Prix george courtois

Autres informations / 30.11.2008

Prix george courtois

UN BOUQUET FINAL AUX ALLURES DE REVANCHE

Dimanche 30 novembre, Auteuil. Dernier Gr2 de la saison à Auteuil, le Prix Georges

Courtois a réuni un plateau de choix. Les trois premiers du Prix de la Haye Jousselin

(Gr1), disputé le 9 novembre, se retrouvent et seront face à Jean d’Angely (Pelder), l’étoile

montante de l’obstacle français. Souverain dans le dernier Gr1 d’Auteuil, Remember Rose (Insatiable) revient à la

charge afin d’assoir sa suprématie dans la discipline. Cette fois, les conditions

de courses lui imposent de porter 68kg, mais sa tâche n’est pas rendue

impossible pour autant. Même si, par le passé, les doublés sont rares. Depuis

1990, ils sont au nombre de quatre, réalisés par deux chevaux différents. En

2005, Golden Flight (Saint Cyrien) avait

réussi ce challenge et il faut ensuite remonter au formidable Al Capone II (Italic) en 1993, 1994 et

1996 pour trouver un auteur de cette « passe de deux ».

 

 

Jean-Paul Gallorini : « Remember

Rose n’a jamais été aussi bon ! »

Remember

Rose a collectionné les titres au plus haut niveau sans discontinuer depuis son

année de 3ans. C’est un spécialiste des grands rendez-vous. Lauréat du Prix

Congress (Gr2) à 3ans, du Prix Ferdinand Dufaure (Gr1) à 4ans, du Prix Murat

(Gr2) à 5ans, il faut dorénavant ajouter le Prix La Haye Jousselin (Gr1). Pour son

entraîneur, Jean-Paul Gallorini, Remember Rose n’a pas la notoriété qu’il

mérite. « Il a été le meilleur 3ans,

meilleur 4ans et meilleur 5ans du début d’année. Il est maintenant le meilleur

5ans de fin d’année. Que demander de plus ? Il possède un palmarès que peu

de champions peuvent présenter au même âge. Il a presque un million d’euros de

gains. C’est un champion. Il faut toujours savourer aux courses le moment

présent. C’est ce que nous faisons. »

La

décision de courir ce Prix Georges Courtois a été prise, en toute liberté, par

Jean-Paul Gallorini. « Monsieur Iten

– le propriétaire, ndlr – m’a donné carte blanche. Le cheval est toujours aussi

bien. Je dirais même qu’il n’a jamais été aussi bon. C’est pourquoi je cours,

sans pression. Vous savez, en obstacle, vous pouvez avoir la cinquième chance

de l’épreuve et gagner. »

 

Des « Cottin » en quête de

revanche

Respectivement

deuxième et troisième lors du week-end international de l’obstacle, Musica Bella (Bateau Rouge) et Louping d’Ainay (Saint Preuil), les

deux représentants de François-Marie Cottin, seront là pour prendre leur

revanche sur Remember Rose. « Musica » a recouru depuis, prenant la deuxième

place du Prix Léon Orly Roederer (Gr2, haies), pas plus tard que dimanche

dernier. On peut craindre la course de trop pour elle, mais elle a été économisée

lors du second semestre d’Auteuil et n’en sera qu’à sa quatrième sortie depuis

le 9 septembre. Elle s’amende avec le temps, faisant de moins en moins de

fautes dans ses parcours. La dernière fois – dans le Prix Orly Roederer –, les

observateurs auront pu noter qu’elle a été montée plus près qu’à l’accoutumée.

Louping

d’Ainay a fait, pour sa part, sa rentrée dans le Prix La Haye Jousselin. Sa

troisième place n’en était que plus méritoire, d’autant qu’il n’était pas

apparu au rond à son poids de forme. Il aura accusé des progrès et peut en

profiter, aidé par la fraîcheur, pour remporter son second Gr2 de l’année. Il a,

en effet, remporté le Prix des Drags à la fin du premier semestre.

Oniraloin (Apple Tree), qui

devait être le traoisième atout de François-Marie Cottin, sera finalement

non-partant.

 

Le premier grand prêche de Jean d’Angely

Agé

de 5ans encore, Jean d’Angely va disputer son premier grand test face aux aînés

et autres concurrents chevronnés dans les groupes d’Auteuil. Il n’a couru que

deux fois en 2008, pour autant de victoires. Une dans le Prix de Bagatelle et

l’autre dans le Prix Fondeur. Son palmarès ne possède pas – encore ? – le

relief de certains de ses adversaires. A lui de le construire maintenant.

 

Les opposants à la recherche de lumière

Elu

champion des 4ans à l’issue de son sacre dans le Maurice Gillois (Gr1 – avec

les œillères pour la 1re fois) l’an dernier, Top of the Sky (Kahyasi) n’a pas confirmé cette année ce statut. Ce

sera pour lui la dernière occasion de la saison de se mettre en pleine lumière.

Guy

Cherel sera doublement représenté. Green

Castle (Green Tune) n’a pas été revu depuis sa huitième place du Prix Héros

XII (Gr3), le 12 octobre, et son entraîneur nous a expliqué à son sujet : « Il est actuellement à 70% de sa

meilleure forme et je ne le retrouve pas aussi bien qu’au printemps. Pourtant

il n’a pas de souci de santé. Cependant, il possède la classe pour faire

l’arrivée d’une course comme celle-ci. » Odeillo du Mathan (Balleroy) présente de meilleures garanties quant

à sa forme : il reste sur une très bonne cinquième place dans le Prix de la Haye Jousselin. « Sur la forme, je compte davantage sur

Odeillo du Mathan, nous a dit Guy Cherel. Je l’ai d’ailleurs engagé parce que

je le trouve vraiment bien en ce moment. Il n’est pas retourné à la plage

depuis sa dernière sortie car ses deux épreuves sont un peu rapprochées.

J’espère le voir bien courir. »

 

Encadré : « Kotkijet, un cheval

d’exception »

Jean-Paul

Gallorini a déjà gagné cinq fois le Prix Georges Courtois avec World Citizen

(1983 et 1984), Kotkijet (2000 et 2003), Kario de Sormain (2004). Peut-on se

lancer dans une comparaison (comparaison n’est pas…) avec le grand

Kotkijet ? « Kotkijet était un cheval d’exception, le cheval d’une

carrière. Mais c’était aussi un crack fragile. Remember Rose n’est pas du même

niveau. Néanmoins, il possède à 5ans un palmarès supérieur à

Kotkijet ! »