle s’est immanquablement détachée sur le plat. Bonita du Berlais (King’s

Theatre) et N’Oublie Jamais (Loup Solitaire) ont ensuite

terminé dans cet ordre. La pensionnaire de Jean-Paul Gallorini, détachée du

peloton en début du parcours paraissait avoir du mal à suivre. Mais N’Oublie

Jamais a rattrapé son retard dans la ligne d’en face pour ensuite bien

progresser dans la phase finale. « Elle

est battue par une championne, nous a déclaré Jean-Paul Gallorini. Et elle est

à sa place. Nous allons réfléchir au programme de fin d’année, mais je pense

que je vais la recourir encore une fois avant l’année prochaine. »

 

Stravinsky Dance nettement au-dessus du lot

« Je pense que même face aux mâles dans le Prix Cambacérès (Gr1), elle

aurait eu une première chance, a déclaré, sans-détour, Bastien Bénard. Mais

l’équipe a préféré  la préserver en vue

de ses 4ans. » Stravinsky Dance fait partie de ces chevaux à qui l’on

fait d’autant plus attention, parce qu’ils représentent l’avenir. Stravinsky

Dance a su se sortir du terrain lourd, n’est-ce pas la marque des champions que

de gagner dans tous les terrains ? « J’avais

dit à Bastien [Bénard, son jockey], de faire attention au terrain qui est très

pénible aujourd’hui. Elle est bonne, mais je n’ai pas hésité entre le

Cambacérès et le Bournosienne. Elle court vraiment très bien d’autant qu’elle a

un peu piqué du nez au saut de l’avant-dernière haie. Et pourtant… » Paul

Basquin, animateur du Haras du Saubouas, remportait sa première course de Groupe

à Auteuil avec une pouliche pré-entraînée chez lui. Il l’avait achetée yearling

en Irlande en septembre 2005.