Royce des mottes, objectif accompli

Autres informations / 10.11.2008

Royce des mottes, objectif accompli

Dimanche 9 novembre, Durtal.

C’est la troisième victoire en sept éditions de l’élevage « des

Mottes » dans l’important Prix des Guilledines qui sacre toujours une des

meilleures pouliches AQPS de la génération de 3ans. Après Lasix des Mottes (Rifapour) et Puszta

des Mottes (Useful), voici donc le tour de Royce des Mottes (Maresca Sorrento). Evidemment, une telle

expérience permet de comprendre au mieux cette course de fin de saison et

d’opter pour la meilleure façon possible d’y arriver. Royce avait été préparée

méticuleusement pour cette course, comme nous l’a expliqué Claudie Poirier, son

éleveur, avec son mari Joël. « C’était

son objectif. Elle avait couru trois fois car nous pensons qu’il faut arriver

ici avec un peu de métier. C’est d’ailleurs ce qui a pu faire la différence

avec Rousquille qui termine deuxième (à une encolure, ndlr) et qui n’avait

couru qu’une fois. Il faut en même temps bénéficier d’un peu de fraîcheur à cet

âge et elle n’avait donc pas couru depuis le 12 octobre. » Battue de

très peu, à Saumur cette fois-là, par Robinwood (Poplar Bluff), Royce des

Mottes bénéficiait, de fait, de la bonne performance de ce dernier dans le Prix

de l’Avenir, une semaine plus tôt (4e). Un Prix de l’Avenir survolé

par… Ronaldo des Mottes (Rifapour),

un autre ressortissant de l’élevage basé à Soucelles, dans le Maine-et-Loire.

Royce des Mottes court sous les couleurs de Cyriaque Diard,

auquel sont associé des amis Michel et Marie-Hélène Véron et Jean-Louis

Charlot.

Ce succès marque aussi la fidélité entre la famille Poirier

et Cyriaque Diard, déjà en charge de la carrière de Lasix des Mottes, alors que

Puszta des Mottes était présentée par Anne-Marie Poirier, la belle-fille des

éleveurs. La même Puszta vient de remporter le Prix Glorieuse à

Maisons-Laffitte.

 

Rousquille, une

dauphine qui doit être respectée

Rousquille (Lavirco),

pensionnaire de Florent Monnier, doit être, également, félicitée. Titulaire

d’une nette victoire (par quatre longueurs) pour ses débuts au Lion d’Angers,

elle a, ici, été tout près de la consécration. Les deux premières ont dominé le

reste du lot avec une certaine marge : il faut compter ensuite trois

longueurs pour trouver Reine de Mai

(Fragrant Mix) à la troisième place. Celle-ci ne comptait également qu’une

sortie – victorieuse – avec ce Prix des Guilledines.

 

Une origine spéciale

« Guilledines »

Les mères de Puszta des Mottes et Royce des Mottes sont sœurs.

Anareta des Mottes (Hellios) et Ingrid des Mottes (Useful) descendent

d’une des juments souches de l’élevage angevin : Anaretta (Midsummer Night). Chez les Poirier, on parle aussi

beaucoup d’India d’Hérodière (Hellios), la lauréate du Prix des Guilledines

1999, issue d’une jument de leur élevage. Elle était entraînée par Etienne

Leenders et avait été montée à Durtal par la regrettée Sandrine Boisnier.

 

« Direction :

les classiques de 4ans »

Royce des Mottes ne recourra plus cette année, comme nous

l’a précisé Claudie Poirier. « Elle part en vacances car le Prix Jacques

de Vienne est trop pour une pouliche, contre les mâles. Elle reste à

l’entraînement à 4ans et courra les « classiques » 2009. »